François Verdeil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
François Verdeil
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
LausanneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

François Verdeil, né à Berlin le et mort à Lausanne le , est un médecin et physiologiste suisse. Il est le père d'Auguste Verdeil.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait ses études de médecine à Bâle où il est élève de Jean Bernoulli puis à Montpellier dès 1766 et devient médecin à Lausanne.

Membre du Conseil des Deux-Cents (1783) et du collège de médecine de Lausanne dès sa fondation en 1787 après la mort de Tissot, il doit s'exiler en France en 1791 à cause de sa participation au banquets des Jordils et de Rolleil et est réintégré au sein du collège de médecine en 1796. Il est chargé en 1796 de l'organisation sanitaire, devient directeur du bureau (1798-1810) et médecin en chef de l'armée helvétique (1799).

Membre du conseil académique de Lausanne dès 1806 et du conseil de santé (1810-1832), il fait partie des fondateurs de la Société des sciences physiques de Lausanne (1783) et de la Société des sciences physiques de Lausanne (1819).

Franc-maçon, il est membre de la loge Saint-Jean à Lausanne et Grand maître du Grand Orient helvétique romand (1816-1829)[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Giroud, Deux cent cinquante ans de franc-maçonnerie à Bex, Bière, Ed. Cabédita, 2014, p. 197.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Traité de chimie anatomique et physiologique normale et pathologique (avec Charles-Philippe Robin), posthume, 1853 [référence douteuse pour le François Verdeil dont il est ici question car Charles-Philippe Robin avait 10 ans à sa mort. Le F. Verdeil qui a collaboré avec Robin est son petit-fils (second fils d'Auguste Verdeil). Il a été membre du jury de l'exposition universelle de 1855 et a publié De l'Industrie moderne chez Masson en 1861.]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Giroud, Deux cent cinquante ans de franc-maçonnerie à Bex, Bière, Ed. Cabédita, 2014.
  • Edmond Jomini, Dr. François Verdeil, un grand Vaudois, 1747-1832, 1950 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Revue historique vaudoise, Volumes 80-81, 1972, p. 113
  • Emil Erne, Die schweizerischen Sozietäten. Lexikalische Darstellung der Reformgesellschaften des 18. Jahrhunderts in der Schweiz, 1988, p. 228-230.
  • Jean-Pierre Perret, Les imprimeries d'Yverdon au XVIIe et au XVIIIe siècle, 1945, p. 258
  • Paul-Émile Pilet, Naturalistes et biologistes à Lausanne, 1991, p.26
  • Guy Saudan, La médecine à Lausanne du XVIe au XXe siècle, 1991, p. 76


Liens externes[modifier | modifier le code]