Discussion:Panneau solaire

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

catégorie[modifier le code]

Comment un article peut-il rester plus d'un an et demi et étre modifié une cinquantaine de fois sans que personne n'ait l'idée d'y mettre une catégorie ? --Charles Dyon 31 juillet 2005 à 23:43 (CEST)

c'est fait, catégorie:énergie solaire

panneaux solaire en afrique[modifier le code]

Je cherche a etre representant de vente de panneaux solaire en afrique je ne sais pas trop bien ou m'adresser aider moi.

vaste sujet! vous pouvez notamment vous renseigner auprès de la Fondation Energies pour le Monde, 146 rue de l’Université, 75007 Paris.
Vous pouvez également vous référer au site portail du ministère des affaires étrangères : [[1]]
bonne chance, --Calmos 25 juillet 2006 à 14:39 (CEST)

fabrication des panneaux solaires par pays[modifier le code]

La France produit près de la moitié des panneaux solaires du monde. ??? quelle est la source ? c'est juste que ça m'étonne alors que la phrase d'avant évoque 5 gdes entreprises qui se partagent 60% du marché, et qu'aucune est française (l'allemande produite à fribourg, près de la frontière, mais ça reste en allemagne....) --Pontauxchats | 10 août 2005 à 09:47 (CEST)

Corrigé. c'était un acte de vandalisme pasé inapperçu en janvier... --Pontauxchats | 10 août 2005 à 11:02 (CEST)

invention du panneau solaire[modifier le code]

Qui invente le panneau solaire et à quel date??

Horace de Saussure a construit un des premiers four solaire qui peut être vu comme l'ancêtre des panneaux thermique en 18xx pour les panneaux photovoltaïques il faut attendre les années 50 ! VIGNERON * discut. 16 mai 2006 à 17:48 (CEST)

séparation en 2 articles : capteur solaire photovoltaïque et capteur solaire thermique[modifier le code]

pour rendre le contenu de l'article 'panneau solaire plus clair, je propose de créer les deux articles suivants:

en déplacant le contenu de l'article panneau solaire dans ces deux articles, on distinguerait mieux ces 2 technologies très différentes.--Calmos 25 juillet 2006 à 14:59 (CEST)

et faire une redirection à partir d'énergie solaire (utilisation). Le nom d'un "capteur solaire thermique" est capteur héliothermique, son ancien nom est "capteur plan". Je suis d'accord. CaroubeBlack bold spiral.svg 25 juillet 2006 à 19:16 (CEST)

Comment établir le pôle + et - dans un circuit électrique.[modifier le code]

En AFRIQUE ,certains panneaux solaires sont fabriqués à partir de contre-plaqué noirci et d'une vitre. J'aimerais y rajouter un circuit de fils électriques.

Ma question est :comment établir à partir de cables le pôle positif et négatif. Merci pour vos réponses.

je crois qu'il vous faut brancher une cellule photovoltaïque--Calmos 18 mai 2007 à 21:15 (CEST)

Comment arrive-t-on à ces chiffres?[modifier le code]

Je ne comprends pas comment vous arrivez à ce chiffre de 380 km2 de panneaux suffisant pour les besoins mondiaux...

Je refais le calcul : 17300 TWh = 17'300'000'000 kWh 17'300'000'000 [kWh] / 120 [kWh/m2/an] = 144166667 m2 (/an) ce qui fait 144km2...

144 000km2 soit un carré de 380 km de coté.
de même, 17300 TWh / 160 kWh/m2/an = 108125 km2 donc un carré de 329 km de coté.--Calmos 18 mai 2007 à 21:19 (CEST)


De même, au début de l'article, on lit :
"En Belgique par exemple, l'énergie reçue par une surface au sol est de 1000 kWh/an/m2, dont 750 kWh reçus entre le 15 avril et le 15 octobre. En Suisse, chaque m² de panneau solaire fournit environ 160 kWh par année (chiffre 2007)."
Puis, plus loin, dans le paragraphe "Les panneaux en silicium mono ou polycristallins" :
"1 m² de cellules photovoltaïques délivre une puissance d'environ 100 à 200 W. Aux latitudes tempérées, l'énergie captée pour une année est de l'ordre de 150 kWh pour un mètre carré"


Ça me semble contradictoire,


réponse sur ces points en tant qu'auteur pour partie:

vous comparez ici des W et des kWh ! Une unité en W ou en kW est une puissance et une unité en kWh est une production . Ce qui n'a rien à voir et ne peut être comparé . vous devriez d'abord bien comprendre la différence sinon il est impossible de suivre ces textes . Un matériel d'une puissance de 1 kW qui fonctionne pendant 1 heure produit 1 kWh . Un matériel d'une puissance de 1 kW qui fonctionne pendant 2 heures produit 2 kWh ... Entre ces 2 unités se trouve la notion de temps .

il n'y a donc pas de contradiction , ce n'est tout simplement pas la même chose .

Cordialement .


vous comparez aussi l'énergie reçue du soleil au sol et l'énergie récupérée à la sortie des panneaux . Entre les 2 se trouve le rendement du panneau . ( En passant , en Belgique , au sol c'est plus proche de 850 que de 1000 ) . Si le soleil envoie 1000 kWh au sol par an , avec un panneau d'un rendement de 15 % on récupère à la sortie du panneau 150 kWh / an et si le rendement est de 16 % on récupère à la sortie de panneau 160 kWh / an .

Dans les textes que vous citez , il est bien question d'énergie au sol d'une part , et plus loin d'énergie à la sortie de panneaux . Il n'y a pas contradiction , dans ce cas précis , il suffit d'intercaler le rendement et ça colle .

