Elise Christie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Elise Christie
Moscow 2015 1000m Ladies After Heat 3 (4) Elise Christie (cropped).JPG
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
St. Margaret's Academy (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Site web

Elise Christie, née le 13 août 1990 à Livingston[1], est une patineuse de vitesse en piste courte britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Christie commence par faire du patinage artistique avec une amie au Centrum Arena de Prestwick, mais un club de short-track ouvre dans la même patinoire en 2004. Elle commence à s'entraîner une fois par semaine de douze à quinze ans[1]. Elle rejoint l'équipe nationale britannique, basée à Nottingham, et abandonne le patinage artistique[1],[2].

Elle aime chanter, et considère l'heptathlète britannique Jessica Ennis-Hill comme son héroïne. Son petit ami, Shaolin Sandor Liu, est lui aussi un patineur olympique, qui représente la Hongrie[2].

Elle représente l'association Right to Play, qui inspire les enfants du monde entier, et surtout des camps de réfugiés, à s'épanouir par le jeu et le sport[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

De 2007 à 2012, elle participe à tous les Championnats du monde sans jamais faire de podium[1].

Jeux olympiques de Vancouver[modifier | modifier le code]

En 2010, elle participe aux Jeux olympiques d'hiver de Vancouver et obtient comme meilleur résultat une onzième place au 5 000 m[3].

En 2013, elle gagne sa première médaille en championnats du monde, le bronze au 1000 mètres[1]. La même année, elle est championne d'Europe sur le 1000 mètres et le 1500 mètres[1].

Jeux olympiques de Sotchi[modifier | modifier le code]

En 2014, elle participe aux Jeux olympiques d'hiver de Sotchi et reçoit un penalty sur chacune des trois distances auxquelles elle participe[4]. Après cet échec, elle reçoit énormément d'insultes sur les réseaux sociaux, en particulier des menaces de la part d'internautes coréens, qui l'accusent d'avoir causé volontairement les chutes de groupe qui ont ralenti les patineuses coréennes[5]. Elle désactive son compte Twitter et songe à abandonner sa carrière sportive[1],[6]. Après ce harcèlement, elle commence le cyclisme à haut niveau, mais décide d'effectuer un cycle olympique de plus en patinage de vitesse[7].

En 2015, elle se blesse à la cheville. L'année suivante, elle rate plusieurs manches de la coupe du monde suite à un traumatisme crânien[8].

Jeux olympiques de Pyeongchang[modifier | modifier le code]

En 2017, elle devient la première short-trackeuse britannique femme à obtenir une médaille d'or aux Championnats du Monde lorsqu'elle obtient l'or au 1500 mètres à Rotterdam[9]. Au cours du même événement, elle gagne le 1000 mètres et le classement général de l'événement[10]. Elle éprouve une vive frustration en ratant l'or de peu au 500 mètres[11]. Elle est la première femme européenne à obtenir un titre de championne du monde de short-track, et la première femme ni coréenne, ni chinoise à le remporter depuis 1994[1],[12].

En septembre 2017, elle se blesse à la cuisse[13]. Elle parvient quand même à se qualifier aux Jeux olympiques d'hiver de Pyeonchang[6].

À la première manche de la Coupe du monde, à Budapest, elle arrive quatrième au 1500 mètres[14]. Au 1000 mètres, elle décroche le bronze[15]. Elle se qualifie en finale B du 500 mètres, mais abandonne la compétition à cause de sa blessure[16]. À la deuxième manche de la Coupe du monde, en octobre 2017 à Dordrecht, elle ne se présente pas au 1000 mètres auquel elle est pourtant inscrite, toujours à cause de sa blessure à la cuisse[17]. Elle ne se présente pas non plus au 500 mètres[18]. Elle prend un penalty en demi-finales du 1500 mètres[19]. À la troisième et avant-dernière manche de la Coupe du monde, en novembre 2017 à Shanghai, elle prend un penalty après avoir fait deux faux départs en demi-finale du 500 mètres et arrive 8e du classement de la distance[20]. Elle ne participe pas au 1500 mètres[21] et est disqualifiée au deuxième tour du 1000 mètres[22]. Elle arrive à la dernière manche de la saison, en novembre 2017, avec un entraînement très réduit depuis 8 semaines, en raison de sa blessure à la première manche de la Coupe du monde[23]. Elle remporte la finale B du 1500 mètres, finissant 8e du classement[24]. Elle remporte le 500 mètres[25],[12]. Au 1000 mètres, elle prend une pénalité après avoir fait tomber Shim Suk-hee en finale A de la distance[26].

