Eugène Cosserat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cosserat (homonymie).
Eugène Cosserat
Naissance
Amiens (France)
Décès (à 65 ans)
Toulouse (France)
Nationalité Drapeau de la France France
Domaines mathématicien
astronome
Institutions observatoire de Toulouse, Université de Toulouse
Diplôme école normale supérieure
Renommé pour surfaces de Cosserat
Distinctions Prix Poncelet 1899

Eugène Cosserat, né le à Amiens et mort le (à 65 ans) à Toulouse, est un mathématicien et astronome français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une riche famille d'industriels amiénois, il entre en 1883 à l'école normale supérieure ; en 1886 il est nommé à l'Observatoire de Toulouse, et en 1896 il est nommé professeur de mathématiques à la faculté des sciences de l'Université de Toulouse. En 1908, il occupe la chaire d'astronomie et devient directeur de l'observatoire de Toulouse.

Avec son frère François, polytechnicien et ingénieur des chemins de fer (1852 - 1914), il proposa[1] sur la base de la Théorie des surfaces de Darboux une théorie originale de la déformation des milieux continus : associant un trièdre à chaque particule d'un milieu continu, il définit la loi de comportement du milieu par des restrictions particulières sur les transformations possibles du trièdre. Les contraintes dans le milieu continu sont définies indirectement à partir de la variation dans le temps du trièdre local et de l'action euclidienne développée dans la déformation du milieu, cette action devant elle-même respecter certaines conditions d'invariance. Cosserat retrouve ainsi le modèle du fil inextensible, de la surface flexible et inextensible, du fluide incompressible, etc. mais la classe de milieux ainsi décrite est potentiellement plus vaste que celle de Cauchy et ses successeurs. En particulier, le tenseur des contraintes n'est plus nécessairement symétrique, comme c'est le cas dans la théorie classique. Les idées des frères Cosserat ont donné naissance aux modèles de « milieux continus polaires », ou « milieux à directeur[2] », qui trouvent de nombreuses applications dans l'étude des milieux à microstructure périodique, des milieux orientés ou dans la théorie des mélanges[3].

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Toulouse et son université. Facultés et étudiants dans la France provinciale du XIXe siècle, par John M. Burney, aux Presses universitaires du Mirail et Éditions du CNRS, 1988.
  • L'observatoire de Toulouse aux XVIIIe et XIXe siècles - Archéologie d'un espace savant, par Jérôme Lamy, aux presses universitaires de Rennes, 2007.
  • P. Caubet, « Eugène Cosserat », Journal des Observateurs, no 14,‎ , p. 139–143 (lire en ligne)
  • M.L. Montangerand, « Éloge de E. Cosserat. », Annales de l'Observatoire Astron. et Meteo. de Toulouse, no 10,‎ , xx–xxx (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dans Eugène et François Cosserat, Théorie des corps déformables, Librairie Hermann, , 230 p..
  2. Cf. S. Antman, Nonlinear Problems of Elasticity, New York, Springer- Verlag, coll. « Applied Mathematical Sciences », , xviii +750 p., chap. 108.
  3. Cf. notamment A. E. Green et P. M. Naghdi, A Theory of Laminated Composite Plates (Journal of Applied Mathematics) vol. 29 (no 1), p. 1-23 (1982) et A. E. Green et P. M. Naghdi, « A theory of mixtures », Arch. Ration. Mech. Anal., vol. 24, no 4,‎ , p. 243-263 (ISSN 0003-9527, DOI 10.1007/BF00283776)