Closterotomus norvegicus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Closterotomus norvegicus est une espèce d'insectes hémiptères de la famille des Miridae, susceptibles de causer des dégâts au feuillage de diverses plantes cultivées, dont la pomme de terre.

Description[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Biologie[modifier | modifier le code]

Cette espèce ne connaît qu'une génération par an. Elle parasite diverses plantes-hôtes, dont la betterave sucrière, le houblon, le chanvre, la luzerne et le fraisier. Elle hiverne sous forme d'œufs sur divers arbres et arbustes.

Systématique[modifier | modifier le code]

L'espèce Closterotomus norvegicus a été décrite en premier par l'entomologiste danois Johan Christian Fabricius en 1779 sous le nom de Cimex bipunctatus Fabricius 1779, mais le nom étant déjà utilisé par Linné, c'est en définitive la description de l'entomologiste Johann Friedrich Gmelin en 1790 qui fait référence. Le nom initial était Cimex norvegicus Gmelin 1790. Classé dans le genre Closterotomus par Rosenzweig en 1997[1].

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • Cimex bipunctatus Fabricius 1779 (déjà utilisé par Linné)
  • Cimex norvegicus Gmelin, 1790 Protonyme
  • Cimex biguttatus Schrank, 1801
  • Capsus contiguus Walker, 1873
  • Capsus stramineus Walker, 1873
  • Calocoris norvegicus vittiger Reuter, 1896
  • Calocoris norvegicus atava Reuter, 1896
  • Calocoris bipunctatus picticollis Horvath 1909
  • Calocoris hobartensis Poppius, 1911
  • Calocoris norvegicus immaculata Stichel, 1930
  • Closterotomus norwegicus Rosenzweig, 1997

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

  • Capside de la pomme de terre
  • Punaise des fraises
  • Punaise de la pomme de terre

Closterotomus norvegicus et l'Homme[modifier | modifier le code]

Dégâts[modifier | modifier le code]

Larves et adultes se nourrissent en piquant les feuilles des plantes, laissant des marques jaunes à rougeâtres. Les feuilles atteintes finissent par jaunir puis brunir et s'enroulent sur les bords, symptômes analogue à ceux de certaines attaques de virus[2].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Rosenzweig, V.Ye. 1997: Revised classification of the Calocoris complex and related genera (Heteroptera: Miridae). Zoosystematica rossica, 6: 139-169
  2. Wolfgang Radkte et Walter Rieckmann, Maladies et ravageurs de la pomme de terre, Éditions Th. Mann, 1991, (ISBN 3-7862-0090-4), p. 106-107

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Ribes, J. et E. Ribes, 2003. Sobre algunos Mirinae de Argelia (Hemiptera, Heteroptera, Miridae). Bulletin de la Société entomologique de France 108: 361–370.