En décembre 2017, elle fait partie des favorites pour une victoire au 500 mètres ou au 1000 mètres[4].

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

En octobre 2017, elle est nommée sportive de l'année par le Sunday Times[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i (en) « Who is Elise Christie », KOB 4,‎ (lire en ligne)
  2. a et b (en) « Elise Christie », sur www.isu.html.infostradasports.com (consulté le 9 novembre 2017)
  3. Profil olympique, sur sports-reference.com
  4. a et b (en) « 2018 Winter Olympics: Which Britons Should You Watch Out For? », The Sportsman,‎ (lire en ligne)
  5. (en-GB) Oliver Brown, « Elise Christie on how she overcame Sochi nightmare and cyber bullying to skate for gold again », The Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne)
  6. a et b (en) « Elise Christie 'thought about quitting' but now targeting Olympic gold in South Korea next year », Sky Sports,‎ (lire en ligne)
  7. (en-GB) Tom Cary, « Elise Christie contemplates switch to cycling after completing unfinished business at Winter Olympics », The Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne)
  8. (en) « Sky Scholar and speed skater Elise Christie out of German World Event race with concussion », sur skysports.com, (consulté le 9 novembre 2017)
  9. a et b (en) « Elise Christie named Sportswoman of the Year », Eurosport UK,‎ (lire en ligne)
  10. (en-GB) « Elise Christie wins 1500m gold at World Short Track Speed Skating Championships », BBC Sport,‎ (lire en ligne)
  11. (en) « Winter Olympics: Elise Christie adopting win-or-bust mentality for PyeongChang », sur www.yorkshirepost.co.uk (consulté le 9 janvier 2018)
  12. a et b (en-GB) « Elise Christie wins first World Cup title of season in Seoul », BBC Sport,‎ (lire en ligne)
  13. « Injury frustrates Elise Christie as medal hunt ends in Dordrecht », Eurosport,‎ (lire en ligne)
  14. (en) « Audi ISU World Cup 2017/18 - Budapest (HUN) - 1500 m - Ladies », sur shorttrack.sportresult.com (consulté le 11 novembre 2017)
  15. (en) « Audi ISU World Cup 2017/18 - Budapest (HUN) - 1000 m - Ladies », sur shorttrack.sportresult.com (consulté le 11 novembre 2017)
  16. (en) « Audi ISU World Cup 2017/18 - Budapest (HUN) - 500 m - Ladies », sur shorttrack.sportresult.com (consulté le 11 novembre 2017)
  17. (en) « Audi ISU World Cup 2017/18 - Dordrecht (NED) - 1000 m - Ladies », sur shorttrack.sportresult.com (consulté le 11 novembre 2017)
  18. (en) « Audi ISU World Cup 2017/18 - Dordrecht (NED) - 500 m - Ladies », sur shorttrack.sportresult.com (consulté le 11 novembre 2017)
  19. (en) « Audi ISU World Cup 2017/18 - Dordrecht (NED) - 1500 m - Ladies », sur shorttrack.sportresult.com (consulté le 11 novembre 2017)
  20. (en) « Audi ISU World Cup 2017/18 - Shanghai (CHN) - 1500 m - Ladies », sur shorttrack.sportresult.com (consulté le 11 novembre 2017)
  21. (en) « Audi ISU World Cup 2017/18 - Shanghai (CHN) - 500 m - Ladies », sur shorttrack.sportresult.com (consulté le 11 novembre 2017)
  22. (en) « Audi ISU World Cup 2017/18 - Shanghai (CHN) - 1000 m - Ladies », sur shorttrack.sportresult.com (consulté le 13 novembre 2017)
  23. (en) « With World Cup victory, British short tracker Christie fires warning shot at competition », sur yonhapnews.co.kr,
  24. (en) « Audi ISU World Cup 2017/18 - Seoul (KOR) - 1500 m - Ladies », sur shorttrack.sportresult.com (consulté le 18 novembre 2017)
  25. (en) « Audi ISU World Cup 2017/18 - Seoul (KOR) - 500 m - Ladies », sur shorttrack.sportresult.com (consulté le 18 novembre 2017)
  26. (en) « Audi ISU World Cup 2017/18 - Seoul (KOR) - 1000 m - Ladies », sur shorttrack.sportresult.com (consulté le 20 novembre 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]