Taupin (insecte)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir taupin.
Taupin
Nom vulgaire ou nom vernaculaire ambigu :
L'appellation « Taupin » s'applique en français à plusieurs taxons distincts.
Description de cette image, également commentée ci-après

Taxons concernés

Dans la famille des Elateridae : Autres espèces : voir texte

Taupin est le nom vernaculaire porté par plusieurs insectes coléoptères, de la famille des Elateridae. Les Élatéridés comprennent environ 8 000 espèces dans le monde, dont 200 appartiennent au genre Agriotes.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme "taupin" serait une allusion au bruit que fait l'animal lorsque, retourné sur le dos, il se détend brusquement avec un "clic" audible pour se retourner (d'où le nom click beetle en anglais), ou alors une allusion au travail souterrain de la larve. Au XVe siècle, les taupins étaient les mineurs qui avaient pour rôle de saper les murs d’une ville assiégée. À la fin du XIXe siècle, on dénommait ainsi les soldats du génie chargés de poser les mines[1],[2].

Noms français et noms scientifiques correspondants[modifier | modifier le code]

Liste alphabétique de noms vulgaires ou de noms vernaculaires attestés[3] en français.
Note : certaines espèces ont plusieurs noms et figurent donc plusieurs fois dans cette liste. Les classifications évoluant encore, certains noms scientifiques ont peut-être un autre synonyme valide.

Remarques[modifier | modifier le code]

La larve des taupins est appelée « ver fil de fer » ou « larve fil de fer »[5].

Leseigneur (1972) recense, dans son ouvrage 14 espèces d’Agriotes pour la France, dont 4 sont aujourd’hui dits "nuisibles" : Agriotes lineatus - le taupin des moissons, A. sputator, A. obscurus et A. sordidus. Cette dernière, considérée comme invasive, domine dans le sud de la France, où elle a été recensée pour la première fois dans les années 1990. C’est essentiellement la larve de ces insectes qui est connue aussi bien des jardiniers que des agriculteurs, car elle est très polyphage et de forme caractéristique.

Certaines espèces nocturnes, ou semi-nocturnes, parfois qualifiées de taupins (au sens vernaculaire du terme) peuvent produire une lumière froide (à partir de luciférine) à hauteur du thorax et des derniers segments abdominaux. C'est le cas des larves résidant dans les termitières du cerrado, au Brésil, qui se servent de cette fluorescence pour attirer les termites volantes et les dévorer (ceci n'a lieu qu'une seule fois dans l'année et constitue donc leur unique nourriture pour les 12 mois à venir, ces larves ne se déplaçant pas au sein et en dehors des termitières). Elles appartiennent à la super-famille des coléoptères à téguments mous (anciens Malacodermes), généralement carnivores aux stades larvaire et adulte.

Lutte écologique[modifier | modifier le code]

Dans un premier temps, une rotation des cultures limite l'installation des nuisibles dans le potager. Les taupins n'apprécient pas les sols "basiques". Cette correction de pH peut être obtenue par un apport de chaux ou de jus de plantes saponaires.

Un arrosage régulier avec une solution diluée de purin de fougère semble agir comme répulsif[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Taupe, hypo-taupe et taupins », sur www.lahulotte.fr, La Hulotte (consulté le 2 mai 2009)
  2. Dourlot S. Petite collection d'insectes de nos régions p 28/29, Ed. Larousse 2008, Paris (ISBN 978-2-03-583816-2)
  3. Attention aux appellations et traductions fantaisistes circulant sur l'Internet
  4. a b c d e f g h i j k l m n o p q et r Nom en français d’après Termium plus, la banque de données terminologiques et linguistiques du gouvernement du Canada
  5. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s et t Nom en français d'après le Grand dictionnaire terminologique de l’Office québécois de la langue française.
  6. a b et c Meyer C., ed. sc., 2015, Dictionnaire des Sciences Animales. [lire en ligne]. Montpellier, France, Cirad. [12/05/2015].
  7. Nom en français d'après l'Inventaire National du Patrimoine Naturel, sur le site Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN)
  8. Textes et illustrations sur les Lampyrides, consulté 2010/12/17

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]