Eryx jaculus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les serpents
Cet article est une ébauche concernant les serpents.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Eryx jaculus
Description de l'image Eryx jaculus.jpg.
Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Serpentes
Infra-ordre Alethinophidia
Famille Boidae
Sous-famille Erycinae
Genre Eryx

Nom binominal

Eryx jaculus
(Linnaeus, 1758)

Synonymes

  • Anguis jaculus Linnaeus, 1758
  • Boa turcica Olivier, 1801
  • Eryx cerastes Daudin, 1803
  • Eryx familiaris Eichwald, 1831
  • Eryx jaculus var. teherana Jan, 1865
  • Eryx jaculus proprius Czarevsky, 1916
  • Eryx jaculus urmianus Rostombekov, 1928

Statut CITES

Sur l'annexe  III  de la CITES Annexe III , Rév. du 22/04/76

Eryx jaculus est une espèce de serpents de la famille des Boidae[1]. Il est communément appelé boa des sables ou Eryx javelot.

Répartition[modifier | modifier le code]

Cette espèce se rencontre[1] :

Description[modifier | modifier le code]

Eryx jaculus

Ces serpents mesurent jusqu'à 800 mm, mais ils sont généralement plus petits. Les femelles sont ovovivipares : après incubation dans l'organisme maternel naissent entre 6 et 16 petits qui mesurent de 11 à 15 cm.

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon Reptarium Reptile Database (14 février 2014)[2] :

  • Eryx jaculus jaculus (Linnaeus, 1758)
  • Eryx jaculus familiaris Eichwald, 1831
  • Eryx jaculus turcicus (Olivier, 1801)

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de cette espèce, jaculus, vient du latin jaculum, « qu'on jette, javelot », car il se lance sur sa proie avec la vitesse et la précision d'un javelot[3].

Particularité[modifier | modifier le code]

L'Eryx jaculus est une des espèces de serpents que les Grecs anciens utilisaient comme arme de jet durant les batailles navales afin de semer l'effroi et le désordre dans les embarcations ennemies[4].

Publications originales[modifier | modifier le code]

  • Eichwald, 1831 : Zoologia specialis, quam expositis animalibus tum vivis, tum fossilibus potissimuni rossiae in universum, et poloniae in specie, in usum lectionum publicarum in Universitate Caesarea Vilnensi. Zawadski, Vilnae, vol. 3, p. 1-404 (texte intégral).
  • Linnaeus, 1758 : Systema naturae per regna tria naturae, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis, ed. 10 (texte intégral).
  • Olivier, 1801 : Voyage dans l'empire Othoman, l'Égypte et la Perse, fait par ordre du gouvernement, pendant les six premières années de la république. Henri Agasse, Paris, vol. 2, p. 1-396 (texte intégral)..

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Reptarium Reptile Database, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. Reptarium Reptile Database, consulté le 14 février 2014
  3. Jean Lescure et Bernard Le Garff, L'étymologie des noms d'amphibiens et de reptiles d'Europe, Belin, coll. « Éveil nature », , 207 p. (ISBN 2-7011-4142-7)
  4. www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/italy/12076680/Scientists-in-Italy-rediscover-snake-that-was-used-by-ancient-Greeks-as-a-weapon-of-war.html