Esterwegen (camp de concentration)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Esterwegen est le plus connu des 15 camps de concentration d'Emsland.

Histoire[modifier | modifier le code]

Depuis 1923, plusieurs prisons existaient dans l'Emsland. En 1933, Borgermoor et Esterwegen furent choisis pour accueillir les opposants politiques.

Bien qu'il fût considéré comme un Strafgefangenenlager, c'est-à-dire un camp de punition pour prisonniers, les conditions de vie y étaient comparables à celles des autres camps de concentration : tortures, exécutions, travaux forcés.

En 1941, lorsque de nombreux prisonniers et opposants politiques non-allemands furent envoyés dans le camp, il devint administrativement dépendant du camp de concentration de Neuengamme.

Le camp ne possédait pas de crématoire, les victimes étaient enterrées dans un cimetière dans les bois.

Dans les années 1970, le camp fut occupé par la Bundeswehr, armée d'Allemagne fédérale.

Prisonniers célèbres[modifier | modifier le code]

Création d'une loge maçonnique[modifier | modifier le code]

En novembre 1943, une loge maçonnique baptisée "Liberté Chérie" fut créée par 7 francs-maçons internés dans la baraque n°6 du camp. Ils se réunissaient clandestinement pour leurs Tenues (réunions ritualisées) dans le fond de la baraque avec la complicité d'autres prisonniers montant la garde. En effet, s'ils étaient découverts par les geôliers, ils risquaient la mort. Ces Maîtres francs-maçons furent :

Franz Rochat (1908-1945) Pharmacien, Initié franc-maçon aux "Amis Philanthropes" de Bruxelle,

Jean Sugg (1897-1945) représentant de commerce en Pharmacie, franc-maçon de la Loge les "Amis Philanthropes",

Guy Hannecart (1903-1945 ) avocat, franc-maçon de la loge les "Amis Philanthropes",

Paul Hanson (1889-1944), Juge de Paix au canton de Louveigné, franc-maçon de la Loge « Hiram » à l'Orient de Liège,

Luc Somerhausen (1903-1982) Journaliste, franc-maçon à la Loge "Action et Solidarité". Comme il connaît la procédure maçonnique réglementaire à suivre, il sera à l'origine de la création de la Loge Liberté Chérie et en rédige les statuts.

Joseph Degueldre (1904-1981) médecin, membre de la loge "Travail" de Verviers,

Amédée Miclotte (1902-1945) Professeur, membre de la loge "aux Vrais amis de l'Union et du Progrès".

Lors de la premier Tenue, Paul Hanson sera élu Vénérable Maître de la loge. Après plusieurs Tenues à hauts risques, Fernand Erauw (né en 1914) Fonctionnaire et Lieutenant à l'Armée Secrète. Il sera initié apprenti franc-maçon. A la libération, Luc Somerhausen obtiendra la reconnaissance officielle par le Grand Orient de Belgique de "Liberté Chérie".

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Erich Kosthorst, Konzentrations- und Strafgefangenenlager im Emsland 1933 - 1945 : zum Verhältnis von NS-Regime und Justiz, Düsseldorf, 1985