Pyrgéomètre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Un pyrgéomètre

Un pyrgéomètre est un radiomètre hémisphérique qui sert à mesurer le flux radiatif infrarouge incident à la surface de la Terre dans toutes les directions (angle solide de 2π) et dû au rayonnement tellurique d'origine atmosphérique ou à celui émis et réfléchi par le sol.

Principe[modifier | modifier le code]

Dans le pyrgéomètre, la thermopile est l'élément sensible qui est exposée au rayonnement infrarouge. Si la coupelle-filtre du capteur est transparente au rayonnement infrarouge, elle reste opaque (peinte avec un noir absorbant) aux rayonnements d'origine solaire. La thermopile libère une différence de potentiel proportionnelle à la différence entre le flux radiatif à mesurer et celui émis par la surface sensible de la thermopile. La compensation d'émission de la surface sensible est obtenue par un calcul.

Caractéristiques techniques (modèle EPPLEY)[modifier | modifier le code]

Le détecteur étant aligné horizontalement, la réponse de l'instrument dépend de l'angle d'incidence du rayonnement. Un pyrgéomètre est sensible au rayonnement infrarouge dans un domaine spectral de 4 à 30 μm selon le filtre utilisé.

  • Résistance approximative : 200 Ω
  • Sensibilité 3 à 5·10-6 V·W-1·m-2
  • Domaine spectral : Coupelle silicium transparente approximativement entre 3,5 et 100 µm.

Le SIRTA[1] est équipé d'un pyrgéomètre Eppley (PIR) depuis 1993.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]