François Aimé de Laurencin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
François Aimé de Laurencin
Fonction
Député
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
LachassagneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Autres informations
Membre de
Grade militaire

François Aimé de Laurencin né le [1] à Lachassagne (Rhône) et décédé le à Lachassagne (Rhône). Le comte de Laurencin a une carrière de militaire. En , il est député du Rhône.

Biographie[modifier | modifier le code]

François Aimé est le fils de Jean Espérance Blandine de Laurencin et de Julie d'Assier de Lachassagne. Comme son père, il devient militaire très jeune.

Émigré en 1792, il sert dans l'armée des princes. Il quitte le service en . En , il épouse Nicole Louise Henriette de Virieu (1774-1861)

Il rentre en France après le 18 Brumaire. Il s'installe à Lyon et il est adjoint au maire de Lyon de 1811 à 1814. Il fait partie de la délégation qui négocie lorsque les Autrichiens aprrochent de la ville[2]. Pendant la campagne de France il est au service du comte de Provence. Louis XVIII l'envoie auprès d'Augereau pour tenter de le rallier aux Bourbons. Pendant les Cent-jours, il évite l'arrestation grâce au général Mouton-Duvernet. Il devient colonel en 1815, lors de la première Restauration.

Il est député du Rhône de 1824 à 1827, siégeant dans la majorité[3].

Le , il meurt dans son château de Lachassagne.


Titres et décorations[modifier | modifier le code]

Le comte de Laurencin est chevalier de Malte, Officier de la Légion d'honneur et chevalier de Saint-Louis. Il est promu maréchal de camp honoraire le [4].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Laurencin, Opinion de M. le comte de Laurencin,député du Rhône : prononcée le 11 mars 1825, dans la Chambre des députés, sur la proposition d'appliquer les dispositions de la loi d'indemnité aux maisons confisquées et démolies à Lyon, après le siége, Lenormant, , 15 p. (lire en ligne).

voir encore [5]

Sociétés savantes[modifier | modifier le code]

  • Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon, membre en , puis président en [6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Archives du Rhône: », sur archives.rhone.fr.
  2. Biographie universelle 1842, p. 393.
  3. Base de donnée des députés français [1]
  4. Base de donnée des députés français [2]
  5. Data. bnf.fr [3]
  6. Dict. Académiciens de Lyon, p. 768.