Emilio Dandolo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire image illustrant une personnalité image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant l’histoire et une personnalité italienne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Emilio Dandolo

Emilio Dandolo (né le à Varèse et mort le à Milan) est un patriote italien, connu pour avoir participé à certaines des plus importantes batailles du Risorgimento.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille qui a vu naître plusieurs figures liées à la Première guerre d'indépendance italienne, Emilio Dandolo a été l'un des protagonistes des cinq journées de Milan (1848) avec son frère Enrico, ainsi que ses amis Luciano Manara et Emilio Morosini.

Il a combattu avec les volontaires lombards de la Légion Manara dans les campagnes du Bresciano et du Trentin. L'année suivante, toujours avec son frère Enrico, il a participé à la création de la République romaine (1849) et, avec le bataillon de Bersaglieri lombards sous le commandement du Luciano Manara, pour sa défense contre les Français. Il a été blessé à la bataille de la Villa Corsini, au cours de laquelle son frère Enrico a été tué. Ayant survécu aux événements qui ont suivi la chute de la République romaine, il fut contraint à l'exil d'abord à Marseille, puis à Lugano. Au cours de cette période, il a écrit plusieurs ouvrages, dont « Voyage en Égypte, au Soudan, en Syrie et en Palestine » et « Les volontaires et les Bersaglieri lombards. »

De retour en Italie, il a travaillé sans relâche pour préparer la reprise des hostilités contre l'Autriche. Il a participé à la Guerre de Crimée, mais parce qu'il était un citoyen autrichien, il fut renvoyé à Milan, où il a été soumis à un contrôle minutieux par la police.

Gravement malade de tuberculose, Emilio Dandolo est mort en 1859, juste avant que la Lombardie soit libérée. Ses funérailles, à Milan, ont pris une forte connotation anti-autrichienne. Il est enterré, sur disposition des autorités autrichiennes dans une tentative pour éviter les troubles, dans le cimetière d'Adro.

Source[modifier | modifier le code]