Emmanuel Sanon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Emmanuel Sanon
Image illustrative de l’article Emmanuel Sanon
Biographie
Nationalité Haïtien
Naissance
Port-au-Prince (Haïti)
Décès (à 56 ans)
Orlando (États-Unis)
Taille 1,78 m (5 10)
Poste Attaquant
Parcours professionnel1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1973-1974 Don Bosco0??0 (?)
1974-1980 K Beerschot VAV142 (43)
1980 Miami Americans0??0 (?)
1980-1982 San Diego Sockers031 (16)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1970-1981 Haïti065 (37)[1]
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
1999-2000 Haïti
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels (amicaux validés par la FIFA compris).

Emmanuel Sanon, dit Manno Sanon (né le à Port-au-Prince et mort le à Orlando aux États-Unis), est un footballeur international et entraîneur haïtien de football.

Il est à ce jour le seul buteur haïtien en Coupe du monde[2], après avoir inscrit deux buts lors de l'édition 1974, ainsi que le meilleur buteur de l'histoire de l'équipe d'Haïti.

Il passe six saisons au K Beerschot VAV d'Anvers, où il remporte la Coupe de Belgique en 1979.

Sanon figure parmi Les 100 Héros de la Coupe du monde, une liste établie en 1994 par le magazine français France Football[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière de joueur[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Après avoir débuté dans le championnat interscolaire, Emmanuel Sanon est recruté par Don Bosco, un club de Pétionville près de Port-au-Prince[4],[5].

De 1974 à 1980, il joue dans le championnat de Belgique au K Beerschot VAV, où il inscrit en tout 43 buts en 142 matches. Il remporte la Coupe de Belgique en 1978-79 après avoir offert une passe décisive à Johan Coninx durant la finale[6].

Sanon poursuit ensuite sa carrière dans la North American Soccer League, aux États-Unis, sous les couleurs des San Diego Sockers[7].

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Avec l'équipe d'Haïti[8], Emmanuel Sanon dispute et remporte la Coupe des nations de la CONCACAF 1973 en inscrivant 5 buts lors de la phase finale du tournoi organisée à Port-au-Prince. Cette compétition faisant office de éliminatoires de la Coupe du monde 1974, Haïti obtient sa première qualification pour une Coupe du monde.

Durant la Coupe du monde 1974, Sanon dispute tous les matches de sa sélection, qui concède trois défaites. Parti en contre, il élimine Dino Zoff et ouvre la marque face à l'Italie, mettant fin à une série de 19 matches officiels durant lesquels le portier italien n'avait encaissé aucun but[9]. L'attaquant haïtien marque de nouveau durant la rencontre opposant Haïti à l'Argentine[7].

Carrière d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Sanon occupe le poste de sélectionneur de l'équipe d'Haïti en 1999-2000, il dirige l'équipe durant la Gold Cup 2000[6],[7].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

À la fin de sa carrière, Emmanuel Sanon s'est installé avec sa famille à Orlando aux États-Unis.

Il est l'auteur du livre Toup Pou Yo, sorti en 1997 aux Éditions des Antilles[10]. En 1998, il met sur pied la Fondation Emmanuel Sanon, une association à but non lucratif[7].

En 2007, il est élevé au grade de commandeur par le président haïtien René Préval.

Il meurt d'un cancer du pancréas le 21 février 2008[11] à Orlando. 10 000 personnes assistent à l'hommage qui lui est rendu au stade Sylvio Cator de Port-au-Prince. Après Sylvio Cator, il est le second sportif haïtien à recevoir des funérailles nationales. Après sa mort, Don Bosco retire le numéro 10 porté par Emmanuel Sanon lorsqu'il évoluait au club[12].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Sélection haïtienne
K Beerschot VAV

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Roberto Mamrud, « Emmanuel "Manno" Sanon - International Appearances », sur www.rsssf.com, (consulté le ).
  2. Joe Gaetjens, né d'une mère haïtienne et d'un père belge, inscrit un but lors de la Coupe du monde 1950, mais pour le compte de l'équipe des États-Unis.
  3. (en) José Luis Pierrend, « France Football's World Cup Top-100 1930-1990 », sur www.rsssf.com, (consulté le ).
  4. « Le football national perd son Manno Sanon », Lematinhaiti.com,
  5. (en) « Manno Sanon, the one who beat Dino Zoff » (version du 13 novembre 2006 sur l'Internet Archive)
  6. a et b « La perle haïtienne du Kiel n'est plus », La Libre Belgique,
  7. a b c et d « À la mémoire de Manno », FIFA,
  8. (en) « Fiche d’Emmanuel Sanon », sur fifa.com
  9. (it) « Il Maggior periodo di imbattibilità nella Nazionale Italiana », Ilportiere.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. Toup Pou Yo sur le service Google Books
  11. https://www.alterpresse.org/spip.php?article7009#.X8NMvGhKiM8
  12. « Pour dire adieu à Emmanuel Sanon », Le Nouvelliste,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]