Cordialement et amicalement . Claude76 .



si j'ai compris comme il faut :
" le rendement d'une installation photovoltaïque étant estimé entre 15 - 17 % (en 2007) soit 160 kWh/m2/an et les besoins mondiaux à 17 300 TWh. En Belgique par exemple, l'énergie reçue par une surface au sol est de 1000 kWh/an/m2"
contredit
"Aux latitudes tempérées, l'énergie captée pour une année est de l'ordre de 150 kWh pour un mètre carré"
et
"En Suisse, chaque m² de panneau solaire fournit environ 160 kWh par année (chiffre 2007)." (soit une puissance moyenne de 160 000/ (365 x 24) = 18 W plus ou moins, si je ne me trompe pas)
contredit
"1 m² de cellules photovoltaïques délivre une puissance d'environ 100 à 200 W."

Bref, sous réserve que je n'aie pas compris quelque chose, il me semble que c'est une erreur.

Or, pour ce passage comme pour un peu tout l'article, les calculs ne sont pas explicités et les sources pas toujours fournies (seulement 4 notes pour un article aussi long et citant autant de chiffres), et pour beaucoup de chiffres on se demande si il y a quelque chose qu'on n'a pas compris ou s'ils sont faux.

Autre exemple, dans "Les panneaux solaires à concentration", on lit :
"La société Allemande Solar Tec AG ( voir lien ) a également mis au point un système à concentration . Elle annonce qu' 1 décimètre carré de cellules à concentration remplace 12 m² de cellules traditionnelles , que le rendement est de 30 % et le prix en baisse de 1/3 ."

Si le rendement est de 30 %, c'est deux fois supérieur au rendement des cellules traditionnelle, non ? ("le rendement d'une installation photovoltaïque étant estimé entre 15 - 17 % (en 2007)", peut-on lire au début de l'article). Donc "1 décimètre carré de cellules à concentration" devrait remplacer non pas "12 m²" mais seulement 2 décimètres carré, non ?
Soit c'est une erreur, soit j'ai mal compris, et pour que je comprenne il aurait fallu détailler les calculs ...

Et il y a plein d'affirmations qui semblent ainsi un peu surprenantes, et dont on se demande d'où elles sortent, étant donné qu'aucune source n'est fournie ...


réponse de l'auteur

Sur ce sujet il y avait bien un lien clairement exprimé entre parenhèses dans le texte . Je viens de cliquer dessus , mais malheureusement il n'y a plus rien au bout : "impossible de trouver" est la réponse . J'ai donc fait une nouvelle recherche sur cette entreprise . J'ai modifié le passage en question en fonction des nouveautés annoncées récemment par l'entreprise . Vous pourrez donc consulter le nouveau texte wikipédia et le nouveau texte associé au lien . La page du lien est en anglais , je ne pense pas que ça pose problème , l'anglais devenant une langue courante .

Pour ce qui est du rendement des panneaux solaires à concentration , le rendement est bien celui du panneau et non celui des cellules constitutives au silicium . Ici avec cette nouvelle information , avec une concentration de 700 , le m² de panneau ne comprend que 1 / 700e de sa surface en cellules au maximum . La surface des cellules utilisées pour constituer 1 m² de panneau solaire avec concentration de 700 , n'est donc que de 100 dm² / 700 = 0,143 dm² ! ( avec 100 dm² = 1m² ) C'est un chiffre maximum , parce qu'il n'est pas certain du tout que les concentrateurs occupent toute la surface du m² en question . Les concentrateurs étant souvent ronds , ils ne se joingnent pas en diagonale du panneau . On peut donc compter plutôt 0,11 dm² de cellules pour 1 m² de panneau à concentration en retirant la surface des coins non utilisés , et le cadre .

Dans ce cas pour utiliser 1 dm² de cellules , il faut : 1 / 0,11 = 9,09 m² de panneaux à concentration . Disons 9 m² . Encore exprimé autrement : 9 m² de panneaux à concentration , contenant chacun 0,11 dm² de cellules , utilisent à eux tous 1 dm² de cellules : 9 x 0,11 dm² = 1 dm²

Un panneau classique utilise sensiblement 1 m² de cellules par m² de panneau ( enfin pas tout à fait : moins le cadre , moins les jonctions entre cellules ; disons qu'il faut 0,9 m² à peu près de cellules pour 1 m² de panneaux classique , gardons 0,9 m² ) . On peut donc dire comme dans le cas précédent qui posait problème de compréhension , que dans le cas présent 1 dm² de cellules sur panneau à concentration remplace 9 m² de cellules classiques .

Dans le cas précédent qui posait problème de compréhension , c'était un peu plus : 12 m² ( mais l'ordre de grandeur est le même )

Toutefois , je ne me vois pas expliciter tout ça en détail sur wikipédia qui est une encyclopédie et non un cours en ligne . Et il va falloir combien de pages pour tout expliquer en détail ? On m'a déjà reproché de trop en mettre que c'est trop compliqué et trop long . Maintenant on me dit que ce n'est pas assez détaillé . Difficile de connaître la bonne mesure .

En dehors de wikipédia , de nombreux sites parlent du solaire , je pense que celui qui veut détailler un point particulier peut chercher sur internet . Mais les avis sont ouverts .

On voit bien aux commentaires exprimés ici plus haut , que la concentration solaire mérite d'être regardée de plus prêt par celui qui les exprime . Contrairement à ce qui est dit , j'ai bien mis de nombeux liens sur d'autres sites . En particulier celui de Spectrolab où justement on peut trouver des photos de panneaux à concentration solaire , mais également le shéma de principe d'un concentrateur solaire et de sa cellule . Je ne suis pas sur que ce site en particulier ai été regardé de près . Sinon comment expliquer l'incompréhension et les questions exprimées ?

Comment dire que je ne cite aucune source d'information ? Je viens de compter le nombre de liens sur des sources d'information que j'ai mis sur cette page , j'en compte exactement 40 ! J'en ai mis 40 et on me dis que je ne mets aucune source d'information ! J'ai malheureusement l'impression qu'aucune source d'information que j'ai pris la peine de mettre n'a été lue . C'est certainement plus proche de la réalité .

