Code de langue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un code de langue est une convention symbolique permettant d’identifier une langue ou une variété dialectale ou régionale, ou un ensemble de langues par un identifiant défini dans un code, sans avoir à nommer la langue désignée elle-même (puisque la désignation de la langue varie d’une langue à l’autre et n’est souvent pas unique).

Principaux codes[modifier | modifier le code]

Les codes les plus utilisés sont :

Par exemple, le code associé au français est « fr » dans ISO 639-1 et IETF BCP 47, « fra » dans ISO 639-2 (identifiant à usage terminologique ou technique) et ISO 639-3, « fre » dans ISO 639-2 (identifiant à usage bibliographique, moins fréquent rare).

Autres codes[modifier | modifier le code]

Avant la publication de la troisième partie de la norme ISO 639, SIL International définissait le code SIL plus complet (traditionnellement sur 3 lettres latines majuscules) pour son encyclopédie des langues Ethnologue.com. SIL International est aujourd’hui l‘autorité responsable du registre pour la norme ISO 639-3 et, depuis la 16e édition de The Ethnologue, il a aligné abandonné cette ancienne codification en adoptant à la place la norme ISO 639-3. Certains des anciens codes SIL étaient différents, notamment pour les langues qui étaient déjà codifiées dans la seconde partie de la norme ISO 639 (par exemple, le français y était codé « FRN »). Ce code est aujourd’hui obsolète et ne doit plus être utilisé (il entre en conflit avec la norme ISO). On peut toutefois le retrouver dans les anciennes éditions de son ouvrage.

Pour des raisons historiques, l’Union européenne utilise encore dans ses publications (imprimées, ou dans ses bases de données et sur Internet) une codification bibliographique des langues légèrement différente de l’ISO 639-2 (dont la casse des lettres n’est pas significative), et dans laquelle le grec est codé avec l’identifiant GR, comme le pays (et non EL dans ISO 639-2). En effet, les Communautés européennes basaient leurs classifications de documents en utilisant les codes de pays. Les distinctions par pays ne sont aujourd’hui plus applicables, les documents contenant dans toutes les langues originales de travail ou leur traduction l’ensemble des spécificités applicables à certains pays membres, mais le code a été conservé pour ne pas avoir à modifier et rééditer des quantités importantes de documents certifiés au plan législatif ou réglementaire.