Dangereuse de L'Isle Bouchard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Dangereuse de L'Isle Bouchard
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Amalberge ou Amauberge de l'Isle Bouchard
Père
Barthélémy de l'Ile Bouchard (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Gerberge de Blaison (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfant

Dangereuse ou Amauberge ou Amalberge[1] de l'Isle Bouchard ou Dangerosa en occitan, dite la Maubergeonne ,(1079-1151) est la fille de Barthélémy de l'Isle Bouchard et de Gerberge de Blaison.

Epouse d'Aimery 1er, vicomte de Châtellerault, elle devint la maîtresse de Guillaume IX d'Aquitaine, surnommé Guillaume le Troubadour et grand-père d’Aliénor d'Aquitaine.

Dangereuse était un sobriquet faisant allusion à son charme fatal. C'est ainsi que Guillaume s'adressait à elle dans ses poèmes et chansons. Son nom de baptême semble avoir été Amauberge ou Amalberge. Régine Pernoud mentionne qu'Amauberge ou Dangerosa avait été surnommée la Maubergeonne, car Guillaume IX l'avait installée dans la tour Maubergeon[2] de son palais comtal, à Poitiers[3]. Mais on retiendra que le prénom Amalberge [4]était un prénom attesté au Moyen Âge, contrairement à Dangereuse.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Dangereuse épouse le vicomte de Châtellerault Aymeric Ier(ou Aimery) à une date restée inconnue. De leur mariage naissent cinq enfants :

Dangereuse et Aimery sont mariés depuis sept ans lorsqu'elle décide de quitter son époux pour devenir la maîtresse du duc Guillaume IX d'Aquitaine. Cette relation, considérée comme scandaleuse pour l'époque, vaut au duc Guillaume d'être excommunié par l'Église pour son « enlèvement », bien que Dangereuse ait été consentante en la matière.

Dangereuse et Guillaume ont trois enfants :

  • Henri (mort après 1132), moine puis Prieur de Cluny ;
  • Adelaide ;
  • Sybille, abbesse de Saintes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bulletin de la Société des Antiquaires de l'Ouest - 3ème série 1927.Amalberge,vicomtesse de Châtellerault.
  2. Tour elle-même dénommée ainsi en raison de son illustre ou décriée occupante Amauberge.
  3. Régine Pernoud-Aliénor d'Aquitaine-Albin Michel-poche-2000
  4. Sainte Amalberge de Maubeuge au 7ème siècle- Sainte Amalberge de Gand ou de Tamise au 8ème siècle- nominis.cef.fr .
  5. La forme Aois, inconnue en France, semble avoir été directement reprise des sites anglais tels genealogyonline.