Fernando Ortiz Fernández

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fernando Ortiz Fernández
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
La HavaneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Fernando OrtizVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Fernando Ortiz FernándezVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaines

Fernando Ortiz Fernández, né le et mort le à La Havane, est un ethnologue et anthropologue cubain. Considéré comme le plus important de sa spécialité, il est à l'origine du concept de transculturation, qu'il a appliqué au contexte culturel de la société coloniale cubaine pour expliquer l'émergence et la constitution historique de la nationalité cubaine[1].

Il est parfois désigné comme le « troisième découvreur de l'Amérique »[2], après Christophe Colomb et Alexander von Humboldt, en hommage à l'ampleur et à la profondeur de ses études. Il s'est en particulier intéressé à l'influence africaine dans la culture cubaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Los Negros brujos, 1906
  • Los negros esclavos, 1916
  • Un catauro de cubanismos : Apuntes lexicográficos, 1923
  • Glosario de afronegrismos, 1924
  • Contrapunteo cubano del tabaco y el azúcar, 1940
  • La Africania de la musica folklorica de Cuba, 1950
  • Wifredo Lam y su obra vista a travès de significados criticos, La Havane, 1950 : première monographie consacrée au peintre W. Lam[3]
  • Los Instrumentos de la musica afrocubana, 1952-1955
  • Nuevo catauro de cubanismos, 1985
  • Los Negros curros, 1986, édition posthume

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. William Navarrete, La Chanson cubaine (1902-1959), L'Harmattan, Col. « Recherches et documents - Amériques latines », Paris, 2000, (ISBN 2-7384-9861-2), p. 15
  2. (es) Luis Rafael, Fernando Ortiz, tercer descubridor de Cuba sur le site de l’Institut Cervantes.
  3. Lam et les poètes, Hazan, Paris, 2005, p. 138.

Liens externes[modifier | modifier le code]