David Snellgrove

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
David Snellgrove
David Snellgrove May 2011.jpg

David Snellgrove en 2011.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 95 ans)
BerkhamstedVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Britannique, Britannique (jusqu'au )Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Arme
Conflit

David Snellgrove (29 juin 1920 Portsmouth- 25 mars 2016 Berkhamsted) est un tibétologue et écrivain anglais[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

David Snellgrove est né à Portsmouth en Angleterre en 1920, et a étudié à Southampton. Appelé pour le service militaire en tant que membre de la « Royal Engineers » il rejoint Barrackpore près de Calcutta pendant la domination britannique.

Il découvrit la culture du Tibet lors d'une convalescence de paludisme dans un hôpital militaire de Lebong à Darjeeling où il a lu des livres sur le Tibet, et commença à apprendre la langue tibétaine à l'aide notamment du dictionnaire de Charles Bell. Au cours de ses nombreuses visites à Darjeeling, il a employé un jeune tibétain nommé Lhachen avec qui il parlait tibétain.

Du fait de ses contacts avec des Tibétains en Inde et de son implication dans la cause tibétaine dans les années 1960, il a fait venir cinq Tibétains en Angleterre, Sangye Tenzin Jongdong, Tenzin Namdak, Samten Karmay, Sonam Pandem Trangjun et Tashi Lhakpa, à Londres pour le développement des études tibétaines dans des universités de Londres, Paris et Rome. Deux de ces moines Bonpo, Sangye Tenzin et Tenzin Namdak, sont retournés en Inde et avec l'aide de deux organisations de réfugiés, ont fondé un camp de réfugiés Bonpo à Dolanji près de Solan dans l'Himachal Pradesh. En 1966, il fonda avec Hugh Richardson la Tibet House (également connu sous le nom d'Institute of Tibetan Studies) à Tring dans le Hertfordshire, au Royaume-Uni, dont la construction fut financé par le produit du livre A Cultural History of Tibet co-écrit avec Hugh Richardson et publié en 1968[2]. Dans la préface de leur ouvrage, les auteurs ont écrit « we have taken upon ourselves to write this book at this time because the civilization of the Tibetan people is disappearing before our very eyes... Many civilizations have declined and desintegrated in the past, but it is rare that one has the opportunity of being an informed witness of such events. If we succeed in awakening the interest of our readers in this tragic drama, which affects us so closely in the human problems involved the task of writing this book will have been well repaid »[3].

Connaissant le sanskrit, le pali et des langues tibétaines, il est l'auteur de nombreux ouvrages et a été professeur d'études tibétaines à l'École des études orientales et africaines (SOAS), université de Londres jusqu'à sa retraite en 1982.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Tenzin Dharpo Tibetologist David Snellgrove passes away, Phayul.com, 27 mars 2016
  2. Tibetan affairs 1961-1967
  3. O. Monod, David Snellgrove, Hugh Richardson, A cultural history of Tibet, Arts asiatiques Année 1969 Volume 20 Numéro 1 pp. 224-225

Liens externes[modifier | modifier le code]