Enfin je tiens à préciser que je ne m'offusque pas . Je ne prends pas celà mal , je réponds simplement aux arguments . Mes propos ne sont pas agressifs non plus . Mais il me faut bien répondre et j'espère également sans vexer personne . Je ne pense pas que multiplier encore et encore à l'excès les sources d'information soit si utile . S'il y a des liens à chaque phrase qui ira les lire ? Je n'y crois pas . Surtout que j'ai du mal à croire que ceux que j'ai déjà mis aient été lus .

Cordialement , Claude76 .



--81.202.184.124 24 mai 2007 à 15:12 (CEST) Matthieu

De même, dans le paragraphe influence de l'évolution récente des rendements, on lit Ainsi pour Rouen avec 950 h et des panneaux d'un rendement de 15 % , on arrive à 950 x 0,15 = 142,5 kWh / an / m² .. Il faudrait expliciter ce calcul. Je suppose que 950 h signifie 950 h d'équivalent plein soleil de l'année, et sans doute qu'une heure d'équivalent plein soleil doit produire une énergie de 1 kWh, mais cela n'est, il me semble, dit nulle part. Je modifierais bien moi-même mais comme je ne suis pas expert, je préfère m'abstenir que de prendre le risque d'introduire des erreurs ...

Cordialement,

--81.202.206.102 30 mai 2007 à 04:12 (CEST) Matthieu.


Bonjour Mathieu .

Je me suis permis de répondre à vos interrogations un peu plus haut dans votre texte . J'ai intercalé mes réponses entre vos lignes . J'espère avoir pu vous aider . Excusez moi , je ne suis encore jamais venu sur discussion et je ne m'étais pas rendu compte que ça coinçait quelque part . Je vais essayer de réparer . Il n'y a pas très longtemps que je rédige sur wikipédia . Je m'excuse encore .

Cordialement , Claude76

A reformuler[modifier le code]

"Recherche en cours" "Les longueurs d'ondes du vert , peu énergétiques , seraient transformés en longueurs d'ondes du bleu plus énergétiques permettant ainsi d'augmenter le rendement final des cellules [6] ."


Cette phrase laisse a penser qu'on a inventer le mouvement perpetuel et que le système augmente l'energie des rayon incident, alors qu'il ne fera que modifier la longeur d'onde (vert -> bleu) pour lesquelles le capteur possède un meilleur rendement. A reformuler. Skiff 11 juin 2007 à 22:38 (CEST)


réponse de l'auteur :

Ce n'est pas moi qui le dit . J'ai mis un lien sur l'article qui parle de cette affaire . Je n'ai fait que lire cet article qui donne une photo explicite à l'appui et en complément du texte . Chacun peut se faire une idée en consultant le texte d'origine et la photo de l'expérience avec le lien . Celui qui veut douter peut douter bien sur . Mais cette information en est bien une , et elle est présentée de cette façon . Cette découverte est présentée comme une avancée technologique dans le domaine photovoltaique qui permet d'augmenter les rendements . Ce qui a mon avis n'est pas surprenant puisque les rendements actuels sont bas : Ce qui signifie que l'essentiel du rayonnement solaire n'est pas récupéré .

Ce que je suppose : Certaines couleurs ne sont que très peu récupérées , leur rendement de conversion est minime , en changer la fréquence et la couleur fait certainement changer le rendement de conversion par la même occasion . Le rendement de conversion suivant les fréquences et les couleurs ne sont pas les mêmes , changer la couleur fait évoluer le rendement . A mon avis c'est tout . Il n'y a donc pas de génération spontanée .

C'est vrai que c'est mal formulé à mon avis aussi , mais je n'ose pas trahir la formulation des auteurs . Et ... est ce si mal formulé que ça ? : Par ailleurs , les auteurs parlent de fusion de photons , ce qui m'est complètement étranger . Cette fusion de photons ne serait elle pas la découverte d'une nouvelle source d'énergie ? Avec le programme ITER on cherche bien à reproduire la fusion qui a lieu dans le soleil . Je ne sais pas . Personne ne peut prétendre que la science a tout découvert et que rien de nouveau ne pourra nous surprendre . Cette information ne peut pas être rejetée d'un revers de coude simplement parce qu'on ne comprend pas tout . En tout cas je ne le ferai pas , ne serait ce que parce qu'ils ont obtenu un résultat probant , mesurable et constatable de visu .

Si quelqu'un a de l'information sur la fusion de photons , je suis preneur .

Cordialement , Claude76

J'ai cherché quelques renseignements sur la fusion de noyaux d'atomes . La fusion entre 2 noyaux legers donne un noyau plus lourd tout en dégageant beaucoup d'énergie . La fusion de photons pourrait elle donner le même résultat ? C'est possible , mais je ne sais pas , ce n'est pas mon domaine .

Sur le site http://www.lasur-femto.cnrs.fr/pages-web-lasers-femto/lasers_femtosecondes.htm , ( et sur d'autres ) il est question de fusion de photons . Mes connaissances ne sont pas suffisantes pour interpréter absolument correctement la totalité du texte . C'est ce que je suis obligé de dire , même si je comprend bien ce texte , même si j'y trouve que la fusion de photons engendre un changement de fréquence du rayon donc de sa couleur . Et ce , parce que je n'y trouve pas de réponse à la question : ce changement de fréquence change t il quelque chose au niveau énergétique du rayon ? Peut être quelque chose m'échappe parce que ce n'est pas mon domaine .

Mes connaissances par ailleurs ( même si elles sont incomplètes , personne ne possède la science infuse ) me disent qu'il n'y a pas de changement de niveau énergétique . C'est pourquoi comme expliqué plus haut , je pense que le changement de couleur augmente le rendement de conversion global parce que la technique photovoltaïque transforme en électricité les différentes couleurs avec des rendements différents .

