Génération de 1898

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Génération de 98)

La Génération de 1898 (en castillan : Generación del 98) est le nom par lequel furent traditionnellement réunis des écrivains, essayistes et poètes espagnols qui furent profondément affectés par la crise morale, politique et sociale provoquée par la défaite militaire espagnole lors de la guerre hispano-américaine, défaite qui entraina la perte de Porto Rico, Guam, Cuba et des Philippines en 1898. Tous les auteurs classés dans cette génération sont nés entre 1864 et 1876[1].

C'est l'époque à laquelle l'Espagne, perdant ses dernières colonies, se rendit soudainement compte qu'elle n'était plus ce qu'elle avait été. Ces écrivains essayèrent de montrer comment l'Espagne a ouvert les yeux sur ce qu'était le monde moderne, dans lequel les histoires du passé glorieux étaient devenues éventées et désuètes[1].

Les auteurs de la génération de 98, à partir du groupe initial des trois (en castillan Grupo de los Tres, groupe qui rassemble Baroja, Azorín, Maeztu) commencent à écrire dans une veine juvénile et de gauche, veine qui plus tard s'oriente vers une conception traditionnelle et conservatrice[2]. Rapidement, Pío Baroja et Ramiro de Maeztu nient l'existence d'une telle génération. Julián Marías, en utilisant le concept de « génération historique » (en castillan generación histórica) et la date centrale de 1871, établit que dans cette génération historique sont inclus, en plus du groupe des trois : Miguel de Unamuno, Ángel Ganivet, Valle-Inclán, Jacinto Benavente, Carlos Arniches, Vicente Blasco Ibáñez, Gabriel y Galán, Manuel Gómez-Moreno, Miguel Asín Palacios, Serafín Álvarez Quintero, Joaquín Álvarez Quintero, Manuel et Antonio Machado et Francisco Villaespesa (es)[3],[4]. Il n'y inclut aucune femme, mais Carmen de Burgos, Consuelo Álvarez Pool (es) et Concha Espina pourraient en faire partie aussi, puisqu'elles se trouvent dans cette frange de dates et coïncident aves les caractéristiques littéraires de la génération de 98[5].

Membres[modifier | modifier le code]

Quelques écrivains parmi les plus représentatifs de cette génération d'écrivains, furent le philosophe Miguel de Unamuno y Jugo, l'écrivain galicien Ramón del Valle-Inclán, le poète Antonio Machado y Ruíz, l'essayiste Azorín, nom d'auteur de José Martinez Ruiz, le romancier basque Pío Baroja y Nessi et le dramaturge et critique Jacinto Benavente y Martinez[4].

Certains artistes, comme les peintres Ignacio ZuloagaRicardo Baroja (ce dernier était d'ailleurs un écrivain ainsi qu'un peintre) et José Gutiérrez-Solana[6].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les auteurs de la génération entretinrent au moins au début une amitié étroite et s'opposèrent à l'Espagne de la Restauration. Pedro Salinas a analysé jusqu'à quel point on peut parler de manière historiographique de génération à leur sujet. Ils partagent de manière incontestable plusieurs points communs[1],[7] :

  1. Ils font une distinction entre une Espagne réelle misérable et une Espagne officielle fausse et apparente.
  2. Ils éprouvent un grand intérêt pour le ruralisme et de l'amour pour cette Castille pauvre des villages abandonnés qui tombent en poussière, ils revalorisent son paysage et ses traditions, le langage typique et spontané. Ils parcourent la Meseta en écrivant des livres de voyages, ressuscitent et étudient les mythes littéraires espagnols et le Romancero.
  3. Ils rompent avec les formes classiques qu'ils renouvellent, créant de nouvelles formes dans tous les genres littéraires. Dans le genre narratif, la nivola d'Unamuno, le roman impressionniste et lyrique d'Azorín, qui joue avec l'espace et le temps et fait vivre le même personnage à plusieurs époques ; le roman ouvert et désagrégé de Pío Baroja, influencé par le roman feuilleton, ou le roman quasi théâtral de Valle-Inclán. Au théâtre, l'esperpento et l'espressionisme de Valle-Inclán ou les drames philosophiques d'Unamuno.
  4. Ils rejettent l'esthétique du Réalisme et ses longues phrases, sa recherche rhétorique et ses détails minutieux, préférant un langage plus proche de la langue de la rue, une syntaxe plus courte et une esthétique impressionniste. Ils reprirent les mots traditionnels et typiques de la campagne.
  5. Ils tentèrent d'implanter en Espagne les courants philosophiques de l'irrationnalisme européen, en particulier Friedrich Nietzsche (Azorín, Maeztu, Baroja, Unamuno), Arthur Schopenhauer (spécialement chez Baroja), Søren Kierkegaard (chez Unamuno) et Henri Bergson (Antonio Machado).
  6. Le pessimisme est l'attitude la plus courante parmi eux, et leur attitude critique et exigeante les fait sympathiser avec des romantiques comme Mariano José de Larra, à qui ils rendirent hommage.
  7. Idéologiquement, ils partagent les thèses du Régénérationnisme de Joaquín Costa.

