Colette Gibelin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Colette Gibelin, née le à Casablanca (Maroc), est une poète française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Colette Gibelin est à Casablanca où elle passe les trente premières années de sa vie. Ancienne élève de l’École normale supérieure, elle a été longtemps professeur de lettres[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Appel, Debresse.
  • Mémoires sans visages, Chambelland, 1967.
  • De quel cri traversée, Chambelland, 1968.
  • Le paroxysme seul, Chambelland, 1972.
  • Lumières, Telo Martius, 1998.
  • Dure mémoire, Clapàs, 1998.
  • Errants Eldorados, Encres vives, 1998.
  • Mirages, Clapàs, 1999.
  • Éclats et Brèches, Clapàs, 2000.
  • Vivante Pierre, Cahiers de Poésie Verte (prix Troubadours 2000).
  • Sinon chanter, Les amis de la poésie, Bergerac, 2002.
  • Comme un chant de fontaine, Alain Benoit, 2002.
  • Ce n’est que vivre, La Bartavelle, 2002.
  • Bleus et ors, Télo Martius, 2003.
  • Le jour viendra, la nuit aussi, Encres vives, 2005.
  • Souffles et Songes, Sac à mots, 2005.
  • Spécial Colette Gibelin, Encres vives, 2006.
  • Fluctuations, Les amis de la poésie, Bergerac, 2007.
  • Un si long parcours, l’Harmattan, 2007.
  • Quel éclat perfore le noir ?, (images de Blaise Simon) 2009.
  • Par delà toute nuit, Télo Martius (avec une peinture originale de Françoise Rohmer), 2009.
  • Sable et sel, Sac à mots (écrit à deux voix avec Jean-Marie Gilory, mise en couleurs de Françoise Rohmer) 2010.
  • La grande voix lointaine, Tipaza (peintures d’Andelu), 2011.
  • Dans le doute et la ferveur, Encres vives, 2012.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Colette Gibelin : biographie, publications, sur le site des éditions L'Harmattan

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Colette Gibelin, entre doute et ferveur », Chiendents, Nantes, no 30,‎ .

Liens externes[modifier | modifier le code]