Donc , dans l'innovation dont il est question ici , qui permet d'augmenter le rendement des cellules solaires , je m'en tiens à la formulation des rédacteurs . Je pense que si leur formulation est celle là , ce n'est pas par hasard ou par erreur . Sauf si vous pouvez démontrer le contraire .

Si quelqu'un possède la réponse ( avec certitude bien sur ) sur la concéquence énergétique de la fusion de photons je suis preneur .

Cordialement , Claude76

Erreur de calcul[modifier le code]

Je cite Matthieu:

Ainsi pour Rouen avec 950 h et des panneaux d'un rendement de 15 % , on arrive à 950 x 0,15 = 142,5 kWh / an / m² .. Il faudrait expliciter ce calcul. Je suppose que 950 h signifie 950 h d'équivalent plein soleil de l'année, et sans doute qu'une heure d'équivalent plein soleil doit produire une énergie de 1 kWh, mais cela n'est, il me semble, dit nulle part.

Effectivement, c'est faux. L'energie produite par heure d'équivalent plein soleil est égale à ce que l'on appelle la constante solaire, soit 1,367 kWh/m². Coup de pot, elle est proche de 1, et donc l'ordre de grandeur calculée ici est correcte mais la valeur inexacte. On peut d'ailleurs remarquer que la formule est completement inhomogène.

Etienne - 84.37.22.14 26 juin 2007 à 14:42 (CEST)


Réponse de l'auteur :

1) Pour Rouen , il est bien expliqué dans le texte qu'il s'agit de 950 h d'équivalent plein soleil , c'est parfaitement précisé . Relisez le texte sur l'influence de l'ensoleillement .


2) La constante solaire n'est pas de 1,367 kWh / m² , mais de 1,367 kW / m² . Ce n'est pas une production , mais c'est une puissance . Entre ces deux unités intervient la notion de temps .

La constante solaire se mesure dans l'espace et non sur terre . L'atmosphère terrestre absorbant une partie de l'énergie du soleil , au sol sur terre il ne reste que 1 kW /m². Relisez sur wikipédia les 3 premières lignes sur la constante solaire .

Vous confondez production et puissance , ce qui est dommage pour le reste de votre raisonnement . Vous appliquez la constante solaire au sol alors qu'elle se mesure dans l'espace avant les déperditions dues à la traversée de l'atmosphère . Ce qui fausse votre calcul et il n'y a aucun coup de pot de ma part .

La constante solaire n'est pas exactement 'constante' malgré son nom , puisque l'activité solaire n'est pas constante . Le chiffre de 1 kW / m² est le chiffre communément retenu pour les calculs . Le chiffre de 1 kW / m² n'est donc pas un hasard , mais c'est bien le chiffre habituellement et communément utilisé , les variations autour de ce chiffre moyen étant faibles.

C'est pourquoi , j'ai laissé de côté ce coef de 1 qui n'apporte rien dans les calculs ( mais apparemment je n'aurai pas du ) .

Les mesures en laboratoire pour déterminer le rendement de panneaux solaires se font d'ailleurs avec une source de lumière artificielle de 1 kW pour tenir compte de l'ensoleillement réel auquels ils seront sousmis . Dans la concentration solaire , on dit qu'une puissance de rayonnement solaire de 1 kW / m² = 1 soleil , de 2 kW / m² = 2 soleils ... etc

950 h / an , avec une puissance de 1 kW donnent bien une production 950 kWh à la fin de l'année . Je ne pense pas qu'on puisse appeler ça un calcul , c'est plutôt une définition ; puisque la définition du kWh , c'est la production obtenue avec une puissance d'1 kW pendant 1 heure . Avec 950 h , on arrive à 950 fois plus c'est tout .

950 kWh reçus par an au m² avec un matériel d'un rendement de 15 % , donnent bien 950 x 0,15 = 142,5 kWh / an / m² .

Excusez moi , je pensais que c'était clair , comme apparemment ça ne l'est pas , j'ai donc repris ces passages en délayant un peu plus .

Cordialement , Claude76

L"'obstacle au développement?[modifier le code]

Je me demande d'où sort l'affirmation selon laquelle le stockage de l'électricité est le principal obstacle au développement de la technologie photovoltaique (PV). L'immense majorité des projets PV n'incluent pas de stockage d'électricité, ils sont connectés au réseau : le batiment équipé en PV fournit un surcroit d'électricité au réseau quand il y a trop de soleil pour ses besoins, et inversement il puise de 'lélectricité sur le réseau au besoin. Il n'y a donc pas besoin de stockage. Le stockage de l'électricité n'est nécessaire qui si l'on est isolé du réseau, et qu'on utilise le PV comme source unique, c'est donc un cas hyperparticulier.

Si le stockage constituait une telle nécessité, l'éolien, qui souffre de la même imprévisibilité de production, ne se serait jamais développé à l'échelle qu'on connait.

Ce qui bloque le développement du solaire PV c'est plutôt son cout énorme (il revient au moins quatre fois plus cher au kWh que l'éolien, qui n'est pas une énergie spécialement bon marché), son faible rendement énergétique, et son besoin en matériaux rares (indium entre autres).


--Le fourbe et cruel Raminagrobis Miauler 17 juillet 2007 à 08:27 (CEST)

Comment ça se stocke l'électricité ? l'EDF aimerait pouvoir le faire plutôt que de vendre à ses partenaires européens ses surplus de production (ne me parlez pas de conversion chimique ni en énergie potentielle évidemment). Signé --louis-garden 25 août 2007 à 18:05 (CEST)



réponse provisoire de l'auteur ( provisoire , parce que je décolle demain matin de bonne heure pour quelques jours et il faut que je dorme ) aux lignes 2 et 3 de ce texte :

sur le site de l'Eurobserver , vous pourrez constater en page 4 , ( je dis bien 4 et non 2 ) que les installations photovoltaiques en France se décomposent comme suit : ( ligne 5 de la page 4 )

installations connectées au réseau : 12 MW . installations hors réseau : 20 MW .

