Estelle Patou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Patou.

Estelle Patou
Image illustrative de l’article Estelle Patou
Contexte général
Sport Triathlon
Période active 1993 - 2005
Biographie
Nationalité Drapeau : France Française
Naissance (41 ans)
Lieu de naissance Lille (France)
Taille 1,76 m (5 9)
Poids de forme 60 kg (132 lb)
Surnom Pastel
Club Beauvais Triathlon

Estelle Patou, née le à Lille, est une triathlète française, double championne de France de triathlon longue distance (en 1999 et 2005).

Biographie[modifier | modifier le code]

icône image Image externe
Estelle Patou

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Estelle Patou commence le triathlon à l'initiative de son père, qui le pratique lui-même et qui l'a fait débuter dans cette discipline en 1993. Elle participe à sa première compétition en prenant part à une course de promotion à Amiens. Elle s'adonne avant cela à la pratique de la course à pied et au vélo sous une forme plutôt loisir que compétitive. En 1995, elle prend sa première licence fédérale de triathlon à Compiègne, avant de rejoindre le club de Beauvais où elle reste jusqu'en 2008[1].

Carrière en triathlon[modifier | modifier le code]

Estelle Patou remporte son premier titre majeur en 1999 en inscrivant son nom au palmarès des championnats de France de triathlon longue distance. L’année suivante, elle prend la seconde place de cette compétition et termine à la 10e du championnat du monde. En 2003, elle est de nouveau vice-championne de France longue distance et monte pour la première fois sur la deuxième marche du podium de l'Embrunman.

2004 est l'année de sa consécration sur la distance Ironman. Elle remporte en moins de 12 heures 30 l'Embrunman, devant la Néerlandaise Ilonka van Der Meer[2].

2005 est sa dernière année de triathlon au plus haut niveau. En juin, elle participe à Lorient au championnat de France longue distance. Elle prend la tête de course dès la partie natation avec plus de deux minutes d'avance sur ses poursuivantes et agrandit les écarts sur la partie vélo. À l’issue de la partie cycliste, elle compte 11 minutes d'avance sur ses principales concurrentes Isabelle Ferrer et Audrey Cléau[3]. Elle entame la course à pied en gérant sans grande difficulté son avance et remporte son second titre et la qualification pour les championnats du monde[2].

Autres pratiques sportives[modifier | modifier le code]

Après la fin de sa carrière en triathlon, elle intègre pendant deux années une équipe de cyclisme, l'ESGL-GSD Gestion, qui lui permet de découvrir une pratique cycliste différente. Elle participe à quelques courses régionales à étapes. Si elle qualifie cette expérience d'enrichissante, elle ne persiste pas dans cette voie. En 2011, elle intègre l’équipe de France militaire de course d'orientation et s'adonne également à la pratique des raids multisports. Elle fait partie de la sélection de l'équipe de raid de la GMPA[1].

Reconversion[modifier | modifier le code]

Estelle Patou voit sa carrière prendre une pente descendante à partir de 2006. Elle n'obtient que peu de résultats en 2007 et sa motivation n'est plus au plus haut niveau. En janvier 2008, elle est sortie des listes des triathlètes de haut niveau du Ministère des sports. Bénéficiant d'un contrat avec l'Armée de terre, elle choisit de rester dans cette institution et intègre le bureau des sports de l’École d’application de l’infanterie à Montpellier. Elle rejoint par la suite et dans les mêmes fonctions l’École nationale des sous-officiers d'active à Saint-Maixent-l'École. Même si elle s'est éloignée du triathlon depuis 2008, elle renforce encore régulièrement l'équipe féminine militaire de triathlon et a participé aux Jeux mondiaux militaires au Brésil en 2011[4] et au championnat du monde militaire 2012, en Suisse, où elle prend respectivement les 25e et 22e places des classements féminins[1].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Le tableau présente les résultats les plus significatifs (podium) obtenus sur le circuit international et national de triathlon depuis 1999[5].

Année Compétition Pays Position Temps
2007 Championnat de France longue distance Drapeau de la France France Médaille de bronze h 38 min 53 s
2005 Championnat de France longue distance Drapeau de la France France Médaille d'or Timing
Half Ironman Monaco Drapeau de Monaco Monaco Médaille de bronze h 24 min 2 s
2004 Championnat de France longue distance Drapeau de la France France Médaille de bronze Timing
Embrunman Drapeau de la France France Médaille d'or 12 h 26 min 19 s
2003 Championnat de France longue distance Drapeau de la France France Médaille d'argent Timing
Embrunman Drapeau de la France France Médaille d'argent 12 h 29 min 0 s
2000 Championnat de France longue distance Drapeau de la France France Médaille d'argent Timing
1999 Championnat de France longue distance Drapeau de la France France Médaille d'or Timing
Triathlon International des Hautes Vosges Drapeau de la France France Médaille d'or Timing

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Que sont-ils devenues : Estelle Patou », sur http://www.triathlon-hebdo.com, (consulté le 21 octobre 2015).
  2. a et b « Estelle Patou, sportive du mois de juin 2005 », sur http://vienne.franceolympique.com (consulté le 21 octobre 2015).
  3. « Féminines : Patou de bout en bout », sur http://www.letelegramme.fr, (consulté le 21 octobre 2015);
  4. « L'Armée de terre au 5e Jeux mondiaux », sur https://www.defense.gouv.fr (consulté le 21 octobre 2015).
  5. « Palmarès Estelle Patou », sur www.estelle-patou.on (consulté le 17 octobre 2015).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]