Famille Macé de La Rochemacé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Famille Macé de La Rochemacé
Blasonnement De gueules à 3 rencontres de daim d'or au chef cousu d'azur chargé d'une croix engreslée d'argent.
Période XVIIe siècle - XXIe siècle
Pays ou province d’origine Bretagne

La famille Macé de La Rochemacé, olim Macé puis Macé de La Roche-Macé, est une famille subsistante de la noblesse française originaire de Bretagne (Nantes), qui a pour auteur Louis Macé, anobli par charge de conseiller secrétaire du Roi et maire de Nantes en 1662[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Cette famille a pour auteur Louis Macé, écuyer, seigneur en 1660 de la Roche-Couffé à Couffé[2]. Fils de Jean Macé[3], il épousa Françoise Macé[4]. Il fut anobli comme conseiller secrétaire du roi auprès de la chambre des comptes de Bretagne[1],[5] et maire de Nantes en 1662 et maintenu comme noble d'extraction par arrêt de la chambre de réformation du 21 février 1669[5].

La Chesnaye-Desbois indique: « Louis Macé, sieur de la Roche en Coussé, président au présidial de Nantes et Pierre Macé de La Pilardière, prieur d’Oudon, furent déclarés nobles comme issus de maîtres des comptes en conséquence de l’arrêt du conseil du 9 janvier 1659, par arrêt rendu en la chambre de la réformation le 16 février 1669[6] ».

Illustrations familiales[modifier | modifier le code]

  • Louis Macé (1621-1672), seigneur de la Roche à Couffé, écuyer, président du présidial de Nantes, maire de Nantes (1662-1664) ; époux de Françoise Macé en 1658.
  • François Macé (1659-1728),seigneur de la Roche, conseiller au parlement de Bretagne (pourvu le 7 janvier 1687) ; époux de Jeanne Françoise de Kergozou de Kersalio.
  • Maurice-Anne Macé (1702-1766), seigneur de La Roche-Macé, conseiller au parlement de Bretagne ; époux de Madeleine-Louise Bouin de Cacé.
  • Bernardin Maurice Macé seigneur de la Roche-Macé (1789-1881), colonel de l'armée royale (1815-1832), il est l'un des deux commandants de 800 chouans lors du combat de Riaillé le 6 juin 1832[7]. Il fut Chevalier de Saint-Louis et de Saint-Ferdinand d'Espagne. Il épousa en 1824 Marie Brochet de Verigny.

Armes[modifier | modifier le code]

De gueules à 3 rencontres de daim d'or au chef cousu d'azur chargé d'une croix engreslée d'argent.[1]

Alliances[modifier | modifier le code]

Les principales alliances de la famille Macé de La Rochemarcé sont : de Kergozou, Bouin, de Fleuriot de la Freulière, Brochet de Varigny, de La Jaille, etc.[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, tome 4, page 494.
  • E. de Séréville, F. de Saint-Simon, Dictionnaire de la noblesse française, 1975, page 678.

Articles connexes[modifier | modifier le code]