Discussion:La Naissance de Vénus (Bouguereau)

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autres discussions [liste]
  • Suppression -
  • Neutralité -
  • Droit d'auteur -
  • Article de qualité -
  • Bon article -
  • Lumière sur -
  • À faire -
  • Archives

Quelques réflexions[modifier le code]

Du fait du retrait par Kirtap de son commentaire, ma réflexion sur ce tableau:

Le commentaire m'a laissé un peu perplexe.

-D'une part, il fait référence à Cupidon. Or Cupidon étant le fils de Vénus, je me demande comment celui-ci peut assister à la naissance de... sa mère!

-Par ailleurs, la précision concernant la couleur de la peau des personnages m'a quelque peu troublé. Cet extrait laisserait donc suggérer que les enfants, quel que soit leur sexe, dégageraient, comme la Vénus du tableau, une féminité (qui les rendraient donc désirables) vis à vis des centaures (virils). Les pédophiles vont apprécier.

... devient nulle et non avenue. je la retirerai définitivement prochainement.

Lakur 19/6/2009 à 9:00 (HEC)

J'ai retiré le paragraphe

« Sujets et symboles Les centaures évoquent la sauvagerie virile ; ils sont les partenaires des nymphes. Les embrassades illustrent l'accouplement, les femmes s'appuyant métaphoriquement sur les hommes. Les dauphins et les ondins dénotent que Vénus est fille de la mer. Une myriade d'angelots, parmi lesquels volète Cupidon aux flèches provoquant la passion, associent également la déesse au ciel, appelé Ouranos dans la mythographie. Les petits amours évoquent Cupidon, fils et complice de la déesse de l'Amour. Tous les regards convergent vers le sujet principal.

La couleur de peau plus claire des femmes et des enfants les associe, soulignant leur différence face aux centaures masculins bronzés. La blancheur de teint était une vertu féminine prisée au Moyen Âge occidental.

La coquille est le symbole de cette glorieuse fille du ciel et de la mer, qui rince sa longue chevelure une fois sortie des eaux. Les conques annoncent en fanfare l'arrivée de la déesse sur la scène du monde grec. »

En fait rien de cet ajout n'est étayé par des références, et certaines réflexion du rédacteur sont effectivement hors propos comme ceci La blancheur de teint était une vertu féminine prisée au Moyen Âge occidental. dont on ne vois pas le rapport avec un tableau peint au XIXème siècle sur un sujet de la mythologie grecque et le moyen age, on est ici dans le travail inédit et le PoV non neutre. Sans parler du fait que cela n'apporte aucune informations car rien n'étaye cette interprétation avec ce que voulait dire le peintre Kirtap mémé sage 18 décembre 2008 à 19:05 (CET)

Point de vue moderniste[modifier le code]

De nos jours les mentalités ont évoluées : Bouguereau n'est plus systématiquement envoyé en enfer comme s'y sont appliqué avec acharnement les critiques et les historiens au long du XXe siècle. Ce piètre article est phagocyté par la longueur du point de vue moderniste (donc dépassé) de J.K.Huysmans. 91.168.2.68 (d) 5 juin 2010 à 21:13 (CEST)

Oui d'accord avec vous, la place prise par le point de vue de J.K.Huysmans au vu de la longueur de l'article est aberrante melanqwolikboy (d) 1 octobre 2011 à 19:43 (CEST)
D'autant plus que cette critique (de J.K.Huysmans) n'est qu'une appréciation personnelle (affaire de goût) et ne saurait faire figure de jugement de valeur ni de quelque référence encyclopédique que ce soit. Je ne suis pas certain que Huysmans représente le modernisme à lui tout seul. --Lakur (d) 3 mars 2012 à 11:38 (CET)
Cette critique est tout à fait encyclopédique, car elle est notable et notoire sur ce tableau. Elle est citée dans plusieurs sources relative à la peinture pompier et Bouguereau [1], rien que l'expression "léché flasque" a fait flores. Donc toute critique est une appréciation personnelle, mais elles sont pertinentes quand elles sont notoires, et c'est le cas de celle-ci. Kirtapmémé sage 3 mars 2012 à 18:01 (CET)