Discussion:Droit divin

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

Monarchie de droit divin[modifier le code]

Monstrueux contresens : monarchie absolue et droit divin n'ont aucun rapport. Le droit divin est l'affirmation, au contraire, de la subordination du roi et du trône (à travers la filiation, conçue comme intervention souveraine de Dieu) au Dieu qui est seul roi. La monarchie absolue, déliée de l'Église depuis l'édit de Nantes, s'affirme contre le droit divin. Ainsi du testament de Louis XIV affirmant que ses bâtards sont successibles, ce que le Parlement aura la sagesse de ne pas enregistrer après la mort du tout-puissant monarque.
D'où mes modif' au paragraphe considéré...
David Mitrani 2 septembre 2005 à 22:41 (CEST)

Comme je l'avais écrit ci-dessus, l'article dans ses premières rédactions est d'une part fondé sur un contresens, d'autre part issu d'une volonté apologétique de dénigrer le sujet qu'il prétend présenter. Le "pavé" titré Trois monothéismes fait tache au milieu, dans un style qui n'est pas celui du reste.
Le tout est très difficile à rendre neutre, encyclopédique et équilibré. La traduction à partir de l'anglais, au lieu d'écrire quelque chose qui corresponde à une encyclopédie française, ne me semble pas une bonne idée. On ne fait pas de l'histoire des idées politiques ou religieuses de cette manière, à mon avis.
David Mitrani 1 janvier 2006 à 11:28 (CET)

Incompréhension[modifier le code]

J'aimerais avoir quelques éclaircissements à propos de la phrase suivante : Notons qu'en Angleterre, l'emploi du Droit divin comme source du pouvoir relève du domaine de la Généalogie. Merci d'avance

86.198.98.46, 4 décembre 2006

Succession dans la monarchie française[modifier le code]

J'ai supprimé la mention de la règle de succession par primogéniture de mâle en mâle en tant qu'exemple de règle de droit divin en France.

On sait que cette règle résulte d'une interprétation tendancieuse, inventée au 14ème siècle pour écarter les Plantagenêt de la succession au trône de France, d'un article de la loi salique. D'une part la loi salique elle-même date d'avant la christianisation de la monarchie franque, et d'autre part la règle de succession qu'elle définissait (dans un contexte qui n'avait rien à voir avec ce qu'en ont fait les juristes du roi de France à la veille de la Guerre de Cent Ans) n'a été exhumée que tardivement et dans une circonstance politique bien particulière. On ne peut pas la considérer comme faisant partie du droit divin tel qu'il était conçu à l'époque.

Vatican[modifier le code]

j'ai supprimé le paragraphe suivant :

« Cas du Vatican - En Europe, le seul régime qui peut être assimilé à une "monarchie absolue" à l'heure actuelle est le Vatican, où la légitimité du pape est basée sur le principe qu'il est nommé par Dieu, inspirant les Cardinaux à la mort de son prédécesseur. Il faut néanmoins souligner que, selon les règles de l'Église catholique romaine, son pouvoir s'exerce dans le cadre de la collégialité des évêques. Et d'autre part, que pour toutes les Églises chrétiennes, c'est Dieu qui, en dernière instance, confie la charge de gouverner à ceux à qui elle échoit, quel que soit le mode de leur désignation. »

En effet, le Vatican n'a rien à voir avec une monarchie absolue* (surtout aujourd'hui !). En outre il n'est pas étonnant de la part des catholiques de penser que Dieu inspire la décision des cardinaux lors de l'élection du pape, et ce n'est en rien la recherche de la part du Vatican d'une légitimation par droit divin (il n'en a d'ailleurs pas besoin car il est élu par un collège de cardinaux de tout pays). J'ai l'impression de mal m'expliquer**, mais en tout cas je pense que ce paragraphe n'a pas sa place ici...

Cordialement --Luc (d) 12 septembre 2012 à 23:19 (CEST)

.* Sinon j'en profite pour faire remarquer que la monarchie de droit divin n'est pas équivalente à un régime qui s'appuie sur le droit divin (cf. en France par exemple)

.** Discutez en si vous ne me comprenez pas ! Je m'expliquerais mieux (il est un peu tard à l'heure où j'écris ces mots!), du moins je l'espère ! :)

Le monothéisme abrahamique[modifier le code]

Je ne pense pas que le problème de cette section soit un manque de sources, entre les phrases qui tournent autour du pot sans rien dire d'utile (1er paragraphe), les phrases obscures ("Celui-ci se présentait contre la théorie : celle du droit naturel de l’homme, même pendant sa période de gloire et de domination au Moyen Âge" ??, sans parler de la dernière phrase), et les faits objectivement faux : - affirmer que l'Église est par nature théocratique alors que Saint Matthieu ou Saint Paul font déjà une distinction très nette entre le temporel et le spirituel. Chose dont découle la notion de monarchie de droit divin en Occident. - mentions totalement anachroniques au droit naturel, à la laïcité ou aux droits de l'homme ; bref j'ai clairement l'impression que l'auteur ignore complètement de quoi il parle.