François-Joseph Kinson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis François Kinson)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
François-Joseph Kinson
François Joseph Kinsoen, by François Joseph Kinsoen.jpg

Autoportrait vers 1800-1810.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
BrugesVoir et modifier les données sur Wikidata
Lieux de travail
Activité

François-Joseph Kinson ou Qinson, né le [1] à Bruges où il est mort le , est un peintre flamand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir fait une école d’art à Bruges, Kinson établit sa réputation à Gand et Bruxelles.

En 1799, après une exposition à Paris, il devient un artiste recherché par les riches et puissants de l’époque. Il s’installe alors à Paris et travaille pour les cours de Napoléon et de Jérôme Bonaparte, roi de Westphalie, qu’il suit jusqu’à sa cour de Cassel. Il fut médaillé par l’Empereur en 1808.

Revenu de Cassel en 1813, il travaille à nouveau à Paris, peignant, entre autres, des nobles russes et le duc d’Angoulême. Il est surtout connu pour ses portraits de femmes élégantes, par exemple celui de Catherine de Wurtemberg, reine de Westphalie, exposé au musée Marmottan Monet. Il a travaillé comme peintre de la cour à Paris jusqu’en 1830 et jusque vers 1835.

Le musée de Versailles possède plusieurs portraits de Kinson. À Versailles, notamment dans la salle des Maréchaux, figure le Portrait de Bernadotte (en pied). Le prince de Porte-Corvo semble au milieu de l’action, ses traits ont une sévérité qui démontre un caractère énergique, il donne des ordres à des soldats placés à l’arrière-plan. Un peu plus loin, dans une salle voisine, Kinson représente le général Leclerc, dans son riche costume de général en chef du temps du Directoire, au milieu d’un paysage de Saint-Domingue. On voit, au lointain, un combat de cavalerie entre Français et Haïtiens. Ce portrait de Leclerc, très curieux quant aux détails parfaits d’exécution, est remarquable non moins par la beauté de l’ensemble que par !a finesse du modelé.

« Il est remarquable par son goût gracieux n’excluant pas une certaine naïveté, un coloris moelleux et brillant. Ses ressemblances sont parfaites, prises sur le vif, et son exécution fort nette. Les accessoires en sont extrêmement soignés et donnent à l’ensemble un charme qui séduit [2]. »

Œuvres (sélection)[modifier | modifier le code]

  • Femme dessinant un buste ;
  • Femme jouant de la lyre ;
  • La Citoyenne Candeille appuyée sur sa harpe ;
  • M. Bonaffé ;
  • La Duchesse de Poix ;
  • Le Prince et la princesse Borghese, en pied ;
  • Le Marquis de Nadaillac ;
  • Le Général Leclerc ;
  • Le Ministre de la guerre en 1806 ;
  • Le Roi d’Espagne Joseph ;
  • L’Impératrice Joséphine ;
  • M. de Tiry, sénateur ;
  • Le Duc d’Angoulême, Bordeaux ;
  • La Duchesse de Berri ;
  • Le Prince de Hohenlohe ;
  • Le Roi et la reine de Westphalie ;
    Portraits exécutés à Cassel.
  • Portrait de femme en robe de velours rouge ;
  • Le Ministre Dejean ;
  • Le Prince et la princesse d’Orange ;
  • La Mort de la femme de Bélisaire, v. 1817.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette date de naissance précise est basée sur le registre baptismal de la paroisse Sint-Salvator de Bruges. Les autres dates trouvées dans certains articles (1771 ou 1772) correspondent, en réalité, aux années de naissance de deux de ses frères.
  2. Paul Marmottan, L’École française de peinture : 1789-1830, Paris, H. Laurens, , 470 p. (lire en ligne), p. 410-2.

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :