Egidio Duni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Egidio Romualdo Duni)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Duni.
Egidio Duni
Egidio Duni by Carmontelle circa 1760.jpg
Egidio Romualdo Duni vers 1760, par Carmontelle.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Fratrie
Autres informations
Mouvement
Genres artistiques

Egidio (Romualdo) Duni (MateraParis) est un compositeur italien de l'école napolitaine.

Bien que Duni ne doit pas être inclus parmi les meilleurs compositeurs d'opéras-comiques, il a son importance en tant que précurseur : il est le premier à obtenir un succès durable avec une musique nouvelle et originale sur des livrets français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Egidio Duni est l'un des fils d'une famille nombreuse et dont le père, Francesco est maître de chapelle de Matera[1]. Son frère aîné, Antonio, est lui aussi musicien et fera carrière un peu partout en Europe, en Allemagne et en Russie. On ne sait rien de précis sur la formation d'Egidio, qui aurait fait ses études dès ses neuf ans, au Conservatoire de Santa Maria di Loreto de Naples, auprès de Francesco Durante[2],[3].

Début de carrière[modifier | modifier le code]

Son premier opéra, Nerone, est présenté à Rome au Teatro Tordinona, le 21 mai 1735 et remporte un grand succès public. Après un passage à Milan, en 1737, via Paris il se rend à Londres, où il fait exécuter Demofoonte au King's Theatre. L'année suivante, il part une année à Leyde aux Pays-Bas pour étudier, puis retourne à Florence, puis Naples, en 1739[1],[3].

Il est nommé maître de chapelle d'une église de province à San Nicolo di Bari en 1743. Vers 1748, il occupe un poste similaire à la cour du duc de Parme[3], où la duchesse (fille de Louis XV) l'incite à composer dans le goût français[4]. Instructeur de la jeune princesse Isabelle et accoutumé à la culture française dès cette époque, il met en musique La Chercheuse d'esprit (1741) de Charles-Simon Favart (d'après Daphnis et Chloé) et Le Caprice amoureux, ou Ninette à la cour, dans des versions italiennes (Ninette est lui-même une parodie par Favart d'un intermède italien Bertoldo in corte de Ciampi présenté à Paris en 1753). Ces opéras lui valurent « un franc succès »[5]. Dans ces pièces, la déclamation parlée remplaçait les récitatifs chantés « jugés trop pesant pour une intrigue légère »[6], mêlés d'ariettes et respectait ainsi également le privilège de l'opéra[7].

Paris[modifier | modifier le code]

En 1756, il se rend à Paris où il rencontre le directeur de l'Opéra-Comique, Jean Monnet pour lequel il crée, le 26 juillet 1757, son premier opéra en français, respectueux de la prosodie, Le Peintre amoureux de son modèle sur un livret de Louis Anseaume. Le succès l'invite à se fixer dans la capitale française. Il contribue à perfectionner le genre de l'opéra-comique en mêlant au spectacle des éléments italiens et français[8]. Les encyclopédistes et Diderot lui-même, qui réfute la thèse de Rousseau sur la non-musicalité de la langue française[1] (dans les récits plus précisément), l'encouragent et il confère « une dignité artistique sans précédant » au genre comique[9], notamment en enrichissant d'une note sentimentale l'intrigue théâtrale, caractéristique développée ensuite par Monsigny, Grétry[1] et Dalayrac dans le drame sentimental.

Entre 1761 et 1768, grâce à l'appui de Charles-Simon Favart il est le directeur musical de la Comédie Italienne, pour qui il compose, cela en faisant appel aux librettistes les plus modernes de son temps, notamment Favart[4], vingt-deux opéras-comiques entre 1756 et 1770, qui presque tous ont eu du succès[3] et dont la plupart sont gravés, intégralement, ou sous forme d'extraits ou d'arrangements[8]. En 1763, est créé Le Milicien sur un livret d'Anseaume, où se retrouve pour la première fois un des personnages favoris de l'opéra-comique, le vieux soldat à la fois comique, bourru et au grand cœur[10].

« Si Duni ne doit pas être compté parmi les meilleurs compositeurs d'opéras-comiques, on ne peut lui contester son importance en tant que précurseur. Il fut le premier à obtenir un succès durable avec une musique entièrement nouvelle et originale sur des livrets français[10]. » En outre, « il a été l'un des premiers à définir clairement certains types et certains sujets d'opéra-comique, qui devaient être développées plus tard par d'autres compositeur : la comédie farce à l'intrigue amoureuse, très proche de l'opéra bouffe italien, la pastorale ou paysannerie […], le conte féerique […] et le drame sentimental qui devait connaître une si grande popularité à la fin du XVIIIe siècle[10]. »

Œuvre[modifier | modifier le code]

Justine Favart incarnant le personnage de la Vieille dans La Fée Urgèle (1765).

