Eugène Rey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Eugène Rey
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Eugène Rey est un libraire et éditeur français né en 1869 et mort en mai 1949[1], installé à Paris, d'abord au 8, boulevard des Italiens, puis, en 1925, au 11bis rue Drouot.

Activité[modifier | modifier le code]

Eugène Rey passa son enfance dans les faubourgs Nord de Paris. Il fréquenta l'École Communale de la rue de Bruxelles (dans le neuvième arrondissement) où il eut pour camarade Gabriel Randon qui allait devenir célèbre sous le pseudonyme de Jehan Rictus. (Eugène apparaît sous le nom de Rottembourg dans le roman autobiographique Fil de Fer de ce dernier[2].)

Les deux allaient rester amis jusqu'à la fin des années 1920. Ils fréquentèrent ensemble les cercles de jeunes poètes et en 1897 Rey aida Rictus lorsque ce dernier fit paraître, à compte d'auteur, la première édition de son livre Les Soliloques du Pauvre.

En 1898, Eugène Rey s'associa aux activités de libraire et d'éditeur de P. Sevin[3]. Sevin et Rey publièrent notamment en 1903 l'édition refondue des Soliloques du Pauvre, avec notamment les illustrations de Steinlen.

Rey prit son indépendance vers 1904. Il s'occupa d'autres éditions de Jehan Rictus, dont l'autre grand recueil de ce poète, Le Cœur populaire, en 1914. Une partie de l'abondante correspondance (1902-1931) entre les deux amis est conservée à la Houghton Library, de l'Université Harvard (lettres de Rictus) et à la BnF (lettres de Rey).

Il publia également Dans la rue d'Aristide Bruant (1924), La Chanson d’un Gas qu’a mal tourné de Gaston Couté (2 volumes, 1928 et 1937) et de nombreux autres ouvrages aujourd'hui recherchés par les bibliophiles.

La boutique d'Eugène Rey fut fréquentée par de nombreux écrivains. Il avait fondé avant 1909 une revue littéraire, L'Écho bibliographique du Boulevard renommé en 1911 L'Écho littéraire du Boulevard[4] et il présidait le Syndicat des Libraires[5].

En juillet 1949, le fonds est racheté par les éditions Pierre Seghers[1].

Publications[modifier | modifier le code]

  • L'Évolution actuelle du roman, opinions de Paul Acker, Camille Audigier, Aurel, Émile Baumann, Nicolas Beauduin, René Benjamin, Louis Bertrand, Marcel Boulenger, etc., avec une conclusion par André Billy, E. Rey, 1911 [lire en ligne]
  • Charles-Théophile Féret, La Normandie exaltée, Paris, E. Rey, 1921
  • Aristide Bruant, Dans la rue, nouvelle édition. Poèmes et chansons choisis. Avec quelques souvenirs d'Aristide Bruant pour servir de préface, Paris, E. Rey, 1924
  • Gaston Couté, La Chanson d'un Gas qu'a mal tourné. Poèmes et chansons. Préface par Henri Bachelin, Paris, E. Rey, 1928
  • Gaston Couté, La Chanson d'un Gas qu'a mal tourné. Poèmes et chansons inédits, deuxième volume, Paris, E. Rey, 1937
  • Jehan Rictus, Cantilènes du malheur, pointe sèche de Steinlen, Paris, P. Sevin et E. Rey, 1902
  • Lucien Descaves, Barabbas : paroles dans la vallée, dessins de Steinlen, Paris, E. Rey, 1914

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pascal Fouché, Chronologie de l'édition française de 1900 à nos joursmoteur de recherche en ligne.
  2. Jehan Rictus, Journal quotidien, cahier 46, page 224
  3. Jehan Rictus, Journal quotidien, cahier 2, page 126
  4. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb38866334p
  5. Jehan Rictus, Journal quotidien, cahier 56, page 208