Donc , pour l'instant en France , les installations en site isolé et non connectées au réseau sont majoritaires http://www.energies-renouvelables.org/observ-er/stat_baro/observ/baro178.pdf . Pour accéder au site de l'Eurobserver , il faut d'abord s'enregister et prendre un mot de passe . ( juste pour rire ne le prenez pas mal : je cite ma source , mais pas vous )

Il s'agit du rapport pour 2006 sur le photovoltaique en Europe . Cette situation n'est pas la même partout , particulièrement en Allemagne , pays bien plus avancé que nous et commençant justement à se poser d'autres interrogations . Nous en reparlerons . A plus tard , je vous souhaite une bonne journée .

Cordialement , Claude76


réponse de l’auteur : ( de retour )

Le développement du solaire photovoltaïque a eu pour origine l’électrification des sites isolés et non raccordés au réseau , mais également l'alimentation de matériel mobile . Cette nécessité a permis à la filière naissante de faire année après année des progrès en termes de prix de revient du kWh produit et de rendement des panneaux .

Son développement actuel , n’est plus motivé par les besoins des sites isolés sauf dans quelques pays comme l’Inde où de nombreux villages n’ont toujours pas l’électricité et où le photovoltaïque permet d’électrifier des villages qui auraient du attendre encore longtemps . La motivation actuelle est due à l’épuisement programmé des énergies non renouvelables comme le pétrole , le gaz , le charbon , ou l’énergie nucléaire à base d’uranium ou de thorium . Alors que de nombreuses personnalités n’étaient pas écoutées à ce sujet depuis des décennies , il semble bien que depuis peu , médiatisation aidant , nous commencions à en prendre conscience .

Les statistiques énergétiques mondiales de 2006 sont les suivantes : dépenses mondiales toutes énergies confondues : 127.000 TWh ; dépenses mondiales en énergies non renouvelables : 111.500 TWh ; et dépenses mondiales en énergies renouvelables : 15.500 TWh . Ce qui donne un rapport de 15.500 / 127.000 = 12,2 % pour les énergies renouvelables sur le total . Si nous devions être privés des énergies non renouvelables , le monde n’aurait à sa disposition que 12,2 % de l’énergie que nous dépensons actuellement . Ce serait un désastre . L’économie s’effondrerait et nos modes de vies avec , au minimum .

Que nous soyons d’accord ou pas , c’est ce qui attend au final l’humanité , mais pas d’un seul coup bien sur . Les réserves limitées des énergies non renouvelables finiront par s’épuiser en totalité et il ne restera à cette époque que les énergies renouvelables seules . La source d’énergie non renouvelable qui devrait s’épuiser en premier est le pétrole . A ce sujet , on peut lire « la face cachée du pétrole » de Eric Laurent , « la vie après le pétrole » de Jean Luc Wingert , entre autres .

Il convient donc de mettre en oeuvre plusieurs politiques : économiser l’énergie , augmenter l’efficacité énergétique , promouvoir et développer rapidement des énergies de remplacement , communément appelées les « nouvelles énergies renouvelables » ( donc hors l’hydroélectricité et hors bois ) .

Certains pays se sont déjà lancé dans des programmes de développement de ces énergies . C’est le cas du Danemark qui avait pour objectif de parvenir à produire 30% de son électricité avec des éoliennes . Les statistiques des puissances installées en éoliennes au Danemark sont les suivantes : 2001 = 2,4 GW ; 2002 = 2,8 GW ; 2003 = 3,1 GW ; 2004 = 3,1 GW ; 2005 = 3,1 GW ; 2006 = 3,1 GW . ( de nombreux site donnent des statistiques sur l’énergie , l’Eurobserver , BP ou l’AIE par ex ) On voit d’après ces chiffres , qu’à partir de 2003 le programme Danois a été stoppé . L’expérience Danoise montre que l’injection directe ( sans stockage de l’énergie ) dans le réseau électrique ne peut pas se développer au delà de 18 % ( environ ) de la consommation du pays . A l’expérience , aller au delà pose de gros problèmes de gestion du réseau . Pour aller plus loin le Danemark a manqué d’un système de stockage de l’électricité en masse , bon marché et non agressif pour l’environnement .

C’est donc bien la non résolution du stockage de l’électricité qui a stoppé le programme Danois en 2003 . Comme pour l’éolien , la production d’électricité par des panneaux solaires va buter sur ce problème du stockage à terme . Et il va bien nous falloir trouver une solution puisque la disparition progressive des énergies non renouvelables nous mènera à produire 100 % de notre énergie sous forme renouvelable . Or dans ces énergies , l’éolien et le solaire photovoltaïque ont des productions erratiques qui nécessiteront un stockage de l’électricité , faute de quoi nous ne pourront pas disposer d’énergie électrique en permanence ( 24 / 24 ) .

L’Allemagne a un programme de développement actif de l’éolien et du solaire photovoltaïque en même temps . Ce pays est devenu le 1er mondial dans ces 2 filières . Alors que la production d’électricité renouvelable était de 8,5 % de sa consommation électrique en 2003 , la proportion est passée à 13 % en 2006 , la prévision pour 2007 dépasse les 14 % . On voit bien que pour ce pays également le problème du stockage de l’électricité va bientôt devenir crucial . En juillet 2007 , lors d’un séjour en Forêt Noire , j’ai pu constater que des installateurs de panneaux solaires photovoltaïques sont inquiets . Il ont peur que le développement de leur activité ne soit stoppée net à cause de ce problème non encore vraiment résolu .

