Eugène Fombertaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Eugène Fombertaux
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Père
Autres informations
Lieux de détention

Eugène Antoine Fombertaux, est un révolutionnaire blanquiste très engagé sous la Monarchie de Juillet, depuis l'âge de 15 ans. Né à Moulins le 17 janvier 1821, il est mort à Paris le 13 mars 1896. Il a publié et distribué plusieurs journaux républicains très provocateurs avant l'âge de 19 ans. Il a été lourdement condamné par la justice de Louis-Philippe en 1839, puis en 1852 par Louis Napoléon Bonaparte[1].

Cité plusieurs fois par l’espion Lucien de La Hodde[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'Antoine Fombertaux et de Françoise Meissonnier, il avait eu, à quinze ans, "l'étrange audace d'adresser au roi la lettre la plus extraordinaire qui se puisse voir"[3], puis, à seize ans, il fut arrêté pour avoir imprimé et affiché des placards séditieux. Enfin le 29 septembre 1838, la police l'a découvert dans sa chambre du 26 rue Saint-Benoit à Paris, occupé à imprimer le quatrième numéro de L'Homme Libre. Il est condamné à 5 ans de prison, pour crimes politiques, le 12 juin 1839, par la Cour d’Assises de la Seine. Il est entré au bagne du Mont St-Michel le 28 octobre 1839.

En 1848, il est proche de Blanqui, il est l'un des 3 candidats des communistes révolutionnaires aux élections d'avril à Paris. Il publie La Commune sociale avec son ami Gabriel Charavay. Il collabore aussi à L'Accusateur public d'Alphonse Esquiros, juste avant les massacres de juin.

Condamné de nouveau à 5 ans de prison, avec Gabriel Charavay et Louis Combes, au bagne de Belle-Ile en février 1852, il y retrouve Barbès et Blanqui.

Son père Antoine est mort à l'Hospice de Bicêtre, à Gentilly (Val-de-Marne) le 21 décembre 1878. Inhumé au cimetière d'Ivry-sur-Seine.

Eugène est mort à Paris le 13 mars 1896.

Ses prisons[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Michel Paris, L'Humanitaire (1841), Paris, L'Harmattan, (ISBN 978-2-343-02520-9)
  2. Lucien de La Hodde, Histoire des sociétés secrètes et du parti républicain, Paris, Julien Lanier,
  3. La Gazette des tribunaux du 6 septembre 1837