Francine Déry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Francine Déry
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

Francine Déry (née en 1943) est une poète québécoise.

Notes biographiques[modifier | modifier le code]

C’est à Trois-Rivières, en 1943, qu’est née la poète québécoise Francine Déry. Pendant dix ans, elle y étudie le piano. Elle y fait aussi un cours en administration après avoir terminé des études classiques au Collège Marie de l’Incarnation. En 1964, elle s’installe à Montréal, où elle suit un cours d'édition à l’Université de Montréal. Elle s’oriente ensuite vers la littérature à l’Université du Québec à Montréal.

Depuis 1972, Francine Déry est bien connue dans le milieu du livre au Québec. En effet, elle a travaillé dans plusieurs maisons d’édition, notamment aux Éditions Hurtubise HMH et aux Presses de l’Université du Québec, sans oublier l’Association des éditeurs canadiens, chez qui elle a rempli les fonctions de secrétaire générale de 1979 à 1986. Dans le cadre de ces fonctions, Francine Déry se fait également connaître ailleurs dans le monde puisqu’elle est fréquemment appelée à représenter l’Association lors de Foires internationales et Salons du Livre. En 1992, c’est l’Union des écrivaines et des écrivains québécois qu’elle représente au Salon du livre de Genève.

Plusieurs publications culturelles et revues de création littéraire ont publié des textes signés Francine Déry depuis 1978, notamment Hobo-Québec, Liberté, Estuaire, Les Cahiers de la femme, La Nouvelle Barre du jour, Possibles, Arcade et Le Sabord, ici, et Actuelles et Sud, à l’étranger.

Membre honoraire de l’Association des libraires du Québec, Francine Déry est responsable de son Service de recherche bibliographique de 1987 à 2001. En même temps, elle fournit à l’Association, et à quelques maisons d’éditions québécoises, des services de rédaction et de révision.

Pendant la même période, Francine Déry a été membre du jury en 1988 et 1990 et présidente en 1990 pour le Prix de poésie Émile-Nelligan. Elle connaissait déjà cette distinction littéraire puisque son premier recueil, En beau fusil, avait été finaliste en 1979. Jean Fisette, dans un article intitulé Sur le front de la poésie : des positions se délimitent publié chez Érudit en 1978, avait qualifié l’œuvre de « force de la nature » et de « souffle de vitalité.»

Membre de l’Union des écrivaines et écrivains québécois, la poète accorde presque tout son temps à la création littéraire. Elle a publié sept autres livres depuis En beau fusil.

Prix[modifier | modifier le code]

  • 1979 : En beau fusil, finaliste, Prix Émile-Nelligan

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1978 : En beau fusil, Éditions du Noroît
  • 1980 : Un train bulgare, Éditions du Noroît
  • 1984 : Le Noyau, Éditions du Noroît
  • 1988 : Le Tremplin, Éditions du Noroît
  • 1990 : Les Territoires de l’excès, Éditions du Noroît
  • 1995 : Plexus de feu, Éditions d’Orphée
  • 2002 : Cassiopée, Éditions François Côté
  • 2003 : Sans explication, Éditions de la Pleine lune
  • 2010 : Sarah blues, Le temps volé, éditeur

Ouvrages de référence[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire des auteurs de langue française en Amérique du Nord, La Corporation des Éditions Fides,
  • Dictionnaire des poètes d’ici de 1606 à nos jours, Guérin, éditeur ltée,

Liens externes[modifier | modifier le code]