Les pistes évoquées en Allemagne pour stocker l’électricité sont les suivantes : La technique du « pompage » qui consiste à pomper l’eau qui coule en aval des barrages hydroélectriques et la refouler en amont , donc à remonter l’eau dans les barrages , par des pompes , pour que celle ci repasse ultérieurement une 2e fois dans les turbines . Les Allemands pensent développer cette technique avec des éoliennes alors qu’en France elle se pratique avec les centrales nucléaires , de nuit lors des baisses de consommation . La production d’air comprimé par des éoliennes au lieu de produire de l’électricité . Dans la nacelle de l’éolienne au lieu d’installer un générateur électrique , l’installation d’un compresseur d’air permet de produire puis de stocker de l’air comprimé que l’on peut utiliser ultérieurement pour entraîner un générateur électrique . Un projet est en cours de réalisation dans la mer du Nord . La production d’hydrogène avec l’électricité permettrait de stocker l’énergie sous forme d’hydrogène pour une utilisation en fonction des besoins . Le stockage de l’énergie électrique dans des batteries de type VRB ( visiter le site vrb.com pour découvrir cette originalité , parce qu'il y a bien ici une originalité technique : il y a un schéma de principe ) . Cette technique Canadienne permet de stocker de grandes quantités d’électricité , mais ne répond pas encore au critère de bas prix de revient . Elle est en étude pour être utilisée dans des installations solaire photovoltaïque pour les rendre autonomes ( donc plus besoin des fils du réseau : et donc on revient à la situation des sites isolés et non raccordés , cette fois pour des raisons de gestion du réseau électrique ) . Mais aucune de ces solutions évoquées ici n’est pour l’instant vraiment satisfaisante .

Bien entendu , en France , nous n’avons absolument pas ces problèmes , nous sommes tellement en retard que la production d’électricité photovoltaïque en site isolé est encore supérieure à la production des installations en injection directe sur le réseau . Mais d’après les informations que j’ai en ma possession , en 2007 la situation est en cours de changement radical . Pas trop tôt …

Je n'ai pas développé ces points sur wikipédia , parce que je croyais que ces aspects étaient largement connus ; et parce que je ne pense pas qu'un texte trop long soit souhaitable , ce n'est quand même pas l'équivalent d'un bouquin qu'il faut mettre dans wikipédia pour un seul sujet . Mais , je veux bien en discuter . A votre avis faut il développer ce que j'évoque ici ?

Cordialement Claude76 fin juillet 2007

Faute de réponse , j'ai fini par me décider seul .

Cordialement Claude76

modification du 26 décembre 2007[modifier le code]

En accord avec Maseracing , j'ai déplacé son apport pour le mettre quelques lignes plus haut .

Claude76 le 26 décembre 2007 à 19h49

oiseau[modifier le code]

pourquoi des protections anti-oiseau ?. Vincnet G (d) 16 janvier 2008 à 22:07 (CET)

Je pense , c'est mon avis et je le partage , que c'est : Tout simplement pour empêcher les oiseaux de mer de se poser sur le bord supérieur et qu'ils ne puissent faire leurs besoins sur les panneaux . Non seulement le guano collé sur les panneaux en diminuerait le rendement en cachant une partie du rayonnement solaire , mais on sait aussi que le guano est extrèmement corrosif et diminuerait la durée de vie du matériel installé . Egalement pour ne pas à avoir à nettoyer les panneaux trop régulièrement , ce qui augmenterait le prix de revient du kWh produit . La position verticale des panneaux est certainement motivée par les mêmes raisons malgré une baisse non négligeable du rendement dans cette position . Il faut dire qu'à cet endroit les oiseaux de mer sont légion . Il s'agit ici , bien entendu , d'un cas très particulier qu'on ne rencontre pratiquement jamais : pourquoi avoir installé des panneaux solaires en un tel lieu ? C'est aussi un emplacement où le vent propulse du sable , donc il ne parait pas du tout judicieux d'y avoir installé des panneaux solaires qui probablement auront une durée de vie raccourcie avec une production réduite à cause de leur position verticale et d'une usure prématurée à cause du sable . Il fallait vraiment vouloir absolument installer des panneaux solaires pour les mettre là .

Claude76 le 6 février 2008

Effectivement les protections anti-oiseau permettent de protéger les panneaux solaires contre leurs déjections. En effet un panneau solaire donnera le meilleur de lui-même s'il est propre. En effet un panneau solaire "sale" peut perdre plus de 20% de son rendement. Ainsi il existe des sociétés spécialisées dans le nettoyage de panneaux solaires. Il est conseille de faire nettoyer les panneaux solaires tous les 2 ans environ.

taille sauvage[modifier le code]

bon, faut pas s'effrayer de laj'ai recyclé ce que j'ai pu, là ou ça devait aller : dans Énergie solaire photovoltaïque, Module solaire photovoltaïque, etc.

J'ai jeté des truc qui relèvent de l'actualité, pas de l'encyclopédie, si y'a des gens qui y tiennent et qui savent où fourguer ça (pas ici, en tout cas), ils savent où le trouver (dans les archives) et comment le recopier.

C'est maintenant moins le foutoir, les différents articles connexes sont à peu près complémentaires et correctement liés les uns aux autres.

gem (d) 27 mai 2008 à 17:18 (CEST)

relativiser (sans nier) les effets du NF3 qui contribuent seulement environ 0.04 pour cent de tout le global warming[modifier le code]

Vous écrivez "Le processus de fabrication des panneaux solaires est nocif en matière de réchauffement climatique, puisque cette fabrication nécessite l'utilisation de NF3, gaz 17 000 fois plus nocif que le CO2. La présence de ce gaz, non réglementé par le protocole de Kyoto, augmente de 11% par an (cf. lemonde.fr 23/12/2008)." En réalité, l'article original dit ceci : Voici l’article original :

