Fiodor Abramov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abramov.
Fiodor Abramov
Nom de naissance Fiodor Aleksandrovitch Abramov
Naissance
Verkola (en)
Gouvernement d'Arkhangelsk
RSS de Russie
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Décès (à 63 ans)
Leningrad
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture russe
Mouvement réalisme socialiste soviétique
Genres

Œuvres principales

Frères et Sœurs (1958)
Chronique de Pékachino (1973)

Fiodor Aleksandrovitch Abramov (en russe : Фёдор Алекса́ндрович Абра́мов, né le – mort le ) est un écrivain et critique littéraire soviétique et russe[1]. Son œuvre décrit les conditions de vie difficiles de la classe paysanne soviétique, ce qui l'a amené, notamment, à être réprimandé par les autorités soviétiques[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Abramov nait et grandit dans un environnement paysan. Il étudie à l'université d'État de Leningrad, mais met de côté ses études pour s'engager comme soldat lors de la Seconde Guerre mondiale. Il est servant d'une mitrailleuse, puis, après une blessure, est engagé dans l'infanterie. Au printemps 1943, le département de contre-espionnage de l'armée soviétique SMERSH commence à s'intéresser à lui à cause de ses compétences en langues étrangères, l'allemand et le polonais. Il y devient enquêteur le 17 avril 1943[3]. Il est décoré de l'Ordre de la Guerre patriotique, de la Médaille pour la Défense de Léningrad et Médaille pour la victoire sur l'Allemagne. En 1945, il rejoint les rangs du parti communiste.

En 1951, il termine ses études à la Faculté de philologie de l'université de Saint-Pétersbourg et commence à enseigner à l'université jusqu'en 1960. À ce moment, il quitte l'enseignement pour devenir écrivain à plein temps.

Son essai Lyudi kolkhoznoy derevni v poslevoyennoy (1954), qui critique la glorification de la vie dans les villages communistes soviétiques, est dénoncé par l'Union des écrivains soviétiques et le Comité central. Dans un autre essai subséquent, Abramov milite pour l'abolition de la loi interdisant l'obtention d'un passeport interne pour les paysans. Il prône également d'accorder de plus grandes parts des profits qu'ils générèrent aux paysans. Cet essai amène son renvoi de l'équipe éditoriale du journal Neva.

En 1958, il écrit son premier roman, Bratya i syostri (Frères et sœurs), qui décrit la vie difficile des villageois du nord lors de la Seconde Guerre mondiale. Abramov écrit deux suites au roman : Dve zimy i tri leta (Deux hivers et trois étés, 1968) et Puti-pereputya (Chemins et carrefours, 1973). Son quatrième roman est intitulé Dom (La Maison, 1978).

Il reçoit pour sa trilogie Priasliny (Пряслины) le prix d'État de l'URSS en 1975. On lui décerne l'Ordre de Lénine en 1980.

Abramov commence un cinquième roman, Chistaya kniga, mais ne pourra pas l'achever avant sa mort en mai 1983.

L'astéroïde (3409) Abramov, découvert en 1977 par l'astronome soviétique Nikolaï Tchernykh, est nommé en son honneur[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Frères et Sœurs (Bratya i syostri) (1958).
  • Deux hivers et trois étés (Dve zimy i tri leta) (1968).
  • Puti-pereputya (1973)
- traduit en français sous le titre Chronique de Pékachino par Monique Slodzian, Paris, Albin Michel, coll. « Les grandes traductions », 1975, 323 p. (ISBN 2-226-00156-5)
  • Dom (1978).
  • Chistaya kniga, incomplet

Essai[modifier | modifier le code]

  • Vokrug da okolo (1963)
- traduit en français sous le titre Autour et alentour par Françoise Godet, Lausanne, Suisse, Éditions L’Âge d’Homme, coll. « Chroniques slaves », 1987, 97 p. (notice BnF no FRBNF34926037)

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Fyodor Abramov » (voir la liste des auteurs).

  1. « Fyodor Abramov », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 3 avril 2015)
  2. (ru) Владимир Перекрест, « Секретное дело Федора Абрамова », sur portal-kultura.ru,‎ (consulté le 5 aout 2015)
  3. (ru) Сергей Кононов, « Федор Абрамов - писатель и контрразведчик », sur agentura.ru (consulté le 3 octobre 2015)
  4. (en) Lutz Schmadel, Dictionary of Minor Planet Names, Springer Science & Business Media, (ISBN 978-3-540-00238-3, lire en ligne), p. 284

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :