Eraïm Miriam Delaborde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Élie Miriam Delaborde
Eraïm Miriam Delaborde pianiste.png
Portrait de Eraïm Miriam Delaborde (Atelier Nadar)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Instrument

Eraïm Miriam Delaborde (né Elie Miriam ; Paris,  – Paris, ) est un pianiste et compositeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Malgré l'absence de document officiel, il semble qu'Elie Miriam Delaborde soit le fils naturel de Charles-Valentin Alkan[1],[2],[3] (25 ans) et d'une de ses riches élèves, Lina Eraîm Miriam[4]. Son caractère en revanche – comparativement à son père – est extraverti et courtois ; il peint un peu[1] (sous le nom de Miriam).

Outre les cours d'Alkan, il suit également l'enseignement d'Ignaz Moscheles et Adolf von Henselt[4]. Après avoir effectué des tournées en Angleterre, en Allemagne et en Russie, en 1870, il s'enfuit à Londres où il joue des œuvres pour piano à pédalier de son père[4].

Il est nommé professeur de piano au Conservatoire de Paris en 1873, parmi ses élèves figurent Olga Samaroff[4], Alfred Roth et la norvégienne Nanne Storm.

Parmi ses amis figurent Bizet et Manet[1]. Il est avec le musicien lorsque celui-ci, lors d'une baignade dans la Seine, contracte une maladie qui l'emporte ; il épouse sa veuve[4]. Camille Saint-Saëns lui a dédié son troisième concerto pour piano (1869)[2].

Il a composé une opérette, La reine dort, une ouverture Attila, un quintette avec piano, des œuvres pour piano et des mélodies[4].

Il a préparé la première édition des œuvres d'Alkan avec Isidor Philipp en 1900.

Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise (95e division)[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Grove 2001.
  2. a et b (en) Maurice Hinson, The pianist's dictionary, Bloomington/Indianapolis, Indiana University Press, , 221 p. (ISBN 0-253-21682-6, lire en ligne), p. 38.
  3. La première mention est faite par Hans von Büllow dans une lettre au pianiste Karl Klinworth en 1885, « Natürliche Sohn ». Hans von Büllow, Neue Briefe, Munich, Drei Masken Verlag, 1927, p. 117 (OCLC 238805400).
  4. a b c d e et f Baker et Slonimsky 1995, p. 957.
  5. Registre journalier d'inhumation, 11 décembre 1913, n°3655, page 9

Liens externes[modifier | modifier le code]