http://scrippsnews.ucsd.edu/Releases/?releaseID=933 Extrait : “Current NF3 emissions, however, contribute only about 0.04 percent of the total global warming effect contributed by current human-produced carbon dioxide emissions. Nitrogen trifluoride is one of several gases used during the manufacture of liquid crystal flat-panel displays, thin-film photovoltaic cells and microcircuits. Many industries have used the gas in recent years as an alternative to perfluorocarbons, which are also potent greenhouse gases, because it was believed that no more than 2 percent of the NF3 used in these processes escaped into the atmosphere. The current observed rate of increase of NF3 in the atmosphere corresponds to emissions of about 16 percent of the amount of the gas produced globally. In response to the growing use of the gas and concerns that its emissions are not well known, scientists have recently recommended adding it to the list of greenhouse gases regulated by Kyoto.” _______________________________________________________________ Traduction WordLingo sans correction Les émissions NF3 courantes, cependant, contribuent seulement environ 0.04 pour cent de tout le effet de chauffage global contribué par les émissions humain-produites courantes d'anhydride carbonique. Le trifluorure d'azote est l'un de plusieurs gaz utilisés pendant la fabrication des affichages à panneau plat à cristal liquide, des cellules photovoltaïques en couche mince et des microcircuits. Beaucoup d'industries ont employé le gaz ces dernières années comme alternative aux perfluorocarbons, qui sont également les gaz efficaces de serre chaude, parce qu'on l'a cru que pas plus de 2 pour cent du NF3 utilisé dans ces processus se sont échappés dans l'atmosphère. Le taux d'augmentation observé courant de NF3 de l'atmosphère correspond aux émissions d'environ 16 pour cent de la quantité du gaz produit globalement. En réponse à l'utilisation croissante du gaz et des soucis que ses émissions ne sont pas bien connues, les scientifiques ont récemment recommandé de l'ajouter à la liste de gaz de serre chaude réglés par Kyoto. ___________________________________________________________________

C’est une bonne chose de prendre conscience de ce problème. Il y a certainement des industries qui ne contrôlent pas correctement leurs « fuites ». Sans vouloir minimiser le problème, il faut noter que d’après ces chercheurs, l’effet est de 0,04% de l’impact du CO2 du aux activités humaines. Dans les contributeurs, les panneaux photovoltaïques interviennent seulement pour partie. De plus, c’est la technologie en couche mince qui contribue, et non l’ensemble de la filière (pas le Silicium mono ou poly par exemple). Je recommande donc d’être factuel dans la lecture de cette information et comme on dit « de ne pas jeter la bébé avec l’eau du bain ».


Cordialement

Titre "accrocheur" et non objectif[modifier le code]

Le texte suivant : ["Le processus de fabrication des panneaux solaires est nocif en matière de réchauffement climatique, puisque cette fabrication nécessite l'utilisation de NF3, gaz 17 000 fois plus nocif que le CO2. La présence de ce gaz, non réglementé par le protocole de Kyoto, augmente de 11% par an (cf. lemonde.fr 23/12/2008)."]

n'a pas sa place dans le premier §, en effet :

1/ Sans considérer le fondement de l'article, il ne concerne probablement qu'une infime partie des panneaux solaires installés en France. En surface installée, à la louche, les panneaux photovoltaïques ne doivent pas dépasser une vingtaine de % par rapport aux panneaux thermiques. De plus, parmi les panneaux photovoltaïques, la technologie des couches minces ne doit à son tour pas dépasser 10% par rapport aux technologies monocristalline et polycristalline. Cet article ne doit donc au final et au "mieux", concerner que deux centièmes (en surface installée) des panneaux solaires. Cet article est donc à déplacer dans le § "panneaux photovoltaïques", et à relativiser.

2/ Sur la forme : présenté de la sorte, il est provocateur et tendancieux. Il laisse entendre qu'un panneau solaire n'apporterait que des nuisances sur le plan écologique. Globalement, si sa fabrication engendre une nuisance écologique évaluée à 3 ou 4 années de production, il lui reste encore une bonne 20aine d'années de production nette. Si vous mentionnez cet article sur les pertes, il est de votre devoir de mentionner aussi les recettes et de faire un bilan. Voilà qui sera moins partial.

[Sources ADEME, http://www2.ademe.fr/servlet/KBaseShow?sort=-1&cid=96&m=3&catid=12555 chiffres de fin 2004 pour la France :

   * issue du soleil (solaire thermique)
     Parc existant fin 2004 : 660 000 m2
   * du soleil (solaire photovoltaïque)
     Une puissance totale installée de 20 MW fin 2004]

20 MW installés, soit en gros 1400 m2 de capteurs PV (capteur unitaire : 200Wc pour 1.5 m2 ; soit 20000kW/0.2=100000 capteurs soit encore 150 000 m2 : 20% en surface installée en PV, 80% en thermique).

Selon BDPV, (http://www.bdpv.fr/stat_materiel.php) Sanyo (panneaux technologie couches minces) représente environ 10% (en nombre d'installations) sur le marché : voilà pour un ordre de grandeur.

Cordialement, Jean-Marc Toulouse, 23/02/2009

Passage de l'article à retravailler[modifier le code]

==La Chine et la photovoltaïque==

La chine serait selon les experts un excellent candidat à l'implantation de plaque photovoltaïque. En effet le taux d'ensoleillement du sud est chinois (notamment les régions de Shanghai et Fuzhou) est exceptionnel. Néanmoins un point bloquant majeur se pose, car les croyances shintoïstes sont un frein à l’utilisation de l’énergie solaire, qui serait l’énergie vitale du dragon. Les dragons orientaux sont intimement liés au climat et à l'eau ; et donc selon les croyances, puiser l’énergie du dragon pourrait provoquer une mousson. C’est pour cela que le régime communiste reste pour le moment défavorable à l’utilisation des panneaux solaires, mais cette situation devrait évoluer dans la décennie future suite à la signature d’accord en marge du protocole de Kyoto.

Réponse au 0.04% de la nuisance du CO2[modifier le code]

L'article que tu cites, Monsieur dont on ne sait pas le nom, dit que "Les émissions NF3 contribuent seulement environ 0.04 pour cent de tout le effet de chauffage global contribué par les émissions humain-produites courantes d'anhydride carbonique" Ça n'est pas en contradiction avec le fait de dire que le NF3 soit 17000 fois plus actif vis à vis de l'effet de serre que le CO2. Le NF3 peut être 17000 fois plus actif vis à vis de l'effet de serre et en quantité beaucoup moins présent... pour l'instant. J'ai donc modifié la phrase qui disait le NF3 "plus nocif" et qui était affublé de la question en exposant "plus nocif pour qui pour quoi?".

