Corita Kent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kent (homonymie).
Corita Kent
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
BostonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Religion
Mouvement
Distinction
California Hall of Fame (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Corita Kent (Fort Dodge, Iowa[1], ), mieux connue sous le nom de sœur Mary Corita Kent, née Frances Elizabeth Kent, est une religieuse catholique américaine, artiste et pédagogue. Elle travaillait à Los Angeles et Boston.

Sa technique de prédilection était la sérigraphie, qu'elle a contribué à faire reconnaître comme medium artistique à part entière. Son œuvre, avec ses messages d'amour et de paix, a rencontré un succès particulier dans le cadre des mouvements de la contre-culture des années 1960 et 1970[2]. Au début des années 1970, après avoir appris qu'elle souffrait d'un cancer, elle est entrée dans une période de production extrêmement prolifique, lors de laquelle elle a notamment créé le Rainbow Swash, une peinture représentant un arc-en-ciel qui recouvre une citerne de stockage de gaz liquide à Boston, ainsi que la version de 1985 du timbre Love du United States Postal Service[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

En entrant dans l'ordre catholique des sœurs du Cœur Immaculé de Marie à Los Angeles en 1936, Frances Elizabeth Kent prend le nom de sœur Corita Kent[4]. Elle suit des cours à Otis (qui s'appelle maintenant l'Otis College of Art and Design) et au Chouinard Art Institute et obtient une licence (BA) à l'Immaculate Heart College en 1941[5], ainsi qu'une maîtrise d'histoire de l'art (MA) à l'université de Californie du Sud en 1951.

Entre 1938 et 1968, Corita Kent vit et travaille dans la communauté du Cœur Immaculé. Elle enseigne à l'université du Cœur Immaculé (Immaculate Heart College) dont elle préside le département artistique. Elle quitte les ordres en 1968 et s'installe à Boston, où elle se consacre pleinement à l'art. Elle meurt d'un cancer en 1986[6].

Ses cours à l'université du Cœur Immaculé étaient considérés comme un haut-lieu de l'avant-garde pour des artistes et créateurs révolutionnaires aussi connus qu'Alfred Hitchcock, John Cage, Saul Bass, Buckminster Fuller et Charles & Ray Eames[7].

Corita Kent exprima son estime et sa gratitude envers Charles Eames, Richard Buckminster Fuller, et l'historien de l'art Alois Schardt pour le rôle important qu'ils ont joué dans son développement intellectuel et artistique[4].

Travail artistique[modifier | modifier le code]

Corita Kent a créé plusieurs centaines de sérigraphies et de collages, notamment pour des affiches et des couvertures de livres, ainsi que des peintures murales. Parmi ses œuvres les plus célèbres, nous pouvons citer le timbre Love de 1985 réalisé pour le United States Postal Service[8] et Rainbow Swash (1971), la plus grande œuvre d'art du monde sous droit d'auteurs, réalisée sur un réservoir de gaz naturel de 46 mètres de haut à Boston[9].

Pendant sa période à l'université du Cœur Immaculé à Los Angeles, le travail de Corita Kent s'est développé en réponse à la réforme catholique des années 1960 amorcée par le IIe concile œcuménique du Vatican, ainsi qu'en réaction à de nombreux problèmes politiques et sociaux de l'époque[4].

Ses œuvres s'inspirent largement de la culture populaire et incluent souvent des images liées à des produits de consommation courante américains, associées à des textes, notamment religieux, ou bien des mots entortillés ou écrits à l'envers, qui expriment les troubles politiques de l'époque.

Elle adaptait les éléments publicitaires récupérés pour en modifier profondément le sens : par exemple, elle pouvait déchirer, trouer ou froisser une image, puis la photographier à nouveau. Parmi les sigles connus repris par Corita Kent figure le logo de la société General Mills (qui représente la lettre G, que Corita Kent n'associe plus au nom de la marque mais au mot bonté, goodness en anglais), ainsi que des éléments de publicités de la marque Esso (qui, dans ses compositions, ne renvoient plus à l'énergie pétrolière mais à la puissance intérieure de chaque être humain)[4].

Elle utilisait également souvent dans ses compositions des panneaux d'épicerie, des textes sacrés, des coupures de journaux, des paroles de chansons, et des écrits littéraires de grands auteurs comme Gertrude Stein, E. E. Cummings, et Albert Camus. Plusieurs de ses œuvres, mais pas toutes, comportent un message chrétien ouvert à l'interprétation[4].

L'une de ses œuvres, Love your brother (1969), représente des photographies de Martin Luther King Jr. recouvertes d'une phrase manuscrite : « The king is dead. Love your brother » (« Le roi est mort. Aime ton frère »). Il s'agit de l'une de ses œuvres les plus importantes, qui présente ses opinions politiques et sa vision de la nature humaine[10]. On pouvait voir de nombreuses reproductions de ses œuvres lors de manifestations auxquelles elle assistait parfois[4].

En raison du caractère fortement politique de son art, elle quitta les ordres avec d'autres religieuses pour créer la Communauté du Cœur Immaculé en 1970, et éviter ainsi tout problème avec l'archidiocèse[4].

Héritage[modifier | modifier le code]

Le Corita Art Center comprend une galerie et des archives consacrées à la conservation et à la valorisation du travail et de l'esprit de Sœur Corita Kent. Il se situe sur le campus de l'Immaculate Heart High School à Los Feliz, Los Angeles.

