Elisa Breton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Claro (homonymie) et Breton (homonymie).
Elisa Breton
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Conjoint

Elisa Breton, née Bindorff à Viña del Mar au Chili, le et morte au Kremlin-Bicêtre, le , est une plasticienne et écrivaine chilienne, et la troisième épouse d'André Breton.

Repères biographiques[modifier | modifier le code]

Polyglotte et pianiste accomplie, Elisa Bindorff se marie avec un politicien radical chilien, Benjamin Claro. Ils ont une fille, Ximena.
Après son divorce, elle émigre aux États-Unis avec sa fille. Le 13 août 1943, au cours d'une excursion en bateau, au large du Massachusetts, Ximena se noie. Après une tentative de suicide, Elisa est rejointe, à New York, par une amie venue du Chili pour la soutenir.

Le 9 ou le 10 décembre 1943[1], elles se rendent dans un restaurant français de la 56e Rue. Breton habite la même rue et fréquente régulièrement ce restaurant. Il remarque la beauté à l'intensité grave d'Elisa. Il se présente à elle comme un écrivain français et lui demande la permission d'échanger quelques mots avec elle. L'attraction est réciproque.

« Quand le sort t'a portée à ma rencontre, la plus grande ombre était en moi et je puis dire que c'est en moi que cette fenêtre s'est ouverte[2]. »

Au courant de l'été de 1944, ils voyagent en Gaspésie, au nord-est du Canada. De septembre à octobre, Breton écrit Arcane 17, œuvre poétique mêlant des déclarations d'amour à Elisa à des considérations philosophiques, historiques et mythologiques. Après la publication de l'ouvrage, Breton lui donne le manuscrit, « ce cahier de grande école buissonnière[3]. »
En août 1945, pour des raisons pratiques, Breton et Elisa se marient à Reno dans le Nevada. À cette occasion, ils visitent les réserves des Indiens Hopis.
Ils sont de retour en France le 25 mai 1946.

À Paris, Elisa Breton participe aux revues surréalistes Médium et Le Surréalisme même, à l'Exposition internationale du surréalisme à la galerie Daniel Cordier (de décembre 1959 à janvier 1960) et celle consacrée aux collages, dessins et gravures à la galerie Le Ranelagh (1965).

À l'ombre du théoricien du surréalisme, elle saura exprimer son talent en réalisant des boîtes surréalistes.

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

Boîtes surréalistes
  • La Loi du vison, 1959
  • Oiseau de plastique, ressort de réveil, dé à jouer, 1970
  • Lucy, faire, 1971
  • Ne quittez pas, 1972
  • Oiseau-lire, 1973
  • Méduse, sculpture, 1959
Écrits
  • Préface au catalogue d'exposition consacré au peintre Jean-Paul Riopelle, 1949
  • Traduction d' Alpha et omega d'Edvard Munch, éd. Le Nyctalope, 1980
  • André Breton, album de dix photographies originales signées par Elisa, éd. Au fil de l'encre, Paris, 1993

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Béhar, André Breton, le grand indésirable, Paris, Fayard, 2005, p. 406 et suivantes.
  • Georgiana Colvile, Scandaleusement d'elles : trente-quatre femmes surréalistes, Paris, J.-M. Place, (ISBN 2858934967), pages 42 et suivantes, avec un portrait réalisé par la photographe Dora Maar
  • Étienne-Alain Hubert, André Breton, œuvres complètes, tome 3 : notice, op. cité, p. 1161-1199
  • Mark Polizzoti, André Breton, Paris, Gallimard, 1995, p. 593 et suivantes
Ouvrage cité
  • André Breton, Arcane 17, dans Œuvres complètes, tome 3, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1999, p. 35-111.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dates citées par Breton, en 1945, dans la dédicace à Elisa du manuscrit d' Arcane 17. Citée par É.-A. Hubert, op. cit., p. 1177.
  2. Arcane, op. cit., p. 71.
  3. É.-A. Hubert, op. cit., p. 1177.