Il est d'autre part précisé qu'un panneau solaire nécessite pour être fabriqué, en plus d'une quantité non négligeable d'énergie, des matériaux rares comme l'indium. Ne faut il pas alors placer les panneaux solaires dans la case énergie épuisable? Je cite la wiki anglaise :

This figure has led to estimates suggesting that, at current consumption rates, there is only 13 years' supply of indium left.[20]

Baltin Neman (d) 20 juin 2009 à 12:53 (CEST)

Récupérer l'indium des panneau usagés pour en faire des nouveau ne pose aucun problème. Si on manque de matériau, tout ce qui va se passer c'est qu'on aura une limite à la quantité de panneaux utilisable en même temps, et c'est tout ; l'énergie collectée sera limitée, mais ça ne la rendra pas épuisable pour autant ! De plus cela ne concerne pas la plus grosse partie de la production de cellules PV, qui est actuellement faite avec des matériau aussi abondant que nécessaire (notamment le silicium) gem (d) 13 août 2009 à 01:58 (CEST)


Il n'y a pas d'Indium dans les panneaux solaires à ma conaissance. cdlt

Ben, ça dépend ; si ce sont des panneau à base de Cellule CIGS, si, il y a de l'indium dedans ! Mais ce ne sontpas les plus nombrux, et de loin gem (d) 13 août 2009 à 01:33 (CEST)

[[|]]== Lien externe ==

J'ai supprimé le lien externe périmé : http://www.ac-nantes.fr:8080/peda/disc/scphy/dochtml/solair1l/homesol.htm

Je ne suis pas certain qu'il était pertinent, mais si quelqu'un veut le remettre, le contenu est toujours disponible

Orlodrim (d) 7 juin 2010 à 21:26 (CEST)

Conception de l'article[modifier le code]

Il est gênant que dans un article à vocation technique, dans un domaine mal connu des Français (et peut-être des francophones), on mélange des choses qui n'ont rien à voir, c'est-à-dire :

  1. - les panneaux solaires photovoltaïques, qui ont vocation à transformer directement l'énergie solaire en électricité, et cela indépendamment ou pas d'une habitation
  2. - les panneaux solaires thermiques, qui ont vocation à transformer l'énergie solaire en chaleur dans un fluide caloporteur, qui lui-même servira à réchauffer une habitation
  3. - les chauffe-eau solaires, qui ont vocation à transformer directement l'énergie solaire en chaleur dans l'eau sanitaire.


Ces trois applications n'ont rien à voir les unes avec les autres ; le texte de l'article manifeste d'ailleurs plusieurs confusions qui ne contribuent pas à éclaircir le sujet.

Je suggère :

  1. - soit de changer le titre de l'article, par exemple : Dispositifs de captation de l'énergie solaire, et de le simplifier au maximum pour en supprimer les confusions
  2. - soit de répartir son contenu sauvable dans les trois articles précités, dans la mesure où il n'apporte rien en lui-même, en transformant cet article en page d'homonymie.

Notons que cette page n'existe qu'en FR.

PS : en dehors de Claude76, qui a beaucoup contribué à cet article, et n'y a plus touché depuis 3 ans, c'est Salebot le plus gros contributeur !

--Env2100 () 12 novembre 2011 à 11:15 (CET)

Point de vue de lecteur : effectivement c'est une définition qui a été trop étirée. Les thématiques spécifiques sont traités dans les trois articles spécifiques. La thématique transverse sous-jacente est traitée dans énergie solaire. Il me semble qu'il faut faire maigrir l'article en le transformant une petite page de redirection un peu rédigée vers les 4 articles (les trois que tu cites + énergie solaire) et en réintégrant dans ces derniers, si nécessaire, les éléments de cet article qui n'y figureraient pas. Pline (discuter) 12 novembre 2011 à 12:38 (CET)
Bonjour, Merci pour les remarques, effectivement l'article traite de deux sujets relativement éloignés comme vous le soulignez. Cependant je ne pense pas qu'il faille le supprimer, en français le terme "panneau solaire" est utilisé aussi bien pour désigner un panneau solaire PV qu'un panneau solaire thermique. En anglais par exemple, deux termes distincts existent (resp. "solar panel" et "solar collector"), en allemand idem (resp. "solarmodul" et "solarkollektor"), ce qui peut expliquer pourquoi l'article n'existe qu'en français.
Tout lecteur non spécialiste qui fait une recherche "panneau solaire" doit donc tomber sur un article clair qui décrit les différents types de manière claire et brève, avec des liens ensuite vers chaque article détaillé. Et c'est là que vous avez raison, l'article en l'état ne fait pas clairement la distinction. Si vous êtes motivé, vous pouvez commencer à élaguer et réécrire de manière claire l'article pour bien faire apparaître cette ambiguïté de langage (je parie que 90 % des francophones ne connaissent pas la différence entre un panneau PV et un panneau thermique, demandez autour de vous vous verrez), je veux bien vous relire. Cordialement, --Lebronj23 (discuter) 6 décembre 2014 à 14:03 (CET)

NF3 et KYOTO[modifier le code]

Il est à noter que le protocole de KYOTO a été amendé à Durban fin 2011 pour intégrer le NF3 à la liste des gaz à effet de serre.

Petite erreur dans l'article[modifier le code]

Vous vous êtes trompés en faisant ce sujet. Le titre de l'article est "Panneau solaire" alors que vous parlez en même temps de panneaux photovoltaiques tel que dans l'Avion solaire.

Les panneaux photovoltaïques sont un type particulier de panneaux solaires. Ydecreux (discuter) 12 novembre 2015 à 12:40 (CET)