Egidio Duni est l'auteur de près d'une quarantaine d'opéras bouffes ou comiques : une douzaine d'opéras italiens et de vingt-deux opéras-comiques français à partir de 1756, dont les principaux sont : Le Peintre amoureux de son modèle (1757), La Fée Urgèle (1765) et Les Moissonneurs (1768)[1]. Il a aussi composé de la musique religieuses, messes, litanies, psaumes… et un peu de la musique de chambre.

Opéras[modifier | modifier le code]

Italiens 
  • Nerone (Rome, 21 mai 1735) livret de Francesco Silvani
  • Adriano in Siria (Rome, 1735) livret de Pietro Metastasio
  • Alessandro nell'Indie (Prato, 1736) livret de Pietro Metastasio [lire en ligne]
  • La tirannide debellata (Milan, théâtre ducal, 1736) livret de Apostolo Zeno et Pietro Pariati [livret en ligne]
  • Demofoonte (Demophontes king of Thrace) (Londres, 24 mai 1737) livret de Pietro Metastasio
  • La Didone abbandonata (Milan, Teatro Regio Ducale, 1739) livret de Pietro Metastsio
  • Catone in Utica (Florence, Teatro della Pergola 1739) livret de Pietro Metastasio
  • Bajazet (1743) livret de Agostino Gaetano Piovene
  • Artaserse (1744) livret de Pietro Metastasio
  • Il Demetrio (1746) en collaboration avec Georg Christoph Wagenseil sur un livret de Pietro Metastasio
  • Il Ciro riconosciuto (Gènes, Teatro del Falcone, 1748) livret de Pietro Metastasio
  • Olimpiade (Parme 1755) livret de Pietro Metastasio
  • La buona figliola / La Cecchina (1756) livret de Carlo Goldoni
Page de titre de La Fille mal gardée (1758, BnF).
Français 

Oratorios[modifier | modifier le code]

  • Athalie (Parme)
  • Le Sacrifice d'Isaac
  • Giuseppe Riconosciuto [lire en ligne]

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • Minuetti e Contradanze, pour flûtes et basson (Londres, 1738)
  • Sonates en trio, op. 1, pour deux violons, violoncelle et basse continue (Rotterdam, c. 1739)

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Giuseppe Riconosciuto - Nicola Sette, ténor ; Rossella Ressa, Maria Palmitesta, Antonella Rondinone et Marilena Notarstefano, sopranos ; Assia Polito, mezzo-soprano ; Orchestre Baroque du festival Duni de Matera, dir. Vito Paternoster (18 septembre 2001, 2 CD Bongiovanni) (OCLC 51393561)
  • Les deux chasseurs et la laitière - Agnieszka Budzińska-Bennett, soprano (Perette) ; Maciej Straburzyński, baryton (Guillot) ; Łukasz Wilda, ténor (Colas) ; Accademia dell'Arcadia, dir. Roberto Balconi (13/16 juillet 2010, Estrada Poznańska) (OCLC 894952986)
  • Sonates en trio, op. 1 - DuniEnsemble (avril 2018, Brilliant Classics)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Encyclopédie de la musique 1995, p. 234.
  2. Negri 1987, p. 183.
  3. a b c et d Baker 1995, p. 1088.
  4. a et b Honegger 1979, p. 297.
  5. Pougin 1880, p. 157.
  6. Marie-Claire Beltrando-Patier (préf. Marc Honegger), Histoire de la musique : La musique occidentale du Moyen Âge à nos jours, Paris, Bordas, coll. « Marc Honegger », , 630 p. (ISBN 2-040-15303-9, OCLC 9865081, notice BnF no FRBNF34724698), « L'opéra de 1720 à 1766 : Les novateurs », p. 280.
  7. Pierre Brunel et Stéphane Wolff (dir.) (préf. Bernard Lefort), L'Opéra, Paris, Bordas, (1re éd. 1980), 263 p. (ISBN 9782040111540, OCLC 40046105), p. 43
  8. a et b Benoit 1992, p. 254.
  9. Negri 1987, p. 184.
  10. a b et c Manuel 1963, p. 16.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources anciennes[modifier | modifier le code]

Ouvrages et articles[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]