Maki de Mayotte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Eulemur fulvus mayottensis)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lémur à front blanc

Maki de Mayotte.

Le Maki de Mayotte, appelé aussi Ankoumba en kibouchi (malgache de Mayotte) ou Comba en shimaoré, est un primate lémuriforme considéré comme une variété du Lémur fauve (Eulemur fulvus) de Madagascar, ou comme l'une de ses sous-espèces (Eulemur fulvus mayottensis - Schlegel, 1866). Il vit sur les îles de Mayotte et d'Anjouan dans l'archipel des Comores, où il aurait été introduit par l'homme à partir de Madagascar.

Caractéristiques et mode de vie[modifier | modifier le code]

Maki de Mayotte, avec ses yeux orange.

Description[modifier | modifier le code]

C'est en 1866 que Schlegel en parle pour la première fois. Les premiers exemplaires ont été collectés par Pollen et Vandamen en 1864 dans la baie de Jougoni. Eulemur fulvus mayottensis n'existe qu'à Mayotte et Anjouan.

On le reconnaît à son visage noir orné de deux grands yeux au regard orange doré, son museau allongé de lévrier terminé par une truffe noire, et son pelage très doux, variant du beige au roux, particulièrement touffu au niveau de la queue. Les zones sourcilières sont claires, et certains individus développent un collier de longs poils blancs formant des favoris. Il mesure une cinquantaine de centimètres (plus une queue de 60 cm), et pèse de deux à trois kilogrammes.

Ses longs pieds au pouce opposable portent des ongles, à l'exception d'une longue griffe courbe à l'index. Il serait le seul primate qui possède des mains de type humain avec des empreintes digitales [réf. nécessaire].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Il se nourrit de fruits pendant la bonne saison, et sinon de feuilles et de fleurs, avec une tendance omnivore, se complémentant de petits lézards et d'œufs d'oiseaux, mais sa nourriture essentielle reste composée de fruits mûrs comme les bananes, les papayes, les mangues, les jaques et baies diverses, ce qui explique l'animosité de certains agriculteurs à son égard.

Pendant la saison sèche, le manque de fruits le pousse à descendre dans les habitations pour chercher de la nourriture (parfois dans les poubelles) et ne craint pas de passer sur les fils électrique pour s'approcher. On peut le voir au milieu des villes comme Kawéni. Avec ses mains qui ressemblent à des mains humaines, il est capable d'éplucher certains fruits comme la banane.

Mode de vie[modifier | modifier le code]

Doté d'un sens extraordinaire de l'équilibre, grâce à sa longue queue, il saute d'arbre en arbre, avec des bonds prodigieux de plusieurs mètres. Il passe la majorité de son temps dans les arbres et ne descend que pour boire de l'eau ou pour chercher un morceau de fruit tombé à terre.

Il vit en groupe composé de quatre à une dizaine d'individus. Il est actif de nuit comme de jour. Il communique par différents cris (plus de 10), mais essentiellement par des grognements proches de ceux des cochons. Sa vie sociale est très structurée et comparable à la nôtre par bien des aspects[réf. nécessaire]. Il « enterre » ses morts (ou tout au moins les recouvre de terre ou de feuilles)[réf. nécessaire].

Reproduction[modifier | modifier le code]

Relation avec les humains[modifier | modifier le code]

Sa sociabilité et son absence d'agressivité naturelle (d'où sa vulnérabilité) en font un animal qu'il est tentant (mais difficile) d'apprivoiser. Malgré leur caractère sauvage, ils peuvent s'habituer très facilement aux humains notamment quand ces derniers les nourrissent à la main : cela est cependant déconseillé, car il existe un risque de déséquilibre alimentaire et surtout de « clochardisation » de ces animaux, qui délaisseraient les forêts pour aller mendier en ville.

Les mahorais, surtout les enfants ne les considèrent pas comme des animaux, mais comme des humains transformés par Dieu, et les respectent.

Mesures de protection[modifier | modifier le code]

Le maki est devenu maintenant une espèce protégée, semble-t-il parce qu'il était chassé comme nourriture (il aurait été importé de Madagascar pour servir de gibier, comme le tangue). La capture de cet animal est devenu un délit passible d'amende et d'emprisonnement.

Légende[modifier | modifier le code]

À Mayotte, on raconte qu'à une époque il y avait une femme qui avait donné à manger à son enfant. L'enfant a déféqué et la femme a essuyé son enfant avec de la nourriture. Dieu s'est mis en colère et l'a transformée en maki, parce que dans la religion de Mayotte impureté et nourriture ne doivent pas être mises ensemble[réf. nécessaire].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :