Forêts de conifères et mixtes des Pyrénées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Forêts de conifères et mixtes

des Pyrénées
Écorégion terrestre - Code PA0433[1]

Description de cette image, également commentée ci-après
La cascade du Pont d'Espagne
dans les Hautes-Pyrénées (France).
Classification
Écozone : Paléarctique
Biome : Forêts tempérées décidues et mixtes
Global 200[2] : Forêts mixtes d'altitude européennes et méditerranéennes
Géographie et climat
Superficie[3] :
25 930 km2
min. max.
Altitude[3] : 189 m 3 153 m
Température[3] : −4 °C 21 °C
Précipitations[3] : 41 mm 165 mm
Écologie
Espèces végétales[4] :
3 300
Oiseaux[5] :
181
Mammifères[5] :
70
Squamates[5] :
39
Espèces endémiques[5] :
2
Conservation
Statut[5] :
Vulnérable
Aires protégées[6] :
20,0 %
Anthropisation[6] :
13,2 %
Espèces menacées[6] :
13
Ressources web :
Site du WWF

Localisation

Description de l'image Ecoregion PA0433.svg.

Les forêts de conifères et mixtes des Pyrénées forment une écorégion terrestre définie par le Fonds mondial pour la nature (WWF), qui appartient au biome des forêts de feuillus et forêts mixtes tempérées de l'écozone paléarctique. Elle recouvre le massif montagneux des Pyrénées qui marque la frontière entre la France et l'Espagne et se caractérise par des niveaux élevés de biodiversité. Sur les 3 500 espèces de plantes abritées par l'écorégion, environ 200 sont endémiques et la faune menacée d'extinction comprend l'Ours brun et le Gypaète barbu. Bien qu'il existe des zones d'habitat encore vierges, l'exploitation forestière, les stations de sports d'hiver et les barrages représentent une menace majeure pour cette écorégion unique.

Végétation[modifier | modifier le code]

Les Pyrénées sont situés à la frontière entre les régions biogéographiques euro-sibérienne et méditerranéenne et se divisent en trois grands secteurs bioclimatiques. La partie occidentale est affectée par les flux d'air chaud et humide de l'Atlantique, le secteur central continental par un temps froid et sec, et la section orientale par l'influence méditerranéenne chaude et sèche. Elles se caractérisent également par une grande diversité de l'étagement altitudinal des types de forêts. Les zones calcaires de basse altitude ont un type de végétation méditerranéenne, où un mélange d'espèces à feuilles persistantes (essentiellement Quercus ilex) et caduques (Quercus faginea, Quercus pubescens, Tilia platiphyllos, Acer opalus) prédominent, alors que le Chêne-liège et le Pin pignon forment d'importants massifs sur les substrats siliceux de l'extrémité orientale, près de la Méditerranée. La moyenne altitude abrite des forêts mixtes de feuillus (Quercus petraea, Quercus pubescens, Fagus sylvatica) et des forêts de Pin sylvestre et de Pin noir, ainsi que des reliques des forêts de genévriers (Juniperus thurifera). La haute montagne est principalement composée d'un mélange de Hêtre commun et de Sapin blanc, ainsi que de Pin à crochets dans les régions continentales intérieures. Au-dessus de la limite des arbres se trouvent enfin les zones de pelouse alpine qui accueillent de nombreuses espèces endémiques.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) D. M. Olson, E. Dinerstein, E. D. Wikramanayake, N. D. Burgess, G. V. N. Powell, E. C. Underwood, J. A. D'Amico, I. Itoua, H. E. Strand, J. C. Morrison, C. J. Loucks, T. F. Allnutt, T. H. Ricketts, Y. Kura, J. F. Lamoreux, W. W. Wettengel, P. Hedao et K. R. Kassem, « Terrestrial Ecoregions of the World: A New Map of Life on Earth », BioScience, vol. 51, no 11,‎ , p. 935-938.
  2. (en) D. M. Olson, E. Dinerstein, R. Abell, T. Allnutt, C. Carpenter, L. McClenachan, J. D’Amico, P. Hurley, K. Kassem, H. Strand, M. Taye et M. Thieme, The Global 200 : A representation approach to conserving the earth's distinctive ecoregions, Washington DC, Conservation Science Program, World Wildlife Fund-US, (lire en ligne)
  3. a, b, c et d (en) World Wildlife Fund, « The Terrestrial Ecoregions of the World Base Global Dataset », sur http://worldwildlife.org (consulté le 29 septembre 2012). Disponible alternativement sur : Loyola RD, Oliveira-Santos LGR, Almeida-Neto M, Nogueira DM, Kubota U, et al., « Integrating Economic Costs and Biological Traits into Global Conservation Priorities for Carnivores », PLoS ONE, (consulté le 20 octobre 2012), Table S1. Les données de température et de précipitations sont les moyennes mensuelles minimales et maximales.
  4. (en) G. Kier, J. Mutke, E. Dinerstein, T. H. Ricketts, W. Küper, H. Kreft et W. Barthlott, « Global patterns of plant diversity and floristic knowledge », Journal of Biogeography, vol. 32,‎ , p. 1107–1116 (DOI 10.1111/j.1365-2699.2005.01272.x, lire en ligne), données et carte consultables dans the Atlas of Global Conservation.
  5. a, b, c, d et e (en)World Wildlife Fund, « WildFinder: Online database of species distributions », , données et carte consultables dans the Atlas of Global Conservation.
  6. a, b et c (en) J. M. Hoekstra, J. L. Molnar, M. Jennings, C. Revenga, M. D. Spalding, T. M. Boucher, J. C. Robertson, T. J. Heibel et K. Ellison, The Atlas of Global Conservation : Changes, Challenges, and Opportunities to Make a Difference, Berkeley, University of California Press, (lire en ligne), données et carte consultables dans the Atlas of Global Conservation.