Daniel Robert (publicitaire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Daniel Robert
Image dans Infobox.
Daniel Robert
Biographie
Naissance
Nationalité
Français
Formation
Activité
Expert en communication, Entrepreneur, Écrivain, Président de Novaction Santé, Propriétaire de la marque GymStill

Daniel Robert, né le à Constance, est un publicitaire français.

Carrière et entrepreneuriat[modifier | modifier le code]

Il sort major de l’École de communication Saint-Luc (université catholique de Louvain) à 22 ans, puis est associé au lancement de la première agence Havas conseil à Nancy en 1969. Il rejoint le groupe Publicis dès 1970 en tant que chef de groupe création et est rapidement remarqué par le fondateur Marcel Bleustein-Blanchet qui le désigne alors comme responsable de l’image du groupe.

En 1973, Daniel Robert s’associe pour créer sa première agence de publicité CFRP, dont R pour Robert et en demeure un directeur de la création jusqu’en 1982.

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

  • Création de Communications Créatives 1976 : société d’études qualitatives.
  • Lancement de Robert & Partners, 1982, dont il est président et devient en quelques années la 6e agence de publicité française.
  • Filiales : Robert & Public, agence de relations presse. Communider : agence de marketing direct. Le Parrain : agence de communication événementielle.
  • Création de SNC, 1986, Société nationale de communication : agence de communication politique.
  • Vice-président puis président du groupe international Univas, 1 milliard de dollars de CA, de 1986 à 1991.
  • Cession du Groupe Robert & Partners en deux temps : d’abord City Corp, première banque mondiale de l’époque, puis Eurocom/ Havas. (décembre 1991).
  • Vente de SNC 1999.
  • Création de la SAS Novaction Santé, 2008, destinée à l’innovation en matière d’éducation pour la santé. Propriétaire de la marque GymStill.

Daniel Robert est aujourd’hui sollicité pour son expertise par des entreprises, personnalités, dirigeants.

Rôle dans la publicité française[modifier | modifier le code]

Il est le premier à avoir mobilisé la profession sur le rôle économique de la communication et son rôle dans les changements de comportement qui font évoluer la société. Le changement de comportement est le centre de ses travaux qui s’illustrent dans son slogan « Vérité, Vedette, Vérifiée ».

Il est l'auteur de campagnes restées dans la mémoire collective française [1].

Formules[modifier | modifier le code]

Daniel Robert est l'inventeur de formules choc souvent entrées dans le langage courant comme :

  • « Un verre ça va, trois verres, bonjour les dégâts ! » pour le Comité Français d'Éducation pour la Santé (CFES devenu INPES) ; formule entrée dans le langage courant.
  • « Tu t'es vu, quand t'as bu ? » pour le CFES.
  • « Au secours, la droite revient ! » pour le Parti socialiste français
  • « Éduquons ! C'est une insulte ? » pour le lancement de La Cinquième la chaîne du savoir, de la formation et de l'emploi, en 1994.
  • Dès 1973 il invente une formule qui fera date : « BNP : pour parler franchement, votre argent m'intéresse. »
  • Également inventeur de « Bison Futé » pour le ministère de l'Équipement. Personnage en rupture avec la communication d'Etat. Devenu une institution.
  • De « Monsieur Plus » pour une marque de biscuit. Personnage devenu expression du langage courant pour caractériser une personne.
  • Inventeur du slogan « SNCF, c'est possible ! » qui a marqué le renouveau de l'image de cette institution.
  • Ou encore pour Charles Pasqua. "Euroland: Liberté, je chéris ton non."


Théorie[modifier | modifier le code]

Sa philosophie créative, exprimée dans la formule : « Vérité Vedette Vérifiée », est développée dans l'un de ses ouvrages Lettres à un jeune publicitaire (Balland, 1995. traduction japonaise en 1997) a souvent été source d'inspiration : la publicité selon Daniel Robert, ne manipule pas, elle fait venir à la conscience une Vérité latente. Ce passage à la conscience passe par une mise en scène (Vedette). Mise en scène dont les tests veillent à prévenir d'éventuelles erreurs dans la manipulation des signes. (Vérifiée)

Dans Lettres à un jeune publicitaire p. 68. Il cite Saussure dans sa Théorie de la communication» : « la quantité de sens véhiculée par un signe est inversement proportionnelle à sa probabilité ». Sur le plan conceptuel, cette notion de distinction annonce « la disruption » mise en vogue par le publicitaire Jean-Marie Dru.

Daniel Robert a publié d'autres ouvrages: Meurtres dans la pub chez Calmann-Lévy en 1989 (France Loisirs 1989. Poche 1990) et Cracs de cracks chez Balland en 1995. Les dirigeants des plus prestigieuses agences sont menacés : Marcel Bleustein-Blanchet, Jacques Séguéla, Jean Feldman, Daniel Robert lui-même… Des meurtres comme on ne peut en voir que dans la pub.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Particulièrement intéressé par les causes d’intérêt général et en particulier les causes humanitaires, il a souvent été récompensé pour ces créations : en particulier Médecins sans frontières « Accompagnez-les au moins jusqu’à la frontière », Action internationale contre la faim (AICF) « Passons à l’action », Secours catholique « Déchaîne ton cœur ».

Réalisé à l'occasion de la sortie livre Bleu Blanc Pub (30 ans de communication gouvernementale) en , un sondage portant sur les campagnes préférées du public, révèle qu'il est l'auteur de 2 des 10 campagnes publicitaires préférées des Français : « Un verre ça va, trois verres...Bonjour les dégâts ! » et « Tu t'es vu quand t'as bu ? »).

Président de Robert & Partners' en 1980, devenu sixième agence française en une dizaine d'années, il devient président en 1988 du groupe international Univas.

Il est le sujet d'un reportage de Pierre Carles pour l'émission Strip-Tease intitulé « Le Désarroi Esthétique ».

Publications[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]