Cimetière San Michele de Venise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cimetière San Michele de Venise
Cimitero di San Michele (it)
Isolasanmichele.jpg

L'île San Michele

Pays
Commune
Religion(s)
Mise en service
1807 - 1837
Coordonnées
Localisation sur la carte d’Italie
voir sur la carte d’Italie
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Venise
voir sur la carte de Venise
Red pog.svg

Le cimetière San Michele (italien : cimitero di San Michele) se trouve sur l'île San Michele de la lagune comprise entre Venise et Murano.

Histoire[modifier | modifier le code]

San Michele est devenu cimetière véritablement en 1837 quand a été comblé le canal qui séparait les deux îlots de San Michele et de San Cristoforo della Pace afin d'agrandir le cimetière qui depuis 1807 sur ordre de Napoléon Bonaparte[1] était situé sur ce dernier. Napoléon confie le projet à l’architecte Gian Antonio Selva, auteur de la Fenice. Le projet comportait une chapelle et un portique, mais par manque de fonds, il se résume en un mur en demi cercle et une chapelle octogonale.

Auparavant les dépouilles étaient enterrées dans les parvis ou à l'intérieur des églises. Quand les restes devenaient encombrants, ils étaient transférés jusqu'au XIXe siècle dans les îles de la lagune (ossuaire de Sant'Ariano).

Le cimetière est partagé en plusieurs secteurs : cimetière catholique, cimetière orthodoxe, cimetière évangélique.

Le cimetière juif de Venise se trouve sur l'île du Lido.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Thierry Clermont, San Michele, "Fiction & Cie" Le Seuil, 2014
  • (it) Valeria Paniccia, Passeggiate nei prati dell'eternità, Mursia Editore, 2013
  • (it) Beltrami Cristina, Un’isola di marmi, guida al Camposanto di Venezia, ed. Filippi, 2005

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Édit de Saint-Cloud de 1804
  2. Maire de Venise et fondateur de la Biennale en 1895