Committee on Public Information

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Affiche produite dans le cadre de la commission Creel.

Le Committee on Public Information (CPI) est une commission mise en place en 1917 au plus haut niveau de l'État américain afin de convaincre l'opinion publique américaine de soutenir l'effort de guerre.

Également appelée commission Creel du nom du journaliste qui l’a dirigée (George Creel (en), 1876-1953), la commission est installée par le président des États-Unis Thomas Woodrow Wilson dès le 14 avril 1917 et compte dans ses rangs des journalistes, des illustrateurs et des professionnels des relations publiques. Elle met sur pied une véritable stratégie de communication qui se fonde sur la diffusion de tracts, films, affiches, caricatures (canaux que l’on classerait aujourd’hui dans la communication média en marketing) ainsi qu’un nombre impressionnant de communiqués de presse, traduits en plusieurs langues car la commission ayant des bureaux à l’étranger.

L'exemple le plus célèbre des créations de la commission Creel est l'affiche de l'Oncle Sam accompagnée du slogan « I want you for US Army »[réf. souhaitée].

La création de la commission marque un tournant dans la façon de communiquer pour les États. La commission cesse ses activités en 1919, avant d'être dissoute le 30 juin.

Four minute men[modifier | modifier le code]

L’opération des « Four minute men » est l'une des plus grandes réussites de la commission Creel. Le but de cette opération est de réunir le plus grand nombre de volontaires, en général des personnalités très impliquées dans leur communauté, qui doivent par la suite se lever soudainement pendant les réunions publiques (comme à l’église lors de la messe, dans les salles de théâtre ou les cinémas) pour prononcer un discours ou un poème reprenant les points de vue défendus par le gouvernement sur la nécessité de rentrer en guerre. Des dizaines de milliers d’individus sont recrutés pour cette opération. La guerre terminée, les politiques délaissent pendant un temps cet outil incroyable de propagande qu’ils ont mis sur pied. Les entreprises privées en tirent la leçon et portent pour la première fois leur regard vers les « relations publiques »[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Edward Bernays, « Propaganda » aux éditions H. Liveright, New York, 1928, préface

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]