Document sur la fraternité humaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Document sur la fraternité humaine pour la paix dans le monde et la coexistence commune, aussi appelé déclaration d'Abou Dhabi,[1],[2] est une déclaration de dialogue interreligieux signée par l'imam d'Al-Azhar Ahmed el-Tayeb et le pape François le 4 février 2019[3].

Contexte[modifier | modifier le code]

La pape François.

Le 23 mai 2016, une rencontre historique a eu lieu au Vatican entre les deux autorités les plus reconnues de l'islam (sunnite) et du christianisme (catholique), Ahmed el-Tayeb et le pape François[4],[5]. À cette visite répond le 28 avril 2017 celle du Pape à l'Université al-Azhar[6].

Le 4 février 2019, Ahmed el-Tayeb rencontre de nouveau le pape François à Abu Dabi et signe avec lui le document sur la fraternité humaine pour la paix dans le monde et la coexistence commune[3].

Pour le Vatican, c'est la première venue d'un pape dans la péninsule arabique. La deuxième journée de sa visite est, elle, spécifiquement dédiée à la communauté chrétienne de travailleurs immigrés, avec la célébration d'une grande messe.

Pour la diplomatie émiratie, à l'initiative de l'invitation, c'est alors une manière de se démarquer par sa tolérance du Qatar abritant les instances des Frères musulmans ou de l'Arabie saoudite promouvant la doctrine wahabite.

Le contexte général est celui d'une recrudescence de mouvements terroristes islamistes avec Al-Qaida dans les années 2000 et Daesh dans les années 2010, menant à une vision du choc des civilisations de plus en plus partagée dans les sociétés d'Occident.

Contenu[modifier | modifier le code]

Ahmed el-Tayeb et le pape François y déclarent « adopter la culture du dialogue comme chemin ; la collaboration commune comme conduite, la connaissance réciproque comme méthode et critère ».

Plus spécifiquement, ils s'engagent dans une démarche commune sur:

  • le refus du terrorisme au nom de la religion : « Dieu, le Tout-Puissant, n’a besoin d’être défendu par personne ».
  • le refus des discriminations au nom de la religion, notamment à travers l’usage du concept de « minorité », invitant intrinsèquement à la ségrégation ; celui-ci doit être remplacé par le concept de « pleine citoyenneté ».
  • un mutuel apport Orient – Occident (richesse spirituelle contre progrès matériels et socio-politiques). Celui-ci se fait dans le refus de l’individualisme contemporain, dans la remise en valeur de la famille et de la fraternité universelle.
  • le dialogue entre croyants (chrétiens et musulmans). « Le dialogue entre les croyants consiste à se rencontrer dans l’énorme espace des valeurs spirituelles, humaines et sociales communes (…) ; il consiste aussi à éviter les discussions inutiles ».

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Texte du Document sur la fraternité humaine.

Références[modifier | modifier le code]

  1. NULL, « Déclaration d'Abou Dhabi sur "La fraternité humaine" (texte complet) », sur ZENIT - Francais, (consulté le 5 octobre 2020)
  2. « L’encyclique « Fratelli tutti » sur la fraternité s’inspirera-t-elle de la déclaration d’Abu Dhabi ? », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 5 octobre 2020)
  3. a et b « “Comme des frères qui s’aiment“ : l’appel du pape et du grand imam d’Al-Azhar », sur La Vie.fr (consulté le 12 février 2019)
  4. « Le pape et le grand imam d’Al-Azhar, haute autorité sunnite, se sont rencontrés au Vatican », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 24 mai 2016)
  5. Les idées de l'imam d'Al-Azhar sur le "complot sioniste"
  6. Nicolas Senèze, Anne-Bénédicte Hoffner, « Le pape en Égypte : « Un voyage de paix et d’unité » », sur la-croix.com, (consulté le 2 mai 2017)