Les documents personnels de Sœur Corita Kent sont conservés à la Schlesinger Library, au Radcliffe Institute, université Harvard.

Collections[modifier | modifier le code]

Les œuvres de Corita Kent font partie de la collection de plusieurs musées d'art comme le Whitney Museum[11], le musée des beaux-arts de Boston[12], et le Metropolitan Museum of Art à New York[13]. Elles font également partie de nombreuses collections particulières.

Bibliographie sélective[modifier | modifier le code]

  • 1967 : Footnotes and Headlines : A Play-Pray Book, sœur Corita Kent
  • 1968 : To Believe in God, poème de Joseph Pintauro, couleurs par sœur Corita Kent
  • 1969 : city, uncity, poèmes de Gerald Huckaby, pages par Corita Kent
  • 1970 : Damn Everything but the Circus, sœur Corita Kent
  • 1992 : Learning By Heart: Teachings to Free the Creative Spirit, sœur Corita Kent (posthume) et Jan Steward
  • 2000 : Life Stories of Artist Corita Kent (1918–1986) : Her Spirit, Her Art, the Woman Within (thèse de doctorat de l'université de Gonzaga, États-Unis, non publiée), Barbara Loste
  • 2000 : Eye, vol. 9, no 35, ed. John L. Walters, Quantum Publishing
  • 2006 Come Alive! The Spirited Art of Sister Corita, Julie Ault

Expositions[modifier | modifier le code]

2015
  • Someday is Now: The Art of Corita Kent, Pasadena Museum of California Art, Pasadena, Californie, États-Unis
  • Corita Kent and the Language of Pop, 3 septembre 2015 – 3 janvier 2016, Harvard Art Museums; 13 février 2016 – 8 mai 2016, San Antonio Museum of Art, États-Unis
2014
  • Let the Sun Shine In – A Retrospective, exposition personnelle, Circle Culture Gallery[14], Berlin, Allemagne
  • Corita Kent, exposition personnelle, Galerie Allen, Paris, France
  • Someday Is Now : The Art of Corita Kent, exposition personnelle, Museum of Contemporary Art, Cleveland, États-Unis
2013
  • The Gospel According to Corita Kent, exposition personnelle, Parson House Gallery, Assonet, États-Unis
  • The Corita Kent Exhibition, exposition personnelle, The Herb Alpert Educational Village, Santa Monica, États-Unis
  • There Will Be New Rules Next Week, exposition personnelle, Dundee Contemporary Arts Center, Dundee, Écosse
  • Tang Museum, Saratoga Springs, États-Unis
  • Tell It to My Heart, exposition collective, Museum fur Gegenwartskunst, Basel, Suisse
  • Culturgest, exposition collective, Lisbonne, Portugal
  • Artists space, exposition collective, New York, États-Unis
  • Decade of Dissent : Democracy in Action 1965-1976, exposition collective, Santa Monica Art Studios, Santa Monica, États-Unis
  • Letters from Los Angeles: Text in Southern California Art, exposition collective, Los Angeles Convention Center, L.A., États-Unis
  • Air de Pied-à-terre, exposition collective, Lisa Cooley Gallery, New York, États-Unis
  • Elements, Rudiments, and Principles, exposition collective, Boston University Art Gallery, Boston, États-Unis

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Eye, vol. 9, no 35, printemps 2000.
  2. Eric Kurhi, « Work of pop art icon Corita Kent coming to Hayward, Castro Valley galleries », Oakland Tribune, (consulté le 25 novembre 2014)
  3. Les Winick, « Usps Sends Its Fourth Message Of Love To Avid `Special Regular` », Chicago Tribune, (consulté le 25 novembre 2014)
  4. a b c d e f et g (en) Bobbye Tigerman, Handbook of California Design, Cambridge (Massachusetts) ; Londres (Angleterre), The Los Angeles County Museum Art and The MIT Press, 142–143 p. (ISBN 0262518384)
  5. « Corita Kent oral history transcript », Archives of American Art, Oral History Program, université de Californie à Los Angeles, (consulté le 25 novembre 2014)
  6. Jerry Belcher, « Artist Corita Kent, Love Stamp Designer, Dies at 67 », Los Angeles Times, (consulté le 25 novembre 2014)
  7. « Tang hosts retrospective of artist, activist, and educator Corita Kent », Skidmore College (consulté le 25 novembre 2014)
  8. « Love (1985) », Smithsonian National Postal Museum (consulté le 26 juin 2015)
  9. (en) Phillip Martin, « Wartime Visions », National Public Radio,‎ (lire en ligne)
  10. Lyra Kilston, « Sister Corita Kent: Zach Feuer », Art in America,‎ , p. 124–125
  11. « Corita Kent: Who Came Out Of The Water », Whitney Museum of American Art, (consulté le 25 novembre 2014)
  12. « Sister Mary Corita Kent », musée des beaux-arts de Boston (consulté le 25 novembre 2014)
  13. « Corita Kent - The Beginning of Miracles », Metropolitan Museum of Art (consulté le 25 novembre 2014)
  14. « Let the Sun Shine In – A Retrospective, February 22 until May 24, 2014 », Circle Culture Gallery, (consulté le 25 novembre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]