Demetrio Stefanopoli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Demetrio Stefanopoli
Image illustrative de l'article Demetrio Stefanopoli

Naissance
Paomia (Corse)
Décès
Paris
Origine Corse
Allégeance France
Grade Maréchal de camp

Demetrio Stefanopoli, né à Paomia le et mort le à Paris, est un notable et militaire corse d'origine grecque au service du roi de France. En 1782, il est reconnu par lettre patente de Louis XVI comme le descendant et l'héritier de David II Comnène, ultime empereur de empereur de Trébizonde.

Origines familiales[modifier | modifier le code]

Demetrio Stefanopoli est né le à Paomia, aujourd'hui Cargèse en Corse. C'est un village fondé par des réfugiés grecs du Magne au XVIIe siècle. Il est le fils de Constantino Stefanopoli, chef héréditaire des Grecs de Paomia et de son épouse, Alexandra Stefanopoli. Il a deux frères et une sœur : Giorgio, Laura-Maria et Giovanni-Stefano. Par sa sœur, il est également l'oncle maternel de la duchesse d'Abrantès.

Sa famille s'est toujours considérée comme héritière des Comnène. Demetrio serait descendant, à la treizième génération, de l'empereur David II de Trébizonde, par son fils Georges.

Biographie[modifier | modifier le code]

Demetrio est nommé capitaine de cavalerie par Louis XVI en 1779. Quelques années plus tard, en 1782, il est reconnu par le pouvoir royal français comme descendant et héritier de l'empereur David II de Trébizonde[1], ce qui lui permet d'adjoindre à son nom celui de Comnène, devenant en français Démètre Stephanopoli de Comnène.

Avec la Révolution française, il rejoint l'armée de Condé. Bonaparte, qui envisage un temps d'œuvrer en faveur des aspirations nationales grecques, le considère comme un candidat potentiel au trône. Il l'envoie préparer un soulèvement contre les Turcs en 1797, mais avec la fin de la campagne d'Égypte, il rentre en France où il publie son Voyage en Grèce en 1800.

À la Restauration, Louis XVIII le fait maréchal de camp[1]. Il est mort à Paris le . Célibataire et sans enfant, il a pour héritiers son frère cadet Giorgio Stefanopoli puis son neveu Adolphe de Geouffre.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Démètre Stephanopoli de Comnène, Notes archéologiques, Ajaccio, 1841
  • Démètre Stephanopoli de Comnène, Précis d'histoire de la maison de Comnène, Paris
  • Voyage de Dimo et Nicolo Stephanopoli en Grèce, Paris, an VIII (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Marie-Anne Comnène, Cargèse : une colonie grecque en Corse, Les Belles lettres, (lire en ligne)
  • (fr) Prince Georges Comnène, Sur la Grèce, Imprimerie de Firmin Didot Frères, Paris, octobre 1831 (Lire en ligne)

Sources[modifier | modifier le code]

  • (fr) Hervé Rousseau, La duchesse d'Abrantès, Napoléon et les Comnène (Info-Grèce)
  • Biographie universelle, ancienne et moderne ...: Ouvrage redigé par plus de 300 Collaborateurs, 1847

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Georges Comnène, op. cit., p. 41.