Claude-Samuel Lévine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Claude-Samuel Lévine
Image dans Infobox.
Claude-Samuel Lévine avec en arrière-plan l'écran de Cubase affichant la musique des étoiles.
Biographie
Naissance
Surnom
CslevineVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Mouvement
Instruments
Site web

Claude-Samuel Lévine, né en 1967, est un musicien, compositeur et interprète français, jouant principalement les instruments de musique ondes Martenot et thérémine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après un premier prix de harpe et de solfège et un second prix de percussion à l'école de musique municipale d'Asnières, Claude-Samuel Lévine a étudié les ondes Martenot à la classe de Jeanne Loriod au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, où il a obtenu le premier prix en 1996. Il est intervenu depuis comme interprète ondiste, dans les parties solistes des œuvres en orchestre, lors de concerts à Cannes, Marseille[1], Paris, Lisbonne, Berlin, Avignon, Vérone, Madrid, Bâle, Zagreb, Tours, Dijon.

Participant aussi, en tant qu'instrumentiste, dans l'étude d'une restauration de l'instrument, l'ondea Ondéa[2],[3], il a mis au point un système virtuel pour la partie des haut-parleurs spéciaux, appelés "diffuseurs", de façon à s'approcher du caractère sonore des trois diffuseurs[4] des ondes Martenot : résonance, métallique et palme. Ceci dans l'intention de pouvoir jouer les œuvres du répertoire instrumental des ondes Martenot[5], selon les intentions écrites par les compositeurs[6].

Il a joué dix-neuf fois les Trois Petites Liturgies, d'Olivier Messiaen, avec différents orchestres, dont 7 fois avec la Maîtrise Gabriel Fauré. Il a participé à la création de la Symphonie de l'Espace[7], œuvre du compositeur Maxime Aulio, en 2009, année mondiale de l'astronomie. Il a participé aussi, avec le groupe rock Radiohead, au concert Amnesiac in Paris[8] en 2001 sur Canal+[9]. Il a créé en 2012 une simulation expérimentale de la symphonie Turangalîla d'Olivier Messiaen, en rejouant les parties instrumentales de l'orchestre symphonique dans le logiciel séquenceur Cubase. Il en a réalisé un DVD où l'on peut voir défiler, simultanément au déroulement de la symphonie, la représentation visuelle des pistes de partition virtuelle.

Découvrant aussi l'instrument de musique thérémin, il crée sa propre technique de jeu[10],[11], dérivée de la technique de jeu instrumentale aux ondes Martenot. Il a présenté ses instruments à la télévision sur M6[12], France 3[13], National Géographic[14], TV Caux [15].

Également compositeur dans le domaine du multimédia[16],[17],[18],[19], il a réalisé en 2013, la partie musicale associée au livre La Nouvelle Musique des Sphères[20],[21],[22],[23],[24] en association avec l'astrophysicienne Sylvie Vauclair. Cette œuvre musicale est liée aux vibrations acoustiques qui ont été observées dans les étoiles.

Depuis 2016 il diversifie ses activités en réalisant ses propres clips vidéo dédiés au site des falaises d'Étretat, qu'il filme au drone, vues qui sont parfois utilisées au sein de documentaires télévisés[25],[26] et dont il compose ses propres musiques[27].

il intervient en live, au thérémin et ondes Martenot, lors de performances évènementielles, en compagnie d'artistes tels que Niko de la Faye, Cyrille Courte, Fabiana Cruz Dies, Ulla von Brandenburg [28].

Claude-Samuel est le fils de Jeannine Lévine, professeur de musique qui fut élève d'Olivier Messiaen.

Discographie[modifier | modifier le code]

C.-S. Lévine jouant du thérémine à l'ouverture du festival de film court de Brest en 2016

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. << Messiaen : d'inoubliables Petites Liturgies >> journal La Provence, 14 octobre 1998
  2. encart dans La Lettre du Musicien, novembre 2001
  3. encart dans La Lettre du Musicien, mai 2003
  4. présentation des trois diffuseurs des ondes Martenot
  5. interview de Martin Edenik, dans le site Zone-61
  6. article " Claude-Samuel Lévine, artiste des ondes, en concert... ", La République du Centre, 22 août 2014
  7. la Symphonie de l'Espace, œuvre de Maxime Aulio
  8. album Amnesiac in Paris, Radiohead, 2001
  9. article aux côtés de Jonny Greenwood, revue "Magic", mai 2001
  10. interview, magazine MusicKeys, avril 2011
  11. le générique de Star Trek au thérémin, le Journal du Geek, 26 novembre 2010
  12. au salon de la musique, journal télévisé Six Minutes, M6, 30 avril 2000
  13. émission Tous Egaux, France 3, mai 2001
  14. présentation de l'ondéa, National Géographic, novembre 2008
  15. présentation de l'ondéa, TV Caux, 9 mai 2006
  16. articles et CD ROM multimédia, revue Génération PC n°27, 29, 35, 37, 46.
  17. article << un musicien asnierois hors du commun >>, journal Asnières Info, janvier 1993
  18. article revue Keyboards, 1992
  19. article journal Ordinateurs et Musique, 1996
  20. le chant des étoiles, Futura Sciences, 12 mai 2014
  21. article << un artiste talentueux >> Paris Normandie, 10 décembre 2013
  22. article << Un artiste talentueux >> Le Havre Presse, décembre 2013 ( La Nouvelle Musique des Sphères )
  23. << La musique des étoiles >>, webzine Classic Toulouse, 14 décembre 2013
  24. Evénements, Zone-61
  25. « Invitation au voyage - La Normandie de Maupassant », programme télévision ARTE émission << invitation au voyage >> diffusée le vendredi 24 mars 2017 à 16h35. La vignette représente une vue verticale au drone par Claude-Samuel Lévine, sur https://tv-programme.com/,
  26. « Légendes de France S01E04 La Normandie », documentaire de 52 minutes diffusé sur la chaine Voyage, constellé de séquences vidéos prises au drone à Etretat par Claude-Samuel Lévine., sur https://tv-programme.com/,
  27. Philippe Deneuvfe, « Claude-Samuel Lévine en sons et en images », Etretat Magazine,‎ , p. 21 (lire en ligne)
  28. « Tableau vivant 3 : Parfums pourpres du soleil des pôles », Ulla von Brandenburg, Julien Discrit, Thomas Dupouy et Laurent Montaron proposent trois performances synesthésiques les jeudis de novembre. Sur scène, des harmoniums jouent de la musique statique tandis que différents synesthètes l'interprètent par la couleur. Une partition s'écrit en direct, un tableau se forme petit à petit, en correspondance avec la musique., sur https://www.dailymotion.com/,

Liens externes[modifier | modifier le code]