Ellis Marsalis Jr.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ellis Marsalis
Image dans Infobox.
Ellis Marsalis en 2007.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Ellis Louis Marsalis
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Ellis Marsalis (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Autres informations
Membre de
American Federation of Musicians. Local 496 (New Orleans, La.) (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Instruments
Labels
Genre artistique
Site web

Ellis Louis Marsalis Jr., né le à La Nouvelle-Orléans et mort le dans la même ville, est un pianiste et professeur de jazz américain.

Marsalis est le patriarche d'une famille musicale : Branford Marsalis, saxophoniste, Wynton Marsalis, trompettiste, Delfeayo Marsalis, tromboniste, Jason Marsalis, batteur. Parmi ses élèves les plus connus figurent Harry Connick Jr., Terence Blanchard, Donald Harrison, Victor Goines (en), Reginald Veal (en).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

À partir de l'âge de onze ans, Ellis Marsalis étudie la clarinette à la Xavier University Preparatory School (en) de la Nouvelle Orléans, puis il étudie le saxophone ténor et le piano. Après ses études secondaires, il est admis à l'Université Dillard,où il obtient un baccalauréat universitaire (licence) en enseignement musical en 1955[1].

Pendant ses études, il découvre dans les années 1940 la musique de Charlie Parker et de Dexter Gordon. Il forme un combo qui joue du bebop avec le batteur Ed Blackwell, le clarinettiste Alvin Batiste, et le saxophoniste Harold Battiste (en)[2],[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1956, sur l'invitation d'Ornette Coleman, Ellis Marsalis part s'installer en Californie accompagné par Ed Blackwell. En juin 1957, il est enrôlé au sein du United States Marine Corps pour un service de deux ans. Il passe son service militaire dans une base californienne. Il joue du piano les weekends pour une émission de télévision hebdomadaire de la CBS, Dress Blues patronnée par la Marine et une émission de radio intitulée Leather Songbook, également parrainée par la Marine[1].

De retour à la Nouvelle Orléans en 1959, il travaille au Playboy Club (en) de la ville, puis en 1967, il est engagé par le trompettiste Al Hirt. Au sein de cet orchestre il peut se faire entendre dans des émissions à forte audience comme le Tonight Show et l'Ed Sullivan Show[4].

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1959, Ellis Marsalis épouse la musicienne Dolores Ferdinand, surnommée la « matriarche de la famille Marsalis[5] », le couple donne naissance à six fils Branford, Wynton, Ellis III, Delfeayo, Mboya et Jason ; Dolores décède le à l'âge de quatre vingts ans[6],[7],[8].

Mort[modifier | modifier le code]

Ellis Marsalis décède des suites d'une pneumopathie liée à la Covid-19 le [9].

Discographie indicative[modifier | modifier le code]

Sous son nom[modifier | modifier le code]

  • 1978 : Solo Piano Reflections, label : ELM records,
  • 1985 : Syndrome, label : ELM Records,
  • 1990 : A Night At Snug Harbor, New Orleans, label : Somethin'Else Records,
  • 1991 : Piano In E/Solo Piano, label : Rounder Records,
  • 1991 : Heart Of Gold, label : Columbia Records,
  • 1994 : Whistle Stop, label : Columbia Records,
  • 1999 : Duke In Blue, label : Columbia Records,
  • 2004 : Ruminations In New York, label : ESP-Disk,
  • 2017 : Recorded Live At The 2017 New Orleans Jazz & Heritage Festival, label : MunckMix,
  • 2018 : An 80th Birthday Celebration !, label : ELM Records.

En collaboration[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

À la nouvelle de son décès, la maire de la Nouvelle Orléans LaToya Cantrell, lui rend immédiatement hommage en déclarant : « Ellis Marsalis était une légende. Il était le prototype de ce que nous voulons dire lorsque nous parlons du jazz de la Nouvelle-Orléans. Il était un pédagogue, un père, une icône, et les mots sont bien impuissants à décrire l'art, la joie et l’émerveillement qu'il a apporté au monde »[15],[16].

Le doyen de la faculté de droit de Harvard, David B. Wilkins (en) envoie un message à son fils Branford Marsalis dans lequel il écrit : « Nous pouvons tous nous émerveiller devant la détermination et l'audace d'un homme qui était convaincu qu'il pouvait enseigner à ses garçons noirs l'excellence dans un monde qui refusait cette possibilité, puis les regarder progresser et ainsi redéfinir ce que l'excellence signifie de tous temps. »[17]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Ellis Marsalis, Jr.'s Biography », sur The HistoryMakers (consulté le )
  2. (en-US) « NPR's Jazz Profiles: Ellis Marsalis », sur www.npr.org (consulté le )
  3. (en) « Ellis Marsalis, Jazz Patriarch, Dies After COVID-19 Battle, Son Says », sur Time (consulté le )
  4. (en-US) « Ellis Marsalis Jr., famed jazz family's patriarch, has died at 85 of COVID-19 complications, son says », sur www.cbsnews.com (consulté le )
  5. (en) « Marsalis family | American musicians », sur Encyclopedia Britannica (consulté le )
  6. (en-US) « Marsalis matriarch, Dolores Marsalis, dies », sur www.louisianaweekly.com (consulté le )
  7. (en-US) Geraldine Wyckoff, « Dolores Ferdinand Marsalis, 1937-2017 », sur OffBeat Magazine (consulté le )
  8. (en-US) Sean Dennis, « Dolores Ferdinand Marsalis Dies at 80 », sur JazzTimes (consulté le )
  9. (en) Jordan Moreau et Jordan Moreau, « Jazz Pianist Ellis Marsalis Jr. Dies of Coronavirus Complications at 85 », sur Variety, (consulté le )
  10. (en) « Ellis Marsalis Jr. born », sur African American Registry (consulté le )
  11. (en-US) « Louisiana Music Hall of Fame - ELLIS MARSALIS 2008 », sur louisianamusichalloffame.org (consulté le )
  12. (en-US) « MAYOR CANTRELL ISSUES STATEMENT ON THE PASSING OF ELLIS MARSALIS », sur City of New Orleans (consulté le )
  13. (en-US) « The Marsalis Family (Ellis, Wynton, Delfeayo, Jason, Branford) », sur NEA, (consulté le )
  14. (en-US) Michael Levenson et Julia Carmel, « Ellis Marsalis Jr., Jazz Pianist and Patriarch of a Musical Family, Dies at 85 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  15. (en) Bruce Haring et Bruce Haring, « Ellis Marsalis Dies: Noted Jazz Educator, Father Of Wynton And Branford Marsalis Was 85 », sur Deadline, (consulté le )
  16. (en-US) The Associated Press, « Son: Jazz Great Ellis Marsalis Jr. Dead at 85; Fought Virus », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  17. (en-US) Bryan Alexander, « Ellis Marsalis Jr., legendary jazz musician, teacher and patriarch, dies at age 85 of coronavirus », sur USA TODAY (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]