François Bonnaffé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis François Bonnafé)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonnaffé.
François Bonnafé
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
BordeauxVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Conjoint
Jeanne Boyer
Enfant
Nombre d'enfants: 7 don 5 filles et 2 garçons

François Bonnaffé, (Lacaune, , Bordeaux, ) est un armateur français, l'un des principaux de Bordeaux, et l'un des entrepreneurs les plus fortunés du Royaume de France à la veille de la Révolution.

Biographie[modifier | modifier le code]

François Bonnaffé est né à Lacaune le fils d’Étienne Bonnaffé et de Françoise Calmels qui étaient marchands de tapis et propriétaires du domaine de Constansi[1] à Lacaune. François était le fils cadet. Il a suivi une éducation rudimentaire à Lacaune.

À l’âge de 17 ans, il part en apprentissage pour Bordeaux, port qui avait pris une grande expansion, grâce à une décision prise au début du règne de Louis XV : une exemption de taxes sur les marchandises importées ou exportées via ce port. À force de travail et d’esprit d’entreprise, il va devenir un des principaux armateurs de Bordeaux, à la veille de la Révolution [2]. En 1789, il disposait même d'une fortune évaluée à quinze millions de livres, ce qui le situe parmi les 10 grandes fortunes non nobiliaires du Royaume.

François Bonnaffé n'a pas pris le risque, contrairement aux Nairac, de se lancer officiellement dans la traite des esclaves[3]. En 1756, il épouse une riche protestante, Jeanne Boyer, fille d’un important homme d’affaires de Bordeaux. Ils ont onze enfants, dont sept ne mourront pas en bas âge, d’où une très nombreuse descendance actuelle[4].

Jusqu’à la mort de son frère aîné Étienne en 1783, il a échangé avec lui une correspondance suivie. En 1771 et 1777, à la suite d'une grande pénurie, il envoie des secours à Lacaune pour qu’ils soient distribués.

En 1787, François Bonnaffé achète une maison avec un terrain au sol de Gouty pour en faire don à la communauté protestante de Lacaune. En 1805, le pasteur Moziman fera construire sur cet emplacement le temple actuel.

Avec le déclenchement de la Révolution française, le commerce maritime a été interrompu par les Anglais qui maîtrisent les mers. Les affaires de François Bonnaffé ont alors connu une période de stagnation.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bertrand Guillot de Suduiraut, Une fortune de haute mer, François Bonnaffé, un armateur bordelais au dix-huitième siècle, Bordeaux, éditions Confluences, , 420 p. (ISBN 978-2910550776, présentation en ligne) (Compte rendu de lecture par Jean-Pierre Poussou ; revue Histoire, économie et société, 2002, volume 21, n° 2)
  • Séverine Pacteau de Luze, « François Bonnaffé », in Patrick Cabanel et André Encrevé (dir.), Dictionnaire biographique des protestants français de 1787 à nos jours, tome 1 : A-C, Les Éditions de Paris Max Chaleil, Paris, 2015, p. 367-368 (ISBN 978-2846211901)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Métairie achetée par Etienne Bonnaffé en 1698 ; (Guillot de Suduiraut 2000, p. 25-26) ; rien ne subsiste des maisons et métairies Bonnaffé ; actuellement les nouveaux bâtiments sont un centre pour enfants handicapés (Complexe de Constancie)
  2. Camille Jullian, « Histoire de Bordeaux ; Les grandes familles de négociants ; début de François Bonnaffé en 1740 ; », sur 1886.u-bordeaux-montaigne.fr, (consulté le 29 juin 2016)
  3. (Guillot de Suduiraut 2000, p. 71-74) Les routes noires de l'esclavage
  4. (Guillot de Suduiraut 2000, p. 7, 98) Description de la famille Bonnaffé, comprenant les 7 enfants et leur parent sur le tableau de Le Noir de 1781 et liste des 11 enfants