Didier de Cahors

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint Didier (homonymie), Saint-Didier et Didier.
Didier de Cahors
Naissance vers 580
Albi
Décès 654 
Albi
Autres noms Désiré ou Géry
Nationalité française
Fête 15 novembre

Didier de Cahors ou saint Didier, est un évêque de Cahors né vers 580 dans le territoire d'Albi, mort vers 654 dans le même territoire.

Histoire et tradition[modifier | modifier le code]

Originaire de la Narbonnaise, Desiderius, Didier ou Géry, est issu d'une grande famille gallo-romaine et élevé avec ses deux frères Rustique et Syagrius[1]. Elevé aux arts libéraux et célèbre pour son éloquence, il est envoyé à la cour de Clotaire II où il se lie d'amitié avec Eloi et Arnoul, futurs Saint Eloi et Saint Arnoul de Metz[2]. Clotaire, puis son fils Dagobert, lui confient la trésorerie royale. En 630, il est envoyé à par Dagobert à Cahors à la demande des habitants de la ville pour en devenir évêque et succéder à son frère Rustique, assassiné lors d'une émeute[3],[4]. Grand réformateur, la ville de Cahors connaît sous son épiscopat d'importants travaux d'urbanisme.Il dota la ville de nombreux édifices religieux. Disciple de Colomban de Luxeuil, son ministère fut fortement inspiré par la Règle de saint Colomban[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Didier de Cahors
  2. a et b saint Didier de Cahors
  3. Saint Didier
  4. Parole du roi Dagobert à la suite de la nomination de Didier comme évêque de Cahors : « Nous faisons violence à nous-même en nous privant d'un officier si nécessaire. Mais nous devons donner à l'Église des pasteurs qui conduisent nos peuples selon Dieu », parole de Dagobert lorsqu'il envoie Desiderius à Cahors

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alban Butler,Vie des Pères, Martyrs et autres principaux Saints, trad. Jean-François Godescard, 1836, Paris
  • René Poupardin, La vie de Saint Didier, évêque de Cahors 630-355, éd. Alphone Picard et Fils, 1900, Paris

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]