Frank Rosolino

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le jazz
Cet article est une ébauche concernant le jazz.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Frank Rosolino
Frank Rosolino.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 52 ans)
Van NuysVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Cass Technical High School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Instrument
Genre artistique

Frank Rosolino surnommé «Lemon drop kid» né le à Détroit, mort le à Los Angeles est un tromboniste et chanteur de jazz américain.

Carrière[modifier | modifier le code]

Après avoir étudié la guitare, il choisit à dix ans le trombone. Il joue deux ans dans l'orchestre de la 86e division pendant son service militaire. Il débute en 1946 dans l'orchestre de Bob Chester, joue avec Glen Gray en 1947, puis dans l'orchestre de Gene Krupa en 1948-1949[1], avec Tony Pastor, Herbie Fields en 1950, Georgie Auld en 1951. Il fonde un quartette en 1952 puis rejoint le grand orchestre de Stan Kenton. En 1954 il se fixe en Californie où il est musicien de studio puis il partipe huit ans durant au Steve Allen show. Il participe à la musique du film I want to live de Robert Wise en 1958. Il joue avec Benny Carter, fait des tournées en Europe en 1973, 1975, 1978, au Japon en 1975 avec Supersax. En 1978 il sombre dans la dépression après le suicide de sa dernière épouse puis tue ses deux enfants avant de se suicider.

Discographie partielle[modifier | modifier le code]

Comme Leader[modifier | modifier le code]

  • The Frank Rosolino Sextet (LP only – Affinity – AFF61), 1954
  • I Play Trombone, 1956
  • Free for All (Specialty SP-2161, OJCCD 1763-2), 1958
  • Turn Me Loose, 1961
  • Fond Memories of Frank, 1996 Double-Time Records
  • Thinking About You, 1976
  • Conversations, 1973 (CD re-issue 2009)
  • Trombone Heaven ("Live" in Vancouver), 1978
  • Frank Talks, 1998
  • Complete Recordings of the Frank Rosolino Quartet featuring Sonny Clark, 2005
  • Last Recording, 2006
  • Let's Make It – Frank Rosolino Quintet, 2008

Comme sideman[modifier | modifier le code]

Avec Georgie Auld

  • In the Land of Hi-Fi with Georgie Auld and His Orchestra (EmArcy, 1955)

Avec Chet Baker

  • Chet Baker Big Band (Pacific Jazz, 1956)

Avec Elmer Bernstein

  • The Man with the Golden Arm (Decca, 1956)

Avec Benny Carter

  • Jazz Giant (Contemporary, 1958)

Avec Buddy Collette

  • Jazz Loves Paris (Speciality, 1958)

Avec Bob Cooper

  • Coop! The Music of Bob Cooper (Contemporary, 1958)

Avec Paulinho Da Costa

  • Agora (Pablo, 1976)

Avec Dizzy Gillespie

  • The New Continent (Limelight, 1962)

Avec Barney Kessel

  • Let's Cook! (Contemporary, 1957 [1962])

Avec Johnny Mandel

  • I Want to Live (United Artists, 1958)

Avec Shelly Manne

  • My Fair Lady with the Un-original Cast (Capitol, 1964)
  • Manne–That's Gershwin! (Capitol, 1965)

Avec Gerry Mulligan

  • I Want to Live (United Artists, 1958)

Avec Moacir Santos

  • Maestro (Blue Note, 1972)

Avec Lalo Schifrin

  • Gone with the Wave (Colpix, 1964)
  • Jazz Suite on the Mass Texts (RCA Victor, 1965) with Paul Horn

Avec Horace Silver

  • Silver 'n Brass (Blue Note, 1975)
  • Silver 'n Wood (Blue Note, 1976)

Avec Bobby Scott

Source[modifier | modifier le code]

André Clergeat Philippe Carles, Dictionnaire du jazz Bouquins/Laffont 1990 p.885

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il apparait en chanteur de scat en 1949 dans le court-métrage Deep purple consacré à Gene Krupa

Liens externes[modifier | modifier le code]