Darjeeling (Inde)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ceci est une version archivée de cette page, en date du 20 mars 2020 à 17:30 et modifiée en dernier par CodexBot (discuter | contributions). Elle peut contenir des erreurs, des inexactitudes ou des contenus vandalisés non présents dans la version actuelle.

Darjeeling (Inde)
Darjeeling (Inde)
Panorama de Darjeeling et vue des plantations de thé
Administration
Pays Drapeau de l'Inde Inde
État ou territoire Bengale-Occidental
District Darjeeling
Fuseau horaire IST (UTC+05:30)
Démographie
Population 132 016 hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 27° 02′ 21″ nord, 88° 15′ 49″ est
Altitude Min. 2 000 m
Max. 3 000 m
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Inde
Voir sur la carte administrative d'Inde
City locator 14.svg
Darjeeling (Inde)
Géolocalisation sur la carte : Bengale-Occidental
Voir sur la carte administrative de la zone Bengale-Occidental
City locator 14.svg
Darjeeling (Inde)
Géolocalisation sur la carte : Bengale-Occidental
Voir sur la carte topographique de la zone Bengale-Occidental
City locator 14.svg
Darjeeling (Inde)

Darjeeling est une ville de l'État indien du Bengale-Occidental et le centre d'une région portant ce même nom, située dans les contreforts de l'Himalaya, évoluant entre 2 000 et 3 000 mètres d'altitude au-dessus du niveau de la mer. Darjeeling est le chef-lieu du district de même nom. Son nom vient du tibétain Dorje Ling (rdo-rje-ling) qui signifie le « Jardin du Foudre-diamant »[1], nom d'un monastère [2].

Géographie

Le plus impressionnant panorama de Darjeeling est la vue du pic de Kanchenjunga, au nord, qui semble incroyablement proche alors qu'il se trouve à environ 75 km de distance à vol d'oiseau.

Économie

Le thé

La région est particulièrement connue pour son thé. Le thé de Darjeeling est depuis le XIXe siècle l'un des plus appréciés des thés noirs, en particulier en Grande-Bretagne et dans les pays qui faisaient partie de l'Empire britannique.

La contrefaçon et le marché noir sont un sérieux problème pour le marché du thé. Le volume de thé actuellement vendu dans le monde sous l'appellation de Darjeeling dépasse les 40 000 tonnes, alors que la production annuelle de la région de Darjeeling elle-même est estimée à seulement 8 000 à 11 000 tonnes, en incluant la consommation locale. Pour faire face à cette situation, le Tea Board of India gère le Darjeeling certification mark and logo.

Histoire

Au XIXe siècle, lorsque l'Inde était sous domination anglaise, les Britanniques de Calcutta prenaient leur quartiers à Darjeeling pour échapper aux fortes chaleurs des plaines.

Darjeeling était à cette époque bâtie de cottages, manoirs, églises, tous plus british les uns que les autres ; peu d'Indiens y vivaient, hormis le personnel de maison.

Lieux et monuments

L'institut Chakpori de médecine tibétaine

Après l'invasion chinoise du Tibet, et la destruction de l'Institut Chakpori de médecine tibétaine par l'armée chinoise, l'institut a été refondé à Darjeeling en Inde et forme des médecins tibétains. On y enseigne et on y développe aujourd'hui la « médecine tibétaine en exil ».

Divers

Le Toy train

En principe, la ville de Darjeeling peut être atteinte par le chemin de fer himalayen de Darjeeling (surnommé Toy Train, le « Train jouet ») en provenance de New Jalpaiguri (correspondance avec les trains venant de Calcutta, Delhi, Gauhati), mais le service est extrêmement irrégulier car la voie est souvent emportée par des éboulements de terrain, en particulier durant la mousson. Le voyage, très pittoresque, dure de 5 à 6 heures pour une distance de 80 kilomètres. Les touristes étrangers prennent le Toy train, les autres voyageurs prennent le bus (partant de la ville de Siliguri) qui fait le même trajet en 2 heures 30. La route suit le chemin de fer et le traverse à diverses reprises. Des taxis (jeeps collectives) relient également les villes de Siliguri ou New Jalpaiguri et Darjeeling.

Ce chemin de fer est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Galerie

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.


Notes et références

  1. Jean-Paul Labourdette, Dominique Auzias, Inde Du Nord - Rajasthan 2011, p. 482.
  2. (en) Amiya K. Samanta, Gorkhaland Movement : A Study in Ethnic Separatism, , 335 p. (ISBN 978-81-7648-166-3, lire en ligne), p. 66.

Lien externe

Sur les autres projets Wikimedia :