Discussion:Francs-tireurs et partisans - Main-d'œuvre immigrée

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

Il y a peu de différence de contenus entre les articles Main d'œuvre immigrée et Francs-tireurs et partisans - Main-d'œuvre immigrée. N'y aurait-il pas moyen de n'en faire qu'un article ?--SammyDay (d) 19 mai 2008 à 14:58 (CEST)


commentaire[modifier le code]

Bonjour, Ce n'est pas Jean Ferrat qui a mis en musique le poème de Louis Aragon sur le groupe Manouchian, mais Léo Ferré, comme vous l'indiquez dans les liens autour du groupe Manouchian. Tant que j'y suis : Robert Guédiguian achève un film sur le groupe Manouchian. "L'Armée du Crime", d'après le slogan de l'affiche rouge placardée par les nazis, sortira en septembre 2009, annonce le réalisateur lui-même. Simon Abkarian joue le rôle de Missak Manouchian, Mélinée est interprètée par Virginie Ledoyen. Ce long-métrage de 2h10 est produit par Canal Plus. Cordialement, P.G journaliste

Pas de problème réparé pour l'erreur d'auteur. Vous pouvez, encore que ce ne soit pas urgent, vu qu'il n'est pas sorti, mettre en forme votre annonce dans l'article. Cordialement. -- Perky ♡ 8 mars 2009 à 14:04 (CET)

La même chose[modifier le code]

à mettre en forme : Jorge Amat-Denis Peschanski- réalisateur-auteur:

France 2 - 00h40

La traque de l'Affiche rouge Durée : 1 heure 9 minutes Sous-titrage malentendant (Antiope). Stéréo En 16:9 Auteur : Denis Pechanski 'Article du Nouvel Observateur '

Le sujet Une évocation de la lutte, la traque et la chute du «groupe de l'Affiche rouge» constitué d'une vingtaine de résistants étrangers communistes, à Paris en 1943.

Paris, février 1944 : vingt-trois résistants, étrangers pour la plupart et issus de la mouvance communiste, sont condamnés à mort. Parmi eux, Missak Manouchian. Tous résistants de la première heure contre l'occupant nazi. Vingt-deux sont fusillés le jour même au Mont Valérien et une femme est envoyée en Allemagne pour y être décapitée. Une dizaine de jours plus tard, leur photo se retrouve placardée dans les rues de la ville pour illustrer ce que le gouvernement appelle «l'entreprise du crime». C'est la célèbre «Affiche rouge», qui inspirera le poème d'Aragon.


La critique Ceux qui ont connu le Paris de l'Occupation ont certainement l'impression d'avoir vu les portraits «noirs de barbe et de nuit hirsutes menaçants» des 23 résistants condamnés à mort par un tribunal militaire allemand en février 1944. Pour frapper l'opinion, l'occupant avait fait placarder leurs photos sur fond rouge avec leurs noms à consonance peu française. «L'affiche qui semblait une tache de sang» devait prouver que les terroristes qui tuaient en pleine rue des soldats allemands et attiraient sur la population française des représailles meurtrières étaient tous étrangers. En réalité, le souvenir est beaucoup plus récent. Il provient avant tout de la chanson «l'Affiche rouge», composée par Léo Ferré sur le beau poème d'Aragon. Ce poème, intitulé «Strophes pour se souvenir», est déjà en lui-même toute une histoire. Il a été écrit en 1955, à un moment où le poète communiste commence à se démarquer de l'orthodoxie du Parti, mais avec une extrême prudence. Il introduit habilement, dans sa célébration de ces héros oubliés de la Résistance, des passages de la dernière lettre adressée par Missak Manouchian, le chef du groupe tombé entre les mains de l'ennemi, à sa femme, «Ma Mélinée, ô mon amour mon orpheline». Mais il passe sous silence d'autres passages de la lettre où Manouchian affirme que le groupe a été donné. Par qui ? Bien plus tard, Mélinée a accusé le PCF d'avoir livré aux Allemands le groupe dirigé par son mari contre la libération d'un responsable important de la direction. L'accusation a été reprise en 1982 par des survivants de la MOI (main-d'oeuvre immigrée), le mouvement de résistance recruté par le Parti au sein des ouvriers étrangers auquel appartenait le groupe Manouchian, dans un remarquable film de télévision intitulé «Des terroristes à la retraite» (réalisé en 1985 par Mosco Boucault) qui a soulevé toute une polémique. Le film que nous présente France 2 ne fait aucune allusion à cette polémique. Il faut chercher l'explication de ce silence dans le film lui-même, et dans la leçon d'histoire qu'il nous propose. Une leçon nullement ennuyeuse mais au contraire captivante, aussi réussie pour la mise en images du propos que pour la rigueur avec laquelle elle appuie sa démonstration sur un travail d'archives qui jette un éclairage totalement nouveau sur cet épisode tragique. La qualité de ce film honore la télévision de service public.

Les FTP-MOI dans la Résistance et Francs-tireurs et partisans - Main-d'œuvre immigrée[modifier le code]

Les FTP-MOI dans la Résistance (h · j · ) : 21 révisions sur 20 jours
Francs-tireurs et partisans - Main-d'œuvre immigrée (h · j · ) : 217 révisions sur 8 ans
La fusion des 2 historiques entraînera 6 changements d'articles (3%) sur 237 révisions.
Méthodes suggérées pour respecter la licence (en cas de transfert de contenu) : demander une fusion d'historiques ou utiliser {{Crédit d'auteurs|interne|titre de la source}} sur l'article et optionnellement {{auteurs crédités après fusion}} sur la page de discussion.

Demande de fusion suite à décision PàS (Voir la décision). Il est possible que le clôturant se soit déjà occupé de la fusion, dans ce cas, merci de supprimer cette requête. --SM ** ようこそ ** 27 mars 2014 à 14:02 (CET)

NB : est-ce vraiment utile de faire une proposition de fusion après la proposition de suppression ?? Jean-Jacques Georges (Non mais allô quoi ?) 29 mars 2014 à 23:15 (CET)