Eugenio Arrieta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eugenio Arrieta
Francisco de Goya - Self-Portrait with Dr. Arrieta - Google Art Project.jpg

Goya et son médecin, peinture réalisée par Francisco de Goya en 1820, dans laquelle le peintre se représente en train d'être traité par son médecin, Eugenio Arrieta.

Biographie
Naissance
Décès
Date inconnueVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité

Eugenio José García Arrieta, né à Cuéllar le (mais dont la date et le lieu de sa mort son inconnus), plus connu comme le doctor Arrieta, est un médecin espagnol. Il s'est rendu célèbre pour avoir soigné Francisco de Goya d'une grave maladie, fin 1819, ce que le peintre a représenté dans la peinture Goya et son médecin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Eugenio José est né à Cuéllar, près de Ségovie, d'Ángel García Muñoz et de Dorotea Arrieta Merino[1]. Il est le frère de l'écrivain Agustín García Arrieta (es).

Peu d'éléments sont connus, concernant sa trajectoire académique et professionnelle : il a exercé à Madrid et a été mandaté par le gouvernement pour étudier « la peste du Levant » sur les côtes d'Afrique, où il est probablement mort.

Goya et son médecin[modifier | modifier le code]

Également connue comme Goya soigné par le docteur Arrieta (en espagnol : Goya atendido por el doctor Arrieta), il s'agit d'une peinture réalisée par Francisco de Goya en 1820. Elle reflète la grave maladie dont a souffert son auteur et qui a laissé Goya prostré dans un état de faiblesse et de proximité de la mort de novembre 1819 à la date à laquelle il a été traité par Arrieta[2].

Au pied de l'œuvre, une note, très probablement de Goya, dit :

Goya agradecido, á su amigo Arrieta: por el acierto y esmero con qe le salvo la vida en su aguda y
peligrosa enfermedad, padecida á fines del año 1819, a los setenta y tres de su edad. Lo pintó en 1820.

« Goya reconnaissant, à son ami Arrieta : pour la justesse et l'application avec lesquelles il lui a sauvé la vie dans son intense et
dangereuse maladie, dont il a souffert fin 1819, à l'âge de soixante-treize ans. Il l'a peint en 1820. »

On ne sait pas exactement quelle était la maladie dont souffrait Goya[2]. Il y a eu beaucoup de spéculations à ce sujet, et les hypothèses les plus probables indiquent une maladie vasculaire cérébrale[N 1] ou une maladie infectieuse[N 2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le professeur García-Conde Gómez fait l'analyse suivante :

    Goya debió sufrir entonces, como en épocas posteriores, crisis de insuficiencia cerebro-vascular transitoria como fondo de una ateromatosis generalizada. La medicación que D. Eugenio García de Arrieta le administra en el cuadro debe ser valeriana...

    — Francisco José García-Conde Gómez, La estimación social del médico en relación con su eficacia (1994)[3].

    « Goya a dû subir alors, comme il le fera à nouveau postérieurement, une athérome généralisée sur fond de crise d'insuffisance vasculaire cérébrale. Les médicaments que D. Eugenio García de Arrieta lui administre dans le tableau doit être valérienne... »

  2. Le professeur Gómiz León en fait lui l'analyse suivante :

    Según documentos que permanecieron en poder de los descendientes de Arrieta, se habla en ellos de fiebres tifoideas (tubardillo)[sic], y que Goya presentó cefalea, fiebre alta, delirios y parálisis parcial.

    — Juan José Gómiz León, Goya y su sintomatología miccional de Burdeos, 1825 (2007)[4].

    « Selon des documents qui sont toujours en possession des descendants d'Arrieta, sont évoquées des fièvres typhoïdes [sic], et que Goya a présenté des symptomes de céphalée, de fièvre élevée, de délires et de paralysie partielle. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. Archivo Parroquial de Cuéllar (es), Sección II, Libro cuarto de bautismos de la parroquia de San Miguel, f. 291.
  2. a et b Werner Hofmann, Goya : Du ciel à l'enfer en passant par le monde, Hazan, (ISBN 9782754107709), p. 230.
  3. (es) Francisco José García-Conde Gómez, La estimación social del médico en relación con su eficacia : Discurso leído en la solemne sesión inaugural del curso académico 1994, celebrada el día 11 de enero, Madrid, Instituto de España, Real Academia Nacional de Medicina, , 10 p. (lire en ligne), p. 8
  4. (es) Juan José Gómiz León, « Goya y su sintomatología miccional de Burdeos, 1825 », Archivo Español de Urologia, vol. 60, no 8,‎ , p. 923 (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]