Ensemble mégalithique de l'Aire des Trois-Seigneurs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Lozère image illustrant les monuments historiques français
Cet article est une ébauche concernant la Lozère et les monuments historiques français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ensemble mégalithique de l'Aire des Trois-Seigneurs
Image illustrative de l'article Ensemble mégalithique de l'Aire des Trois-Seigneurs
Vue générale du site.
Présentation
Type Allée couverte coudée, tumulus
Période Néolithique
Faciès culturel Mégalithisme
Protection  Inscrit MH (1990)[1],[2]
Caractéristiques
Dimensions 1,5 (H)×8 (L)×1,3 (l) m
Inhumations Aucune
Mobilier Aucun
Géographie
Coordonnées 44° 24′ 44″ Nord, 3° 23′ 31″ Est
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Lozère
Commune Laval-du-Tarn et Sainte-Enimie

Géolocalisation sur la carte : Lozère

(Voir situation sur carte : Lozère)
Ensemble mégalithique de l'Aire des Trois-Seigneurs

Géolocalisation sur la carte : Languedoc-Roussillon

(Voir situation sur carte : Languedoc-Roussillon)
Ensemble mégalithique de l'Aire des Trois-Seigneurs

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Ensemble mégalithique de l'Aire des Trois-Seigneurs

L'ensemble mégalithique de l'Aire des Trois-Seigneurs est un site archéologique situé à Laval-du-Tarn[2] et Sainte-Enimie[1], en France.

Description[modifier | modifier le code]

Le dolmen coudé de l'Aire des Trois-Seigneurs.

Le site archéologique se situe sur le causse de Sauveterre, à la limite des territoires des communes de Laval-du-Tarn et Sainte-Enimie, en Lozère, à 5 km au nord du bourg de Saint-Énimie et 7 km au nord-est de celui de Laval-du-Tarn. Les villages les plus proches sont La Périgouse, 1 km au sud, et Champerboux, 1,5 km à l'est.

Le mégalithe est constitué principalement d'une ancienne allée couverte, enfouie dans le sol et ayant perdu toutes ses dalles de couverture. Il s'agit d'une allée coudée : la chambre, orientée est-ouest, mesure 3,80 m de long sur 0,8 à 1,3 m de large et 1,5 m de profondeur[3],[4]. Le vestibule d'accès lui est perpendiculaire, orienté vers le nord sur son côté est ; il mesure 4,1 m de long[3].

Le cairn recouvrant à l'origine l'allée mesure 21 m de diamètre[3].

Les restes de deux cromlechs ruinés se situent à proximité. Le premier cercle de pierres, à l'est du dolmen, s'étend sur 90 m de diamètre. Des dalles plantées d'une vingtaine de centimètres de hauteur sont espacées de deux à six mètres[5]. Perdus dans la végétation, les vestiges de ce cromlech sont difficiles à repérer[4].
Un deuxième cromlech est situé sur une butte, au nord du premier. Sans doute incomplet, il comprend six dalles plantées en demi-cercle sur 40 mètres de distance[5]

Historique[modifier | modifier le code]

L'ensemble mégalithique est édifié au Néolithique, vers 2000 av. J.-C.[3] Les fouilles n'ont révélé aucune inhumation ni aucun mobilier ; en revanche, le cairn est réutilisé à l'âge du fer : du mobilier datant de cette époque y a été retrouvé[3],[4].

L'ensemble mégalithique est inscrit au titre des monuments historiques le [1],[2].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Ensemble mégalithique de l'Aire des Trois-Seigneurs (également sur commune de Laval-du-Tarn) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. a, b et c « Ensemble mégalithique de l'Aire des Trois-Seigneurs (également sur commune de Sainte-Enimie) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. a, b, c, d et e « Mégalithes sur le causse de Sauveterre », Lieux insolites
  4. a, b et c « Ensemble mégalithique de l'Aire des Trois-Seigneurs », Mégalithes du monde
  5. a et b Jean Maury, « Les cercles de pierres des Grands Causses », Bulletin de la Société préhistorique française. Études et travaux, vol. tome 65, no N. 2,‎ , p. 592 (lire en ligne)