Corridor biologique fluvial

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

On appelle corridor biologique fluvial le continuum écologique constitué par un cours d'eau et ses affluents, considérés des sources des affluents jusqu'à la mer.
Ce concept découle de celui de continuum écologique (écologie du paysage) et pour partie de celui de continuum fluvial. L'ensemble ou réseau de ces corridors constitue ce qu'on appelle souvent la Trame bleue (notamment en France depuis le Grenelle de l'environnement). Bien que dénommé fluvial, il intègre toute la continuité, de la source à la mer, ainsi que les « compartiments sous-fluviaux » et autres annexes connectées au cours d'eau.

Comme les corridors biologiques terrestres, chaque corridor aquatique est composé d'une « mosaïque » complexe d'habitats.

Attention : Dans certains contextes, la notion de « corridor fluvial » qui peut aussi désigner un corridor de transport fluvial.

Espèces dépendantes des continuums fluviaux[modifier | modifier le code]

De nombreuses espèces aquatiques d'eau douce sont migratrices, ou dépendent de ces corridors ;

  • Les espèces strictement aquatiques semblent le plus en dépendre, car ne se déplaçant que sous l'eau (activement, c'est-à-dire en nageant, ou passivement portées par le courant).
Parmi ces dernières, certaines sont aussi « marines » une partie de leur vie, tels les poissons dits amphihalins qui sont tous en forte régression (pour cause de surpêche, de contamination par un nombre croissant de polluants ou par des perturbateurs endocriniens, mais aussi à cause d'une fragmentation physique anormale de leurs corridors de migration, par exemple par les grands barrages).


Ils parcourent souvent des milliers de kilomètres, telle l'anguille européenne qui se reproduit en mer des Sargasses, dont les civelles doivent ensuite rejoindre des mares et marais parfois loin en amont des continuums physiques que sont les fleuves et rivières.

  • D'autres espèces (rivulaires) se déplacent le long du cours d'eau (sur ses berges ou à proximité) pour des espèces palustres.
    D'autres espèces encore utilisent les cours d'eau, comme « axe ou repère de migration » (oiseaux) sur une partie de leur trajet migratoire (quotidiens ou saisonniers).
  • Certaines espèces végétales (Saule, Aulne utilisent le cours d'eau et ses inondations pour efficacement disperser leurs graines ou propagules, ou se reproduire hors du cours d'eau (c'est le cas par exemple du brochet qui pont dans les prairies inondées).

Qualité[modifier | modifier le code]

Plusieurs facteurs (via des indicateurs biogéographiques (dont indicateur biologique) sont généralement retenus pour juger de la qualité de ces corridors naturalité fragmentation écologique (physique, chimique, par la pollution lumineuse, thermique..) qualité de l'eau (via mesure de la pollution de l'eau)

Types de corridors fluviaux[modifier | modifier le code]

L'écologue considère plusieurs types de corridors (dont l'ensemble forme une zone de connexion biologique).

  • Le corridor subaquatique proprement dit : c'est celui utilisé par les poissons et les organismes totalement aquatiques
  • Le linéaire de berge, qui est un écotone exploité par les espèces aquatiques, mais aussi par des espèces terrestres ou spécifique de cet écotone.
  • et plus largement l'esemble des zones humides liées au fleuve et le fond de vallée (lit mineur, lit majeur qui peut parfois être inondé plusieurs mois par an dans les zones très humides, tropicales notamment, ou dans les régions plates).
  • Il peut arriver que des fleuves soient pour partie souterrains.

Limites et cartographie[modifier | modifier le code]

Les limites du corridor fluvial ne sont pas toujours faciles à définir, et posent des problèmes non encore résolus pour la cartographie des corridors biologiques (ceci vaut pour tous les types de corridors). Par exemple, certains fleuves de plaines, encore "sauvages", non endigués, peuvent se déplacer latéralement dans leur lit, et provisoirement inonder de vastes zones.
De même certaines espèces telle l'anguille peuvent quitter un cours d'eau en rampant sur le sol pour rejoindre des mares et étangs qui n'y sont pas directement connectés.
Des poissons, amphibiens et autres organismes aquatiques ou des zones humides peuvent être transportés par les inondations bien loin du fleuve lui-même.

