Conimètre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un conimètre, ou coniscope, est un instrument scientifique pour détecter et mesurer les particules en suspension dans l'atmosphère[1],[2]. Il est utilisé pour en météorologie, dans la discipline nommée coniologie, pour connaître la teneur en noyaux de condensation et de congélation de l'air, qui sont importants dans la formation des précipitations, et en industrie pour connaître le taux de poussière dans une atmosphère suspecte (mines, ateliers, etc.) et qui peuvent nuire à la santé.

Principe[modifier | modifier le code]

Inventé par John Aitken en 1892, il s'agit d'un tube tapissé de papier humide et connecté à une pompe par une valve à sens unique[3],[4]. Le tube est pointé vers une source lumineuse alors que la pompe est actionnée brièvement pour aspirer l'air ambiant dans le tube où se trouve déjà un plus grand volume d'air sans aérosols. Il y a ensuite une décompression rapide qui mène à la saturation de l'air et à la formation de gouttes d'eau sur les poussières contenues dans l'air selon la physique des nuages[4]. La densité de poussières peut donc être mesurée visuellement par le comptage du nombre de gouttes formées et qui se déposent sur le papier gradué visible par un orifice latéral.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Conimètre », Le Petit Larousse, Éditions Larousse (consulté le 23 mai 2010)
  2. Organisation météorologique mondiale, « Coniscope », Glossaire météorologique, Eumetcal (consulté le 23 mai 2010)
  3. (en) Oliverjcomo, « Science History Tour Part Four », Édinbourg, travel.webshots.com, (consulté le 23 mai 2010)
  4. a et b (en) « Aitken dust counter », Glossary of Meteorology, American Meteorological Society (consulté le 23 mai 2010)