Les difficultés de définir la génération de 98 ont toujours été nombreuses étant donné qu'il est impossible d'embrasser la totalité des expériences artistiques d'une période étendue. La génération de 98 est donc une réalité complexe qu'on ne peut appréhender par les seuls faits historiques, et ce pour trois raisons[réf. nécessaire] :

  1. La crise politique de la fin du XIXe siècle a touché plus d'écrivains que ceux que compte la génération de 98.
  2. On ne peut restreindre l'expérience historique des auteurs nés entre 1864 et 1875 (dates de naissance d'Unamuno et Machado) au ressentiment nationaliste produit par la perte des colonies. À ce moment-là s'affirmait en Espagne une communauté sociale et économique presque moderne.
  3. L'essor du républicanisme et/ou la lutte anticléricale (1900-1910), ainsi que d'importantes grèves, le syndicalisme, les mobilisations ouvrières ou les attentats anarchistes.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Azorín. La generación del 98. Salamanca: Anaya, 1961.
  • Baroja, Ricardo. Gente del 98. Barcelona: Editorial Juventud, [1969].
  • Blanco Amor, José. La generación del 98. Buenos Aires: Falbo Editor, 1966.
  • Blázquez, Jesús. «Miguel de Unamuno y Bernardo G. de Candamo: amistad y epistolario (1899-1936)». Madrid: Éditions 98, 2007.
  • Blanco Aguinaga, Carlos. Juventud del 98, Siglo XXI, 1970; Taurus, Madrid, 2000. Publié initialement en 1970.
  • García Gallarín, Consuelo. Léxico del 98. Madrid: Editorial Complutense, 1998
  • Granjel, Luis S. Panorama de la generación del 98. Madrid: Guadarrama [1959].
  • Gullón, Germán. El jardín interior de la burguesía española. Madrid: Biblioteca Nueva, 2003.
  • Gullón, Ricardo. Direcciones del modernismo. Madrid: Gredos, 1963.
  • Laín Entralgo, Pedro. La generación del 98. Madrid: Diana, Artes Gráficas, 1945.
  • Mainer, José Carlos, La Edad de Plata (1902-1939): ensayo de interpretación de un proceso cultural. Madrid: Cátedra, 1986.
  • Marco, José María, La libertad traicionada. Siete ensayos españoles. Gota a Gota. Madrid, 2007.
  • Fernández Molina, Antonio, La generación del 98. Barcelona: Editorial Labor [1968].
  • Ortega y Gasset, José. Ensayos sobre la «Generación del 98» y otros escritores españoles contemporáneos. Madrid: Alianza, 1981.
  • Peña, María del Carmen. Pintura de paisaje e ideología: la generación del 98. Madrid: Taurus, 1983.
  • Ricci, Cristián H. «El espacio urbano en la narrativa del Madrid de la Edad de Plata». Madrid: CSIC, 2009.
  • Río, Emilio del. La idea de Dios en la Generación del 98. Madrid, Studium, 1973.
  • Salinas, Pedro, Literatura española del siglo XX, Madrid: Alianza Editorial, 1972.
  • Sequeros, Antonio. Determinantes históricas de la generación del 98. Almoradi (Alicante): Taller Tip. Alonso, 1953.
  • Serrano Poncela, Segundo. El secreto de Melibea y otros ensayos. Madrid, Taurus, 1959. Contiene: «El tema de la existencia en la generación del 98», 109-137. «Eros y tres misóginos (Unamuno, Baroja, Azorín)», 139-167. «Autocrítica y crítica de la generación del 98», 169-189.
  • Shaw, Donald Leslie. La generación del 98. Madrid: Ediciones Cátedra, 1977.
  • Trapiello, Andrés. Los nietos del Cid: la nueva Edad de Oro de la literatura española [1898-1914]. Barcelona: Planeta, 1997.
  • Tuñón de Lara, Manuel. «Generación del 98. Impacto de las nuevas ideas. Educación y cultura». En su La España del siglo XIX, 401-412. Barcelona: Editorial Laia, 1973.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(es) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en espagnol intitulé « Generación del 98 » (voir la liste des auteurs).
  1. a b et c Donald L. Shaw et Carmen Hierro, La generación del 98, (ISBN 978-84-376-0115-1, lire en ligne)
  2. (es) « Retratos del Madrid literario », sur ELMUNDO, (consulté le )
  3. (es) Julián Marías, « EL CENTENARIO DE LA GENERACIÓN DEL 98 », profedelengua.es,‎ (lire en ligne)
  4. a et b « Julián Marías / La fecundidad de la generación del 98 / 1997 », sur www.filosofia.org (consulté le )
  5. (es) Lidia Falcon, « Mujeres del noventa y ocho », El País,‎ (ISSN 1134-6582, lire en ligne, consulté le )
  6. Plus jeune, on l'associe plutôt à la Génération de 14, mais il fréquente notamment Valle-Inclán et Unamuno et partage leurs inquiétudes.
  7. (es) Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes, « La generación del 98 y el problema de España / Pedro Laín Entralgo », sur Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]