La fragmentation écologique de ces continuum écologique n'est pas toujours facile à identifier non plus ; Un grand barrage hydroélectrique, même équipé d'une passe à poisson ou d'un ascenseur à poisson est un facteur évident de fragmentation écologique, mais une zone de réchauffement ou de pollution chronique par des pesticides ou des perturbateurs endocriniens est plus délicate à identifier. Comme les corridors terrestres, les corridors biologiques fluviaux peuvent être explorés, surveillés et protégés en s'appuyant sur les principes et outils scientifiques de l'écologie, de l'écologie du paysage et de la biogéographie et de l'océanologie. La notion de trame verte et bleue insiste sur la nécessaire complémentarité de ces deux types de corridors.

Menaces[modifier | modifier le code]

De nombreuses activités humaines peuvent perturber la fonction de corridors des fleuves, dont la dérivation de l'eau pour l'irrigation (souvent associée à un drainage qui laisse repartir des nitrates et pesticides vers l'aval du fleuve), le pompage d'eau potable (souvent associé à la construction de barrages-réservoirs, mais le pompage des eaux souterraines peut aussi contribuer à faire baisser le plafond de la nappe phréatique, et donc le niveau des sources, et le niveau de l'eau là où le fleuve est alimenté par la nappe. Les modifications climatiques et le réchauffement climatique riquent d'exacerber l'occurrence et l'intensité des sécheresse qui se traduisent par un manque d'eau (et donc une pollution plus toxique car moins diluée) voire des mises à sec en période d'étiage.

Dans le monde[modifier | modifier le code]

De nombreux projets de restauration nationales ou transfrontalières de fleuves incluent un volet biodiversité et continuum écologique

En Europe[modifier | modifier le code]

Des conventions s'appliquent sur la Meuse et le Rhin, qui peuvent inclure ces aspects. Une association Escaut-Vivant promeut le développement durable et les corridors biologiques sur tout le bassin versant de se fleuve. La directive cadre sur l'eau encourage ce type de travail.

Exemple de barrières écologiques possibles[modifier | modifier le code]

Peuvent être sources de fragmentation écologique des espaces sous-marins :

- pollutions anciennes ou actuelles,
- chroniques et à faible dose, ou
- ponctuelle et massive,
- thermiques (en aval de centrales nucléaires notamment), radiologiques..
- par apports massifs et/ou chroniques de polluants ou d'eutrophisants.

Ces pollutions parfois discrètes mais chroniques peuvent être à l'origine de bouchons vaseaux très pollués dans les estuaires, voire de zones mortes, notamment dans les mers semi-fermées telles que la Baltique.

  • le phénomène dit de pollution lumineuse, en très nette augmentation depuis les années 1950 sur les berges, villes construites sur les fleuves.
  • certains modes d'exploitation subaquatique de sable, gravier, algues, ont un impact sur la qualité de l'eau.

Protection foncière et juridique[modifier | modifier le code]

Elle semble émerger avec le droit de l'environnement, et le devoir de "prise en compte" de la trame bleue en France par les documents d'urbanisme (SCOT, PLU). La Directive cadre sur l'eau et localement Natura 2000 peuvent en Europe contribuer à la protection de segments de cours d'eau. Certains traités transfrontaliers encouragent le respect d'une continuité écologique sur de grands fleuves, mais c'est souvent la libre circulation des marchandises qui était l'objet principal de ces documents.

En France, certains juristes estiment que les outils juridiques existant comme les SDAGE, SAGE et plus récemment la trame bleue (déclinée dans les SRCE à échelle régionale, mais pas encore précisément à échelle locale) ou certains moyens de protéger certains éléments du paysage (Réserves naturelles, Parcs nationaux…), ou encore des zones d'expansion de crues (pour lutter contre les inondations) concourent donc à protéger et restaurer les corridors fluviaux mais « ne sont pas dotés d'une force juridique contraignante suffisante »[1]. (La loi n'impose qu'un « rapport de compatibilité, voire le plus souvent dans un simple rapport de prise en compte » et les plans fluviaux encouragent des approches plus globales, mais sans pouvoir juridique contraignant.

Aude Farinetti (juriste et chercheuse universitaire[2]) estime nécessaire un outil juridique plus contraignant, et à l'« échelle d'un territoire pertinent : celui des corridors fluviaux et pas seulement le cours d'eau - qui est le territoire sur lequel porte l'essentiel des outils de protection ». Elle « préconise une loi de protection des corridors fluviaux sur le modèle des lois Montagne et Littoral ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • WENGER, Edith, 2002. Lignes directrices pour la constitution de réseaux écologiques fluviaux, Conseil de l'Europe, Série Sauvegarde de la Nature, no 129, (ISBN 92-871-4992-5), 44p (Lien Google Books)
  • « L’étude des corridors biologiques en biologie de la conservation », Thèse de Florence NOEL (MNHN)

Références[modifier | modifier le code]