Christopher Tye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un compositeur image illustrant britannique
Cet article est une ébauche concernant un compositeur britannique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Pour plus d’informations, voyez le projet musique classique.

Christopher Tye (né vers 1500 - mort entre 1571 et 1573[1]) est un compositeur et organiste anglais de la Renaissance, contemporain de Thomas Tallis.

Christopher Tye a fait ses études à Cambridge. Un enfant de chœur nommé Tye (sans prénom) s'y trouve entre 1508 et 1513. Après son diplôme Bachelor of Music, il est chantre au King's College en 1537. De 1541 à 1561, il est maître de chœur (Magister choristarum) à la Cathédrale d'Ely. Il ne devient doctorant qu'en 1545. C'est à cette époque qu'il rencontre Richard Cox, réformiste et activement anti-papiste. Ordonné diacre en juillet, puis pasteur en décembre 1560, il est nommé recteur de Doddington-cum-Marche l'année suivante.

Formé avant la réforme et exerçant pendant, on ignore quels furent ses maîtres et s'il a voyagé.

Il compose des messes dont deux à l'occasion de ses grades universitaires de bachelier. Des motets de trois à sept voix. Ainsi que les premiers de consorts pour violes (trente et une pièces[2]). Quoique fondés sur un cadre sacré (21 In nomine), la nature de ces compositions permet à l'auteur d'y donner libre cours à la science contrapuntique. Michel Bernstein, rédacteur du livret du disque de Jordi Savall, attire l'attention sur une œuvre : « s'il ne fallait ne citer qu'une seule pièce de ce magnifique ensemble, j'aimerais isoler O lux, dont le rayonnement sidéral rejoint à travers les siècles l' Adagio ma non troppo e molto espressivo qui ouvre le Quatuor en ut dièse mineur de Beethoven, l'opus 131 ! ».

Seules un petit nombre de compositions sont parvenues jusqu'à nous. En cela peut-être s'explique le relatif oubli d'une figure pourtant si riche de son langage polyphonique et de ses innovations. Il contribue à établir le modèle de l'hymne.

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

  • Messe Euge bone, Peccavimus et autres pièces - Winchester Cathedral Choir, Dir. David Hill (Hyperion)
  • Missa Euge Bone, Peccavinus, Omnes gentes (+ Mundy) - Oxford Camerata, Dir. Jeremy Summerly (1993, Naxos 8.550937)
  • Consort Musicke, set for Viols - Hespèrion XX, Dir. Jordi Savall (1988, Astrée/Auvidis E 8708)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Par déduction : son successeur à Doddington est nommé le 15 mai 1573.
  2. Les manuscrits non autographes et non contemporains sont conservés dans quatre endroits : à la British Library (1578), à la Bodlein Library à Oxford, à la Christ Church Library d'Oxford et au British Royal Museum. La publication moderne par Robert Weidner date de 1967.

Liens externes[modifier | modifier le code]